AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 272

MessageSujet: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mar 29 Sep - 19:17

Soirée de Bienvenue - Les tables

1er septembre, 17h. L’été persistait, déployant sur l’île de Batz un voile de lumière et de chaleur qui n’avait rien de déplaisant. L’heure de la rentrée avait sonné, et chacun avait été prié de se rendre à 14h au port de Roscoff, afin de se préparer à vivre une nouvelle année pleine d’enrichissements et d’expériences diverses !

Après avoir emprunté le ferry reliant le port de Roscoff à Port-Brume, les élèves, le personnel de Beauxbâtons et les sorciers de passage (conviés sur invitation présidentielle) avaient été invités à prendre place à bord de calèche tirées par de grands chevaux à l'air majestueux, afin de se rendre jusqu’à l’Académie. Là, sur le perron du château, la directrice accueilla tout ce petit monde d’un sourire chaleureux et lança, sa voix raisonnant à l’aide d’un Sonorus particulièrement bien exécuté :

« Bienvenue à tous, que vous soyez étudiants ou déjà diplômés ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle année ! A l'attention des élèves : j’espère que vous avez bien profité de vos vacances, et que vous vous êtes bien reposés, sans pour autant mettre de côtés vos cours ! »

Un sourire malicieux se glissa sur ses lèvres.

« Mais je suis sûre que vous avez profité de ces deux mois de liberté pour feuilleter vos manuels scolaires et vous tenir au courant de l’actualité sorcière ! Sinon, vos professeurs et moi-mêmes serons très déçus. »

Elle embrassa l’entourage d’un regard pétillant.

« Cette année promet d’être riche en rebondissements ! Nous avons quelque chose d’extrêmement important à vous annoncer, et c'est pourquoi nous avons tenus à inviter le plus de sorciers possibles à nous rejoindre, mais avant, commençons par le commencement : il est temps de répartir nos nouvelles recrues ! Il y a quatre maisons à Beauxbâtons, comme vous devez le savoir, basées sur vos affinités élémentaires. Afin d’être répartis, il n’y a rien de plus simple : vous allez devoir boire l’eau de notre Fontaine magique, et nous saurons quelle sera votre maison attitrée. La Fontaine se trouve dans la cour de l’Académie, où vous êtes tous invités à vous rendre ; ne vous inquiétez pas pour vos bagages, nos elfes seront enchantés de s’en occuper et de les emmener au château. Un buffet a également été préparé dans la cour, à l’attention de vous tous, mais n’abusez pas trop des bonnes choses ! Maintenant, suivez-moi ! »

Et d’un geste élégant, elle invita ses auditeurs à lui emboîter le pas jusqu’à la cour intérieure de l’école, spécialement aménagée pour l’occasion.

Et c’est là que débute notre histoire !

De nombreux sièges ont été dressés un peu partout dans la cour, et de gros coussins dans lesquels il semble facile de s’enfoncer sont posés à même le sol. Plusieurs buffets ont été installés contre les murs qui encadrent les lieux, et n’attendent que d’être dévalisés : olives, petits toasts recouverts de tartinades plus ou moins identifiables (on murmure qu’il y aurait de la purée de mandragore sur certains), saladiers remplis de dragées surprises de Bertie Crochue et de patacitrouilles… il y en a pour tous les goûts ! En revanche, il n’y a pas de Chocogrenouilles, et la directrice a formellement interdit aux élèves d’en apporter : ces petits batraciens en chocolat ont fait beaucoup de dégâts les années précédents, en sautillant partout !

Les animaux de compagnie des élèves peuvent accompagner leurs propriétaires, mais ils doivent être enfermés dans leurs cages. On entend parfois des miaulements, des hululements ou des croassements furibonds, mais ils n’ont pas le droit de se gambader en liberté dans la cour, afin de ne pas provoquer de catastrophes !

Les 1res années sont invités à se rendre près de la Fontaine afin de boire une coupe de son eau, mais une fois qu’ils sont répartis, ils peuvent aller et venir dans toute la cour. De nombreux étudiants y déambulent joyeusement, ainsi que des sorciers de passage. Les professeurs patrouillent un peu partout, surveillant attentivement les élèves.

Il est temps de laisser tout ce petit monde se retrouver, et manger des confiseries magiques dans la joie et la bonne humeur !

A l’entrée de la cour se dresse un sorcier au visage déterminé, qui déploie sur tout ce petit monde un regard inquisiteur. Qui est-il et que veut-il, ça, c'est une bonne question !

Quelques petites indications HJ !
La première intrigue est enfin là ! Elle est mise en place tout particulièrement pour les premières années mais bien entendu, tout le monde y est convié ! Cette intrigue est avant tout là pour que vous vous amusiez tous ! Afin que tout soit bien clair, quelques petites règles néanmoins :

- afin que chacun s'y retrouve et que les interactions entre les personnages soient plus facilement identifiables, nous vous demandons de faire un petit récapitulatif en fin de post ! Par exemple : « Mike a salué Amandine et lui a fiat un baisemain, il a demandé des nouvelles à Ben avant d'attraper un gâteau. » Il faudrait également indiquer les changements de topics : si Mike est à proximité des tables et qu'il veut aller voir la cérémonie de répartition, il faudra le signaler afin que tout le monde ai bien suivit l'action !

- on essaye de rester sur des posts courts, toujours dans l'objectif que chacun s'y retrouve.

Last but not least, le topic propre à la répartition des premières années, s'il est ouvert à tous, est sujet à quelques spécificités :
- tous les premières élèves de première année, sans exception, doivent y passer !
- lorsqu'un élève de première année à posté, le prochain post est obligatoirement réservé à L'alchimiste, afin que ce dernier procède à la validation de l'élève en question !
- enfin, les élèves plus âgés, professeurs et adultes de passage ont tout à fait le droit de venir assister à la répartition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://port-brume.harrypotterrpg.fr
avatar


▌Messages : 80

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mar 29 Sep - 23:28


Sue était de retour à Beauxbâtons, pour le meilleur et pour le pire. En un sens, elle était heureuse de pouvoir continuer ses études car chaque année passée était une année qui la rapprochait de son diplôme et de sa sortie de l'école de magie. Une fois dehors et libre, elle pourrait enfin se donner corps et âme dans la voie qu'elle s'était choisie. Néanmoins, elle se languissait déjà des soirées passées avec son frère Max, des nuits à errer dans le Marais et des bars gays. Elle avait passé tout l'été à squatter dans la chambre de bonne de Max. Elle y dormait le jour lorsqu'il se rendait à l'Elysée Magique par Cheminette et sortait la nuit, notamment pour le laisser tranquille avec son compagnon. Elle avait bien profité de son été, c'était un fait.

On ne pouvait pas vraiment dire qu'elle revenait à l'école fraîche et dispo, mais on pouvait néanmoins sentir qu'elle avait changé. Un peu. Du moins, elle avait au moins changé - encore - de couleur de cheveux. On l'avait connu l'année précédente avec une crinière rouge, à présent ses cheveux étaient d'un bleu éclatant. Elle s'était rasée la partie droite du crâne, sur un coup de tête, et affichant sans gêne cette asymétrie capillaire.

Sa répartition, Sue s'en souvenait avec précision. Ce moment où elle avait bu l'eau de la fontaine et où une vision rouge l'avait envahie était gravé dans sa mémoire. Elle n'avait jamais remis en question le choix de la fontaine, elle était parfaitement à sa place dans la maison du feu. Max disait souvent qu'elle était comme une flamme : impossible à saisir, dévastatrice et pourtant si facile à étouffer. En plus, le feu pouvait prendre bien des couleurs différentes. Sue ne manquait jamais de se moquer de son frère lorsqu'il lui sortait des niaiseries pareilles. De nous deux, c'est toi la gonzesse, lui lançait-elle en levant les yeux au ciel.

Naturellement, Sue s'était placée à l'écart des autres élèves. Affalée dans un gros coussin, elle observait les petits nouveaux et petites nouvelles boire chacun-e leur tour, l'eau de la fontaine. Elle cherchait à repérer les fortes-têtes, les caractères enflammés et les révolté-e-s de la nouvelle promotion afin d'essayer de nouer le contact et de se créer sa petite armée personnelle.

Même après sept années à Beauxbâtons, dont trois avec une chevelure atypique, Sue continuait d'attirer les regards alors qu'elle aurait dû faire partie du paysage, à force. Les gens étaient facilement choqué-e-s pour pas grand chose. Sue ne s'offusqua pas des regards braqués sur elle, et continua d'observer la répartition avec une grande attention. Pas de Carax dans les rangs cette année, dommage...

Résumé : Sue est assise dans un gros coussin et regarde ce qui se passe à la fontaine, tranquillou.

_________________
Half Lady
Défier l’ordinaire
C’est à ma façon
Si je ne veux pas être une grande fille
Je serai un petit garçon
Pour chaque insulte lancée
Il pousse un grain de beauté
∆ belladone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 157

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mer 30 Sep - 23:00

Plume ne savait pas quoi faire de ses dix doigts.

Fermement campée près des buffets et cramponnée à la cage de son hibou, elle fixait ses camarades avec une appréhension grandissante, cherchant désespérément du regard un visage amical -mais ses grandes prunelles bleutées ne cessaient de s’écraser sur des faciès complètement inconnus et menaçants. Son estomac grommelait de temps à autre, lui rappelant qu’elle n’avait rien avalé depuis deux jours (beaucoup trop angoissée à l’idée de devoir tourner à Beauxbâtons), mais sa gorge était trop nouée pour laisser passer le moindre aliment solide. Elle aurait bien voulu boire quelque chose, mais son directeur de maison se dressait près des boissons, et elle n’avait aucune envie qu’il la remarque et commence à lui parler. L’année précédente, juste après avoir été elle-même répartie, il avait fondu sur elle comme une poule sur un ver de terre et lui avait d’office offert un jus de citrouille, l’empêchant de tendre la main vers une coupe de champagne. « Maintenant que tu es dans ma maison, tu dois boire exclusivement ce que je décide ! Je suis ton référent, c’est un peu comme ton suzerain, tu vois ? » lui avait-il dit, avec un tel sérieux qu’elle avait senti la panique la gagner tout entière, et avait amèrement regretté de n’être pas tombée sur un autre prof un peu plus sain d’esprit sauf que ça n’existait pas à Beauxbâtons. Un an plus tard, elle comprenait ENFIN qu’il s’était simplement moqué d’elle. Et elle n'avait absolument pas envie de refaire les frais de ses blagues.

Bref. Elle détestait l’école. Elle détestait le soleil qui chauffait ses joues déjà rouges, et ses cheveux qui lui chatouillaient la nuque, et cette panique qui grossissait dans sa poitrine et lui donnait l’impression d’étouffer.
Elle espérait secrètement que le beau temps tournerait et qu’une grosse averse s’abattrait sur tout le monde, mettant fin à la répartition, mais le ciel continuait d’être désespérément bleu, brillant et dépourvu d’ombres. Peut-être qu’en y mettant un peu de volonté, elle pourrait contrôler les nuages ? Après tout, son élément était l’Air… Oui, sauf qu’elle était une vraie quiche en magie. Une quiche sans croûte. Et sans crème. Un morceau de lardon, quoi. Alors pour ce qui était de contrôler la météo...

Alors qu’elle commençait à envisager de fusionner avec le sol, ses yeux tombèrent sur une chevelure bleue impossible à rater, et son coeur fit une embardée. Wouhou ! Carax en vue, Carax en vue ! C’était Suzanne, sa cousine. Sue était… et bien… pas vraiment comme elle. Ni comme les autres. Ni comme personne. Plume l’admirait, mais elle l’impressionnait également, et elle n’osait pas la déranger (surtout qu'elle semblait occupée à sélectionner de nouveaux élèves à alpaguer, tel un acheteur choisissant des tomates et des laitues au marché). Elle ne va pas te jeter comme une chaussette trouée, voyons ! C’est la famille. La famille, c’est sacré. Alors va la voir, avant de te changer en statue de cire ! Hésitant, la petite élève de l’Air se décida enfin à mettre un pied devant l’autre ; elle s’approcha de la grande élève du Feu et s’assit près d’elle, fixant avec beaucoup d’attention un brin d’herbe, la cage de son hibou serrée contre la poitrine.

« Ça manque de lumière. De projecteurs. Et de musique. Aucun sens du spectacle » commenta-t-elle d’une petite voix, jouant avec la serrure de la cage de Nymérios. Elle posa un regard à l’autre bout de la cour, où les élèves continuaient de se faire répartir. D’autres profs étaient là. Celles de Vieille Magie et de Droit lui faisaient froid dans le dos, et elle était bien contente de n’avoir pas encore eu affaire à elles.
Il y avait trop de bruit, de cris, de mouvements. Elle ferma les yeux et se mit à marmonner toute seule :  « Que quelqu’un s’étouffe avec une olive et qu’on nous fasse rentrer chez nous, que quelqu’un s’étouffe avec une olive et qu’on nous fasse rentrer chez nous, que… ». “Hahaha, c'est un rassemblement de cas sociaux, par ici ?“ ricana une jeune fille non jouable qui passait par là, posant sur les deux Carax un regard moqueur. Ambiance ambiance.

En bref : Plume ne sert à rien admin Elle reste plantée comme une courge près des buffets, puis finit par s'échouer près de Suzanne, où elle râle et espère que quelqu'un s'étouffe avec un noyau d'olive.

_________________

Plume


Dernière édition par Plume L. Carax le Jeu 1 Oct - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 101

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Jeu 1 Oct - 14:47

Planté comme une souche dans un coin de la cour, Abhainn faisait grave la gueule. La directrice de l'école l'avait pratiquement menacé pour qu'il assiste à la petite sauterie organisée pour la rentrée. Du coup, il était obligé de faire semblant de s'intéresser à la petite vie pathétique des gens qui venaient lui parler. En plus de lui donner la gerbe, ça lui donnait envie de fusionner avec un des murs de pierre et disparaître. Il y avait vraiment trop de bruit dans cette cour, comment les gens faisaient-ils pour s'entendre ? Le brun jeta un regard en coin au buffet et haussa les épaules pour lui-même. Il n'avait pas vraiment envie de se jeter sur toute cette nourriture qui dégueulait littéralement des tables. Il remarqua un gamin tout boutonneux faire tomber un petit four par terre, le ramasser, souffler dessus et l'avaler tout rond. Abhainn hésita entre le rire et le dégoût et décida finalement de garder une expression totalement neutre (on s'en serait jamais douté tiens).

S'adossant contre le mur, Abhainn se demanda pendant un instant si c'était socialement acceptable de faire une sieste en plein milieu de la réception. Il faudra qu'il se renseigne tiens. Dans le doute, il lutta contre l'envie de fermer les yeux et de faire semblant d'être mort. Il poussa un énorme soupir qui avait dû s'entendre jusqu'en Uruguay et c'est à ce moment-là qu'une sorcière d'une quarantaine d'année s'approcha de lui. Elle avait des grosses joues et Abhainn se demanda si c'était juste à cause de son poids, ou bien une maladie ? Ou bien la quantité de nourriture qu'elle stockait dans ses joues, tel un hamster et dont quelques morceaux atterirent sur sa superbe veste d'une magnifique couleur bleu de Prusse.

- Ohohoh veuillez m'excuser cher monsieur !
- Ce n'est rien, répondit Abhainn tout en pensant "va mourir morue"
- C'est vous l'infirmier de cette école n'est-ce pas ? Je voulais vous dire que mon fils était un grand intolérant au lactose et qu'il ne fallait surtout pas qu'il en ingurgite voyez-vous. Sinon ohlalala je ne vous raconte pas l'état des sanitaires hinhinhin mais euh, allez-vous ?

Abhainn avait fait semblant d'écouter, puis profondément ennuyé, il était parti sans dire un mot, ni même s'excuser. Il n'en avait stricement rien à faire de son marmot qui ne digérait pas le lait. Osef comme disent les jeunes. Pour paraître occuper, il attrapa une coupe de champagne dans l'espoir de se noyer dedans. Il observa du coin de l'oeil une jeune fille qui semblait ne pas être très heureuse d'être là et qui psalmodiait quelque chose que l'écossais ne parvenait pas à entendre. Le seul truc qu'il espérait dans cette soirée, c'était que personne n'aurait l'idée de s'étouffer avec un noyau d'olive ou bien de tomber dans les pommes. Sinon, il se sentirait dans l'obligation de porter assistance à autrui et deviendrait le centre de l'attention. Rien que de penser que des milliers d'yeux pourraient se braquer sur lui, ça lui donnait la nausée. Il porta sa coupe de champagne à ses lèvres, pour se rendre compte qu'il l'avait déjà sifflé en entier, comme l'alcoolique refoulé qu'il était. Comme c'est dommage, il allait devoir en reprendre une autre ! Il fendit la foule qui s'était amassée autour du buffet et après avoir échangé quelques paroles et sourire forcés avec une de ses collègues, il s'empara de son précieux butin et s'éloigna des vautours affamés. Une véritable armée de sauterelle qui allait dévaster le buffet, voilà comment Abhainn voyait tous ces gens. De loin, les nouveaux élèves buvaient tour à tour dans la Fontaine (ouais, avec un grand F) et Abhainn repensa à la fois où il s'était retrouvé la tête dans la fontaine de Poudlard, bien moins hygénique que celle de Beauxbâtons. Il espérait que toutes les têtes de noeuds qui avaient été ses camarades avaient une vie bien plus pourrie que la sienne à présent.

Pour résumer : Abhainn est planté dans un coin sombre avec son verre et veut pas qu'on l'emmerde.

_________________

dieu est mort




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 821

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Jeu 1 Oct - 23:21

    La rentrée, Deborah ne savait jamais si elle l'attendait ou la redoutait. Cette soirée, la demoiselle ne la trouvait pas plus agréable que cela. Long et entêtant, plein de petits nouveaux qui ne savaient pas ou donner de la tête, qui tentait de piquer une nouvelle coupe de champagne ou de manger toutes les olives sur lesquelles lorgnait Deborah Green, des petits nouveaux qui allaient se faire dessus d'un instant à l'autre et ceux qui pleuraient carrément car maman leur manquait déjà bien trop. Non mais franchement, ils avaient vraiment quinze ans, les nouvelles recrues ? Dans son appartement de fonction, la professeur d'Ancienne Magie s'observait, s'admirait, presque, dans son miroir. Etait-elle assez impressionnante ? Suffisamment parée pour faire pleurer les plus jeunes étudiants ? Sa langue était-elle assez coupante pour blesser les élèves les plus maladroits, qu'elle aimait tant malmener ?

    Oui, sans aucun doute.

    L'après midi était passé très rapidement, sans même que la demoiselle ne voit le temps s'écouler et déjà, ils étaient tous là, dans la cour intérieure de l'école. La cour intérieure … Deborah se souvenait parfaitement sa scolarité ici et la quiétude qu'elle avait réussi à puiser au sein de cet endroit. Maintenant … maintenant, les choses étaient bien différentes. Si elle revenait demain matin, tôt, avant que le soleil ne soit parfaitement levé, ou cette nuit, à son retour de la petite escapade qu'elle se prévoyait, la cour serait plus calme. Elle soupira. Tenir le coup. Cette soirée allait se passer rapidement – Deborah espérait surtout qu'il ne serait pas trop complexe de mettre dehors tous les sorciers venus pour écouter … pour assister … suite à l'invitation qu'ils avaient reçu !

    Nouveau soupire. Elle s'attira un regard orageux de la directrice, tâcha de se reprendre … mais l'élève qui se tenait devant la Fontaine était tellement pathétique qu'elle ne pu s'empêcher de lancer une petite pique. Trois fois rien ! Juste ce qu'il fallait pour envenimer la situation, bien sur … Elle regarda passer encore quelques têtes, applaudi vigoureusement lorsqu'une rouquine fut reçue chez elle, enregistrant dans sa mémoire son visage afin d'aller la saluer plus tard. Une née moldu, celle qu'elle avait été voir durant l'été pour lui annoncer la nouvelle. Caroline, ou Carole, ou Camomille, Deborah ne savait plus trop. Peut être Coline? Une demoiselle qui n'était pas rassurée à l'idée d'être ici … sans être une trouillarde pour autant. Un drôle de pressentiment s'empara de Deborah, qui songea un bref instant qu'elle n'allait pas s'ennuyer, une fois encore !

    Elle s'éloigna rapidement pour aller se poster du côté des tables, attrapa une coupe de champagne, une olive, une seconde olive et une part de quiche avant de saluer l'infirmier, Abhainn Henderson. Un drôle de mec qu'elle allait devoir décoincer, d'une façon ou d'une autre ! … What a Face … Elle lui adressa un petit coucou de la main, lui demanda s'il allait bien avant de déposer un petit baiser sur sa joue, juste pour l'enquiquiner. Le pauvre ! On venait lui parler des allergies inintéressantes d'étudiants inintéressants et en plus, on venait l'embrasser. Monde de merde.

    « Voilà ! Bonne soirée, Monsieur Henderson ! Je serai par là bas, si l'envie vous prend d'échanger quelques mots, un petit peu plus tard … »

    Et elle s'éloigna, son éternel sourire dangereux plaqué aux lèvres. Jouer l'amusait – depuis toujours et pour longtemps encore. Bon. Petite gorgée de champagne, bouchée de quiche ! Oh ! Deborah avisa rapidement les deux petites Carax, Suzanne, ou Sue, elle ne savait jamais trop que penser de cette demoiselle aux mœurs et aux cheveux étranges, et Plume, Plumette, Plumeau, la fille de l'air qui passait le plus clair de son temps à faire la gueule. Elle avisa également un coussin libre, juste à côté des deux cousines. Ni une, ni deux, Deborah s'y installa.

    « Bonsoir Mesdemoiselles ! Comment vont les deux Carax en cette nouvelle rentrée ? Sue, des progrès à noter en Vieille Magie, durant l'été ? Plume, tout va bien j'espère ? Vous n'avez pas l'air dans votre assiette ce soir … »

    Plume était une demoiselle sans doute trop sensible, que Deborah connaissait très peu mais que son état inquiétait. Elle posa une main qui se voulait rassurant sur l'épaule de la seconde année – parfois, Deborah se montrait gentille – et Suzanne était l'une de ses élèves les plus prometteuses, et était dotée d'une force de caractère que Deborah appréciait grandement. Elle lui adressa un sourire sincère.

    En résumé :
    Deborah fait sa fouine ! Elle regarde rapidement la répartition avant de bisouter Abhainn et se pose tranquillement avec Suzanne et Plume qui n'ont rien demandé !

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 52

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Ven 2 Oct - 20:50

Popular, it's all about popular
Hippolyte & Beauxbâtons

Un navire, une calèche, un château, une fontaine magique… Chaque année, c’était le même constat : Beauxbâtons en faisait beaucoup trop. Hippolyte était habitué à ce déferlement de luxe mais en aucun cas dans une école, plutôt dans les hôtels de luxe et les appartements parisiens. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il fallait supporter le déplacement en compagnie des trolls, dont la plupart grouillaient d’excitation à l’idée d’être reparti dans leur future maison. Diantre, Hippolyte n’avait plus qu’à croiser les doigts pour que les étudiants de la Maison Eau soient propres, sérieux, beaux, intelligents, polis, courtois, soumis, populaires et sportifs. Il ne demandait pas la Lune !

Comme à son habitude, il était arrivé à la dernière minute, suivi par une horde de valises et de malles virevoltant dans les airs, par magie. Il ne s'excusa pas, malgré les remontrances de ses collègues car, paraît-il, le départ avait été un peu différé par sa faute. Laissant ses bagages à l'entrée du navire, il se contenta d'un : « Vous n’allez pas me faire croire que vous m’attendiez, je n’ai jamais demandé à embarquer à bord de ce galion de malheur. » Bien entendu, la traversée fut bien trop longue et bien trop bruyante, sans parler du trajet en calèche. Oui, Hippolyte venait de quitter son hôtel particulier parisien pour plusieurs semaines, alors il était de mauvaise humeur.

Ils arrivèrent dans la cour, excessivement apprêtée. Bien. Maintenant, il était temps de faire un tour d’horizon. Hippolyte ne prêta aucune attention à la répartition des élèves. Il ferait connaissance de ses petits diablotins bien assez vite. Il n’allait pas les martyriser dès ce soir, et puis Deborah semblait occuper au milieu de nouvelles recrues, alors le baptême du feu n’aurait pas été assez marquant. Pour l’heure, il se contenterait de passer discrètement dans le dos d’Abhainn, pour le double plaisir de le surprendre et de le mettre mal à l’aise. Eh oui, Henderson, c’est la rentrée pour toi aussi !

- Alors, Henderson, on veut finir tout nu dans la fontaine ? Je sais que le champagne, ce n’est pas vraiment de l’alcool comme on dit, m’enfin quand même.

Une tape sur les fesses, un clin d’œil, un petit sourire : il n’avait rien perdu de ses talents d’humoriste international hérité de longues années à martyriser les pauvres têtes d’ampoule. Perdu dans ses pensées hautement philosophiques, Hippolyte se retrouva malgré lui un peu trop près de la fontaine. Arg. Des enfants, partout autour de lui, avec leurs petites mains, leurs petits pieds et leur voix de marchand de poissons. Fuir, Hippolyte, fuir ! Un regard, maintenant, vite, mais où ?, allez quoi, ça y’est : Adèle ! L’ex joueur de Quiddich attrapa une coupe de champagne au passage – il se limiterait à quatre ce soir, tout de même – et se précipita vers son acolyte.

- Alors ma blondasse, tu comptais trinquer sans moi ? Allez, souris devant tous ces regards ébahis par ton boule et par le mien.  

Hippolyte se délectait. Il adorait les soirées mondaines où, une coupe de champagne à la main, il scrutait l'assemblée et jugeait de haut en bas les robes trop courtes, les cheveux mal coiffés, les maquillages trop osés et les cravates tordues. Il aurait peut-être été judicieux de lui rappeler qu'il n'était ni à l'opéra, ni à un cocktail guindé, mais bel et bien dans une école. Et dès le lendemain, il endosserait son rôle de professeur. Sauf que pour l'instant, il n'avait qu'une seule intention : finir les fonds de bouteille en compagnie d'Adèle.


En résumé
Hippolyte est d'une humeur plutôt mauvaise et fait tout son possible pour éviter les élèves, préférant rester aux côtés d'Adèle, à la recherche de potins.


© Gasmask

_________________

Killer Queen
She keeps her Moet et Chandon, In her pretty cabinet. 'Let them eat cake' she says, Just like Marie Antoinette. A built-in remedy, For Kruschev and Kennedy, At anytime an invitation You can't decline~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 80

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Lun 5 Oct - 22:19


La répartition durait toujours trop longtemps. C'était drôle au début, mais au fur et à mesure cela devenait de plus en plus ennuyant. Certaines années, il y avait plus de premières années que d'autres, ce qui allongeait encore plus la cérémonie. Heureusement qu'il était possible de manger et de boire, et que les plus âgé-e-s n'étaient pas obligé-e-s d'attendre la fin. Sue l'avait bien compris et avait récupéré un verre de champagne ainsi qu'une provision de petits toasts.

Ce fut avec plaisir que Sue accueillit sa cousine Plume à ses côtés et lui tendit quelques petits fours. Elle était mignonne comme tout cette gamine, bien qu'un peu timide. Par ailleurs, Sue avait senti comme une crise d'ado chez sa cousine de la maison de l'Air. Un filon à exploiter, sans aucun doute. Il n'empêchait qu'elle avait raison, Plume, la cérémonie manquait cruellement d'animation. Chez les Carax, on était habitué à mieux que ça !

— Si encore la fontaine se manifestait de façon plus... spectaculaire, ça aurait pu être drôle. Imagine un peu, ta robe prend feu ou tu te prends un seau d'eau sur la gueule.

Un genre de bizutage.

Sue se mit à bailler ostensiblement. Elle se gratta le cuir chevelu d'un air détaché et tenta de rester concentrée sur les premières années. Il y en avait bien deux ou trois qui avaient l'air intéressant-e-s, mais rien de bien excitant. Elle capta néanmoins les marmonnements de sa cousine.

— Pourquoi tu veux que quelqu'un s'étouffe ? Quelqu'un en particulier ? Y a un connard qui t'a fait du mal, tu veux que j'aille lui démonter la tête ? ça sera plus efficace qu'une olive mal ingérée, comme méthode d'éloignement.

La base. C'était peut-être un comble pour une personne aussi avide de justice que Sue d'employer la manière forte, mais s'il s'agissait d'un mec cis alors... ça ne comptait pas vraiment.

Malheureusement avant que Plume n'ait pu lui donner des noms, leur professeur de Vieille Magie avait décidé de se taper l'incruste. Sue la dévisagea de haut en bas, sans comprendre cette attitude hautement familière. Elle fit une grimace en entendant le "mesdemoiselles". En même temps, Plume était une mademoiselle. Pour une fois, le féminin pouvait bien l'emporter sur le masculin. Au diable la grammaire sexiste.

Madame Green s'inquiétait de ses progrès pendant l'été en vieille magie. Elle allait être déçue, Sue avait fait beaucoup de choses pendant l'été mais... n'avait certainement pas travaillé. Du moins, pas d'un point de vue scolaire. Ni d'un autre point de vue, en réalité. Elle avait fait la fête, elle avait vingt-deux ans.

– Sauf votre respect, j'avais autre chose à faire que de réviser mes cours de sorcellerie. railla-t-elle en haussant les épaules.

A côté, une nouvelle venait d'être envoyée dans la maison du feu. Sue se mit à applaudir mollement.

Bilan : Sue est toujours sur son coussin et cause avec Deborah et Plume.

_________________
Half Lady
Défier l’ordinaire
C’est à ma façon
Si je ne veux pas être une grande fille
Je serai un petit garçon
Pour chaque insulte lancée
Il pousse un grain de beauté
∆ belladone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 272

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mar 6 Oct - 10:01

Soirée de Bienvenue - Le discours d'André Aristite

Une fois que le dernier élève de premier année est réparti, Madeleine Moreau frappe dans ses mains. Il lui suffit d'un instant à peine et d'un clin d’œil amusé pour être écoutée de tous. Elle reprendre la parole d'une voix légère, mais qui semble tout de même indiquer que ce qui va suivre sera de première importance.

« Excellent ! Nos plus jeunes élèves sont maintenant répartis ! Ces maisons vous suivront jusqu'à la fin de votre scolarité ; elles seront en quelque sorte votre seconde maison ! Je vous demanderai d'en prendre soin, de les respecter : de bonnes actions vous ferons gagner des points pour votre maison, de mauvaises actions vous en ferons perdre ! En fin d'année scolaire, la Coupe des Quatre Maisons sera remise à celle dont les étudiants se seront montrés les plus assidus ! Vous trouverez au coeur de votre maison tout le soutien dont vous pourrez avoir besoin, en la présence de vos camarades, de vos préfets ainsi que des professeurs référents ! Monsieur Florentin est en charge des étudiants de la Maison de l'Air, Mademoiselle Kroemer s'occupe des étudiants du Feu, Monsieur Dorléac gère la Maison de l'Eau et Miss Green épaule les étudiants de la Terre. N'hésitez pas à aller vers votre professeur référent dès que le besoin s'en fera sentir ! »

En présentant les professeurs concernés, Madeleine Moreau se tourne vers eux, les salue discrètement avant de les désigner aux étudiants d'un bras tendu en leur direction.

« Je sais, je le sais parfaitement : vous aimez prouver, tant à nous autres professeurs qu'à vos camarades étudiants, que votre Maison est la meilleure et que vous seriez prêt à tous les sacrifices pour lui faire honneur … Oui, merci, les plus âgés, merci ! Pour votre enthousiasme ! Serait-il possible de me laisser poursuivre ? » Les rumeurs, qui s'étaient élevées lorsqu'il était question de prouver la loyauté des étudiants à leur Maison, se dissipent aussitôt. Madame Moreau s'autorise un petit sourire. « Merci. Nous vous demanderons néanmoins de vous montrer sympathique et engageant envers les étudiants des autres Maisons ! Mais nous aurons tout le loisir de revenir là dessus plus tard. Ce soir, j'aimerai vous présenter une personne qui rejoint tout juste notre école … et qui a quelque chose de particulièrement intéressant à vous annoncer ! A vous, mes chers petits étudiants, ainsi qu'à vous, sorciers ayant acceptés de passer la soirée avec nous pour l'occasion. Monsieur André Aristite ! »

L'homme qui, jusque là, était resté dans l'ombre, presque invisible aux yeux des étudiants, s'avança. Il avait été suffisamment discret pour que les rares personnes l'ayant croisés l'aient aussitôt oublié – un exploit dont il se délectait à présent d'un petit sourire, satisfait de la surprise et de l'impatience qu'il lisait dans les yeux de l'assemblée.
Il s'avançait vers la directrice d'un pas assuré, droit et décidé. De haute prestance, l'homme, que seules quelques membres de l'équipe pédagogique connaissaient, semblait sérieux, trop peut être. Pas forcément très avenant. Lorsqu'il prit la parole, un silence de plomb régnait sur les lieux.

« Bonsoir. Merci, Madame Moreau, pour votre accueil. Je ne vais pas faire durer le mystère plus longtemps ! J'aurai le plaisir de côtoyer cette année les étudiants de Beauxbâtons, l'équipe enseignante, ainsi que les sorciers ayant un lien direct avec l'alchimie. Vous le savez tous, un centre de recherche est niché au cœur de Beauxbâtons. J'imagine que cette année encore, le défi pour les plus jeunes étudiants sera de le trouver et, qui sait, d'y pénétrer … J'en suis le directeur depuis deux ans. Jusqu'à présent, nos actions sont restées discrètes et à moins de se pencher sur la composition du centre de recherche ou de s'intéresser de près à la presse spécialisée, les chances pour que vous me reconnaissez étaient maigres ! »

L'homme s'autorisa un sourire.

« Je me nomme André Aristite. Cet été, j'ai participé aux phases finales d'un projet de recherche qui ne décollait plus depuis quelques temps déjà. Dans le courant du mois d’août, un de mes chercheurs a fait resurgir un élément oublié, un fait que nous n'avions pas pris en compte. Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs, j'ai l'immense plaisir de vous annoncer que notre département est sur le point de recréer, de façon absolument certaine cette fois, la pierre Philosophale ! L'Académie Française de Magie Beauxbâtons va donc être, tout au long de l'année, le théâtre d'événements d'une rare importance pour le développement de l'Alchimie ! »

Murmures dans l'assemblée. La pierre Philosophale ?! Impossible ! Le mot fusa une ou deux fois mais les sourires assurés de Madeleine Moreau et d'André Aristite les firent taire très rapidement. C'était donc vrai, alors ?

Personne, cependant, n'avait remarqué le bref coup de vent. Le ciel qui s'était assombri, peu à peu. Et l'onde qui avait très brièvement, de manière imperceptible, parcouru l'eau de la Fontaine …

Quelques petites indications HJ !
- Et voilà ! Votre personnage vient d'apprendre la grande nouvelle – vous avez tout le loisir d'y réagir ! Attention cependant : sur la question de l'alchimie, les avis sont très variés et la chose est extrêmement controversée !

- Après le discours d'André Hipolyte, Madeleine Moreau vous invite à vous servir à boire et à manger – les tables viennent de se remplir comme par magie de petits canapés sucrés et salés à déguster ! André Aristite reste parmi les convives ; il est tout à fait possible de venir lui parler, de lui poser toutes les questions que vous avez ! Prévenez simplement L'Alchimiste dans ce cas là, et indiquez dans votre MP le lien de votre RP, afin de L'Alchimiste puisse intervenir.

- Nous restons sur des RP courts !

- Merci de continuer à faire un petit récapitulatif à la fin de chacun de vos posts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://port-brume.harrypotterrpg.fr
avatar


▌Messages : 157

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Lun 12 Oct - 19:20

Plume s’était mise à gratter nerveusement le sol, ses grands yeux clairs cherchant un point auquel se raccrocher. Ses ongles ne tardèrent pas à être noirs de poussière, mais elle n’y prit pas garde ; son attention venait d’être accaparée par un étrange manège qui avait lieu à quelques mètres de là, et qui lui fit ouvrir la bouche en un cri de stupeur muet. Par le string en bonbons de Merlin ! Le responsable de la maison de l’Eau venait de peloter ouvertement l’infirmier ! Elle en était sûre et certaine : elle l’avait bien vu poser allègrement sa main sur l’arrière-train aguichant d’Henderson, le palpant comme s’il cherchait à savoir s’il était suffisamment mûr pour être dévoré ! (oui, Plume extrapolait vite une main aux fesses) La jeune fille laggait complètement, tel un Windows 98 au meilleur de sa forme, le visage rouge d’embarras.

Elle fut infiniment reconnaissante à sa cousine de la tirer de sa torpeur en lui adressant la parole. Se raccrochant à cette conversation comme une moule à son rocher, Plume tourna le visage vers elle et lui répondit, un demi-sourire hésitant aux lèvres :

« Ca serait plus amusant, c’est sûr. Mais je crois que c’est interdit par le règlement. »

Elle n’aimait pas vraiment les règlements. (En même temps, elle n’aimait pas grand-chose, cette jeune créature au visage boudeur) Ceci dit, se recevoir des gerbes d’eau à la figure ne lui aurait pas vraiment fait plaisir, un an auparavant. Ni voir sa robe prendre feu. Tant qu’à choisir, elle aurait préféré se métamorphoser en souris et disparaître dans un trou.
Son petit sourire s’accentua lorsque sa cousine lui demanda si elle pouvait « démonter la tête » de quelqu’un. Ah, si seulement elle-même avait autant de courage, de verve, d’énergie ! Ce devait être tellement bien, de ne pas avoir peur d’abattre ses poings sur quelqu’un (et d’avoir les cheveux bleu vif), et d’avoir l’air de dissimuler un véritable brasier dans ses veines… Un soupir s’échappa de ses lèvres. Elle aurait tant aimé partager ne serait-ce qu’un quart du culot de l’élève du Feu…

« Ce n’est rien, ne t’inquiète pas. Je voudrais juste rentrer à la maison… »

Et se terrer dans sa couette, et avaler des litres de chocolat chaud, et s’étouffer avec un marshmallow géant.
Et puis Deborah Green arriva près d’elles et décida de partager quelques mots avec elles.  
Plume se raidit en l’écoutant lui parler, déstabilisée. Elle ne savait jamais comment parler à un professeur, et d’autant plus quand celle-ci était réputée être aussi douce et débonnaire qu’un Troll des montagnes (♥️). Il fallait être respectueux, et aimable, et souriant, et sérieux, et faire attention à ne pas paraître trop détaché, et éviter de faire perdre des points à sa maison, et…
ARGH ! mais que faisait-elle, en touchant son épaule ?
Plume se raidit un peu plus. Mayday, mayday, une main pleine de doigts était entrée en contact avec elle !!! Appelez les secours !!!

Non, Plume n’était pas une drama queen. PAS DU TOUT.

« Euuuh… euh, je vais bien. » mentit-elle, louchant sur cette main, comme s’il s’agissait d’une grosse araignée poilue (sauf que si ça avait été une araignée, Plume n’aurait pas hésité à l’attraper délicatement et à la reposer par terre).

C’est alors que la directrice reprit la parole, abattant un voile de silence sur l’assemblée présente. Plume l’écouta distraitement, mais son attention fut augmentée d’un cran lorsque le mot « pierre philosophale » fut lâché.
Oh là. Oh là là. Oh là là là.
« Quoiiiiiii ? » laissa-t-elle échapper d’une voix stridente, interloquée. Elle se couvrit aussitôt la bouche avec la main, horrifiée à l’idée d’avoir émis un tel son. La pierre philosophale, n’était-ce pas cette chose qui avait failli permettre de faire renaître un terrible Mage noir sans nez, de l’autre côté de la Manche ? C’était une terrible, affreuse nouvelle !!! Mais où allait le monde ? Pourquoi tout le monde s’escrimait à vouloir en bousculer la tranquillité ?
Tout à son désappointement, elle n'avait pas pris garde à la teinte argentée qui avait pris brièvement possession du ciel, et au vent frais qui semblait s'être levé durant quelques instants.

De l’autre côté de la Cour, Solas Florentin, qui jusque là savourait son verre de coca en faisant des remarques telles que « Haha, la maison de la Terre, bon courage, la responsable de Maison adore torturer les nouveaux étudiants en leur faisant ingérer de la gelée anglaise jusqu’à étouffement ! » eut un sourire franc et enthousiaste.


***

En bref : Plume est choquée de voir Hyppolite peloter Abhainn, puis discute avec Suzanne, avant d'être horrifiée parce que Deborah l'a touchée haaa Puis elle est choquée par l'annonce au sujet des recherches en alchimie et pousse un cri de souris. Pendant ce temps, Solas est super content.

_________________

Plume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 821

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mer 14 Oct - 16:34

    Bien. Son élève n'avait pas travaillé de l'été et la petiote de seconde année lui affirmait que tout allait bien alors que tout indiquait que rien allait. Deborah retint de justesse un soupire, s'efforçant d'afficher un air détaché et souriant.

    La rentrée la mettait toujours sur les nerfs. Pourquoi ? La sorcière n'en avait pas la moindre idée. Elle faisait pourtant son possible pour rester calme et maitresse d'elle même – sans compter que les jours qui suivaient se passaient toujours parfaitement bien, ainsi que le reste de l'année – mais la rentrée … Les élèves étaient énervés et ne voulaient pas remettre les pieds en cours. Les professeurs se sentaient encore un petit peu en vacances et n'avaient pas spécialement envie de reprendre leurs fonctions, leurs obligations. Les petits nouveaux paniquaient et …

    Deborah se contenta d'un léger sourire en voyant un élève de première année piquer une tête, sûrement involontaire, dans la fontaine. Elle secoua la tête, se leva.

    « Bien … je suppose que tout va rentrer dans l'ordre dans les jours qui vont suivre … N'est-ce pas, Miss Carax ! L'année promet d'être magnifique ! » ajouta-t-elle à l'attention de Plume, qui semblait toujours un petit peu à côté de la plaque. Elle les salua, s'éloigna légèrement et grimaça.

    L'année promettait d'être magnifique ? Vraiment ? Sûrement pas, pas après la menace que le professeur Torredemer avait perçu à la fin de l'été ! Elle claqua la langue, soudainement agacée. Allons donc ! Vers quoi fonçaient-ils tête baissée, sans se rendre compte de rien ? On avait demandé au corps professoral une discrétion absolue à ce sujet. Il était hors de question d'alerter les élèves, ni quiconque ! Fort bien ! Deborah se souvenait parfaitement du sentiment de désarroi qui l'avait envahi. Une menace arrivait et rien n'était fait pour protéger l'école ? C'était une blague, n'est-ce pas ? La jeune femme avait tâché d'en parler à Madame Moreau – sans résultat. Elle soupira en attrapant une part de quiche sur le buffet, saluant par la même occasion le professeur de Divination.

    « Gabriel, bonsoir … Vous allez bien ? Des … des nouvelles ? »

    L'homme comprit aussitôt ce dont à quoi elle faisait allusion. Las, il hocha négativement la tête, ajoutant toutefois qu'il veillait. Qu'il restait attentif à ce qu'il se passait et …
    « Allons donc. L'heure de vérité à sonné, Deborah … Comment pensez-vous que tous ces braves gens vont prendre la nouvelle ? Comment la prenez-vous vous-même ?!
    - Honnêtement, je n'en sais rien. J'imagine que c'est … une nouvelle intéressante. Voyez, Gabriel. Je ne me mouille pas trop, en restant si vague au sujet de l'alchimie ! »

    Elle salua lorsque la directrice la présenta, applaudit mollement lorsqu'André Aristite prit la parole. Allons donc ! L'homme lui était sympathique, sans plus. Deborah estimait que le moment pour faire de genre d'annonce était mal choisit – encore une fois, elle avait tenté d'en toucher deux mots à Madeleine Moreau. Silence radio. Gabriel Torredemer hocha la tête avant de s'éloigner … et Deborah tomba nez à nez avec Solas Florentin. Allons donc ! Un large sourire hypocrite étira ses lèvres.

    « Allons donc, Solas ! Ne me faites pas une mauvaise publicité dès le premier jour, voulez-vous ? Je serai contrainte à faire de même, ce serait fort déplaisant pour vous. Enfin bref … j'imagine que l'annonce de monsieur Aristite ne peut que vous faire plaisir ? »

    En bref : Deborah est un petit peu larguée et n'approuve pas trop ce qui se dit, ce qui se fait et l'organisation de cette soirée. Elle quitte les cousines Carax avant d'échanger quelques mots avec le professeur de Divination avant d'alpaguer Solas Florentin.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mer 21 Oct - 22:27

    Irwin était donc désormais un élève de la maison de l'Eau. Bien. Bon. Et qu'est-ce que c'était censé lui faire ? Devait-il marquer son étonnement, son ravissement, devait-il fuir en courant ? On lui désigna vaguement sa directrice de maison, une femme terriblement belle et à priori terriblement terrifiante. Gloups. Il ébaucha un sourire qui n'eut pas de réponse, rougit, bafouilla … et décida que fuir en courant à l'autre bout de la cour était encore la meilleure des solutions qui s'offrait à lui.

    Aussitôt dit, aussitôt fait. Irwin se retrouva bien vite à demi caché dans un angle de le cour, observant sans être vu, tentant de se persuader que tout ceci n'était rien de plus qu'un mauvais rêve. Qu'un très mauvais rêve qui ne voulait pas s'éloigner de la réalité. Il était encore chez ses parents, n'est-ce pas ? Il allait se réveiller. Il allait forcément se réveiller !
    … mais non. Cette nouvelle réalité continuait, persistait, et Irwin se prit à penser qu'il aurait peut être du refuser. Rester tranquillement chez lui. En avait-il le droit ? La possibilité ? Rien n'était moins sur, après tout. Il ne savait pas vraiment. Peut être qu'un sorcier n'avait pas le choix ? Qu'il était obligé de suivre des études de magie ? Oui mais … si il ne voulait pas de sa magie, lui ? S'il ne voulait pas l'apprivoiser, ou encore s'en servir ? Brièvement, une vague gigantesque sur le point de l'engloutir, d'engloutir sa sœur, lui revient à l'esprit. Il ferma les yeux, légèrement écœuré. Allons donc. Apparemment, il allait vraiment devoir rester là jusqu'à …

    Il ferma une nouvelle fois les yeux, les rouvrit. Jusqu'à ce qu'il est tout apprit de la magie. Ou presque. Soupir. Il était là pour un bon bout de temps, donc. Autant essayer de se rendre la vie agréable, dans ce cas là. Il se secoua, se força à s'avancer jusqu'au buffet. Il avait faim, finalement. Le dernier repas commençait à remonter, aussi le jeune garçon croqua avec plaisir dans une première tranche de quiche lorraine, puis dans une seconde, avant de s'éloigner avec un verre de jus d'orange.

    Il n'avait pas fait deux pas lorsqu'il croisa une fille un petit peu étrange, qui se baladait avec un appareil photo qu'elle serrait précieusement entre ses mains. La fille, plus grande de lui d'une tête et sûrement de quelques années, le dévisagea avant de poser un regard soupçonneux sur la part de tarte qu'il tenait à la main.

    « Humm … Un gourmand ! Les nouvelles recues sont bien étranges, cette année … Sherlock, il va falloir en savoir d'avantage ! Vous, ajouta-t-elle à l'adresse d'Irwin, restez dans le coin. Il se peut que l'on ai encore quelques questions à vous poser !
    - … mais … »

    La fille avait déjà disparue. Il la chercha un instant du regard, cru l'apercevoir un petit peu plus loin, sans en être bien sur. Bien. Bon. Finalement, retourner se terrer dans son coin était peut être une bonne idée, hein … Il se hâta de regagner le fond de la cours, sans vraiment regarder ou il mettait les pieds et …

    … et BAM ! Il heurta de plein fouet l'homme qui se tenait dans un coin, apparemment désireux de se tenir lui aussi loin de la foule. Irwin voulu s'excuser, bafouilla, se mit à rougir. Il capta les dernières paroles de cet homme qui parlait depuis quelques minutes sans que le garçon n'ai rien écouté et lorsqu'il ouvrit la bouche, les mots qui sortirent n'étaient pas vraiment ceux qu'il avait prévu de dire.

    « La … c'est quoi, la pierre phisolophale ?! »

    Philosophale, Irwin mon chou.

    En bref: Irwin voudrait bien partir, mais ce n'est pas possible. Il entreprend donc de se faire des réserves de miam, se heurte au PNJ Emilia Dallio, Sherlock en herbe avant de foncer en plein dans Abhainn, à qui il parle sans vraiment s'en rendre compte. Tout va bien !

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Ven 23 Oct - 16:57

Après avoir été répartie dans la maison de la terre, Caroline s’était totalement déconnectée de ce qui se passait autour d’elle. Elle avait arrêté de penser au phénomène physique, et sûrement pas magique, qui avait pu faire apparaitre la fumée verte qui l’avait entourée et avait concentré toute son attention sur les tables. Il y avait de nombreuses personnes autour de celles-ci et il ne fut pas facile pour la jeune fille de les atteindre en évitant tout le monde. Pourtant, elle finit par y arriver et se saisit du premier verre plein qui lui passa sous la main.
Le verre était rempli d’un liquide orange. Surement du jus d’orange s’était-elle dit. Le moins que l’on puisse dire c’est que la première gorgée l’avait surprise. Ca n’avait pas, mais alors pas du tout le goût d’orange. Et c’était bien normal puisque c’était du jus de citrouille ! Jusque là, Caroline n’avait consommé de citrouille que dans des soupes d’automne, et jamais en temps que boisson sucrée. Et finalement, même avec toute la mauvaise volonté dont elle faisait preuve en ce qui concernait le monde magique, elle ne put de s’empêcher de trouver ça bon. Peut-être était-ce parce qu’elle mourrait de soif à cause de l’air salé du bord de mer, ou peut-être alors parce que le jus lui ôtait enfin de la bouche le goût de bile qui y était présent depuis sa désastreuse traversée en bateau. Mais Caroline ne pensa pas à ces excuses et un sourire apparut même sur son visage. Enfin quelque chose qui lui plaisait dans sa nouvelle vie !
Et lorsque la directrice de l’école prit la parole, sa joie grandit. Tellement concentrée dans la dégustation de sa boisson, l’adepte de science n’avait pas écouté le début du discours, ne réagissant qu’à l’entente du mot « chimie ». Cette chère Caroline le savait pourtant que les oreilles c’est comme le c*l, ça se lave… Mais là elle n’avait entendu que la fin du mot et ça changeait tout !
Durant un instant, elle cru que ses rêves les plus fous s’étaient réalisés et qu’il existait un laboratoire de chimie dans sa nouvelle école. Un laboratoire de chimie secret faisant des recherches super secrètes et ayant fait une découverte formidable sur laquelle elle pourrait peut-être travailler durant l’année. Et puisque n’est pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, il fallut que le mot « alchimie » fût répété plusieurs fois pour que la jeune fille se rende compte de son erreur. Eh non, pas de produit chimique aux propriétés extraordinaires, juste un caillou tout pourri… Que je te dissoudrais ça dans de l’acide ! Oui, oui, un caillou tout pourri, c’est la meilleure définition que Caroline pourrait donner de la pierre philosophale ! Je pense qu’on voit là le retour de la mauvaise foi, enfin, je crois. Et le retour de la soupe à la grimace aussi. C’est sur, je jus de citrouille c’est vachement bon, mais pas assez pour compensé la déception de Caroline sur ce coup là.
Si quelqu’un ne connaissant pas Caroline l’avait observé pendant les discours sur l’alchimie, cette personne aurait pu croire que l’élève de première année en connaissait un rayon sur le sujet. Son visage qui s’éclair quand on parle de l’alchimie, puis une déception lors de l’annonce finale. C’était typiquement une réaction de connaisseuse opposée à la fabrication de la pierre philosophale. C’est fou ce que les apparences peuvent être trompeuses à certains moments : un jus de citrouille qui ressemble à un jus d’orange, une élève de première année d’origine moldue qui ressemble à une spécialiste de l’alchimie, etc…
Au final, le seul point positif pour Caroline à cette annonce sur l’alchimie fut l’apparition de petits fours. Parce que le jus de citrouille c’est bon, mais ça ne remplit pas un estomac qui s’est vidé dans la mer ! C’est donc avec une avidité teintée de l’appréhension que les aliments ne soient pas ce qu’ils ont l’air d’être que la nouvelle élève se jeta sur la nourriture.

Résumé : Caroline découvre le jus de citrouille, trouve ça vachement bon et fait un grand sourire pile poil au moment ou ça parle d’alchimie. Puis entendant le discours elle recommence à faire la tête avant de se jeter sur les petits fours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 101

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Lun 26 Oct - 15:07

Spoiler:
 

Hm. Même une troupe de troll en tutu dansant le lac des cygnes n'aurait pas réussi à le dérider. Abhainn n'avait qu'une hâte : que cette soirée POURRIE se finisse, pour qu'il puisse rentrer et se pieuter, avec un bon livre et/ou un bon whisky. Le brun soupira, sirota une nouvelle gorgée de son verre, tandis que Deborah Green, sa collègue, n'arrive vers lui avec un air joyeux. La jeune femme et Abhainn avaient été camarade, du temps où Deborah suivait un cursus britannique. L'écossais se contenta de la regarder papoter toute seule, sans prendre la peine de lui répondre. De toute façon, Deborah connaissait assez le caractère du jeune homme pour ne pas se vexer. Elle resta plantée là quelques instants, avant de déposer un baiser sur sa joue et de partir comme si de rien n'était.

Abhainn était devenu raide comme un piquet (et non, absolument pas en dessous de la ceinture). Sous le choc, il n'en revenait pas qu'elle avait osé. Un. Contact. Physique. Eurk. Avec une moue désapprobatrice, Abhainn s'essuya discrètement la joue, s'exilant encore un peu plus de la foule. La répartition se poursuivait, et le brun pensait être enfin tranquille. C'était sans compter un karma visiblement pourri, puisqu'un autre de ses collègues vint lui chercher des noises. Abhainn méprisait Hippolyte et toutes ses petites tentatives pour le faire sortir de ses gonds. Un sourcil levé, Abhainn écoutait sans réel intérêt son collègue se moquer de lui. Il aurait du l'empoisonner à l'époque, ça lui aurait éviter beaucoup de désagréments. L'écossais se retint de pousser un cri au moment où la main d'Hippolyte entra en contact avec son noble fessier. Mais qu'est-ce qu'ils avaient tous aujourd'hui là, à l'agresser sexuellement !! Ils ne pouvaient pas lui foutre la paix, bordel. C'était ce que le brun aurait répondu, s'il n'avait pas eu autant de classe et d'éducation.

Même si son ennui grandissait, il fit néanmoins un effort - surhumain - pour prêter une attention toute relative au discours de... de euh.. bah, il ne se souvenait plus du nom de l'homme (et puis il s'en fichait). Reposant son verre sur une table proche, il croisa les bras, les sourcils froncés. La pierre philosophale, rien que ça. Tout cela ne plaisait pas du tout à Abhainn, mais alors vraiment pas. La dernière fois que la pierre avait été créée, un des plus grand mage noir de ces derniers siècles avait tenté de tuer un mioche pour la récupérer. C'était plutôt moyen comme réputation. Dans ses pensées, Abhainn sentit à peine que quelqu'un lui rentrait dedans de plein fouet.

- Philosophale, jeune homme, rectifia Abhainn, sans s'en rendre compte. Et ce n'est pas une très bonne nouvelle si vous voulez mon avis.

Baissant la tête vers l'élève qui venait de lui foncer dedans (sans même dire pardon, le petit impoli), Abhainn se fit la réflexion qu'ils étaient de plus en plus petit pour leur âge. Ou bien cet élève était-il particulièrement chétif. Une petite voix intérieure lui fit remarquer que c'était l’hôpital qui se moquait de la charité, puisque lui-même était loin d'avoir une carrure d'armoire à glace.

- Pour votre culture personnelle, la pierre philosophale permet de donner la vie éternelle. Entre autre chose. Déformation professionnelle ou non, Abhainn remarqua que le jeune garçon paraissait fébrile et angoissé. La foule ne devait pas être trop son truc non plus. Saisissant un énorme carré de chocolat sur une table du buffet, il le fourra dans les mains du nouvel élève sans plus de cérémonie. Tenez, ça vous réconfortera. La soirée est loin d'être terminée, alors il va falloir s'accrocher.

Abhainn avait prononcé cette dernière phrase plus pour lui-même que pour le jeune garçon. Il l'avait d'ailleurs à peine regardé durant toute leur conversation, gardant les yeux rivés sur le nouveau venu créateur de pierre philosophale. Ca sentait pas bon cette histoire.

En bref : Abhainn n'a pas bougé d'un poil, se contente de gaver Irwin de chocolat (c'est toujours mieux que de la vodka) et aimerait bien qu'on arrête de le tripoter, merci.

_________________

dieu est mort




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Mer 28 Oct - 16:07

    Phisolophale ou philosophale, c'était pour Irwin du pareil au même. Il ne voyait pas en quoi une pierre pouvait être plus qu'un bête caillou et de toute manière, c'était là un mot qu'il ne connaissait pas. L'élève de la Maison de l'Eau fixa bêtement le monsieur qui venait de lui donner une précieuse indication, cligna les paupières. Oui, et ? Pour tenter de faire bnne mesure, il hocha tout de même la tête.

    « Ah oui … d'accord. » Cause toujours mec, je comprend rien à ce que tu racontes ! Irwin se sentit rougir une nouvelle fois en se souvenant qu'il ne s'était pas encore excusé auprès de l'homme qui lui faisait face, voulu le faire, mais déjà l'homme reprenait la parole … plongeant le jeune garçon dans une perplexité sans nom.

    Une pierre qui permettait, entre autre, de donner la vie éternelle ? Ses excuses complètement oubliées, Irwin releva la tête en direction de celui qui venait de prononcer une absurdité sans nom. Pardon ?! Si les pierres pouvaient faire autre chose que de se trouver sous les pieds d'Irwin lorsqu'il voulait avancer, ça se saurait ! L'élève hésita un bref instant, avant d'éclater de rire. L'idée qu'un bout de caillou puisse rendre immortel était risible et dérisoire. Ça ne pouvait pas être vrai … n'est-ce pas ? Non, Irwin ne se rendait pas compte qu'autour de lui, les gens allaient bon train sur ce qui venait d'être annoncé, ni qu'ils semblaient être très sérieux. Il reprit sa respiration, essuya ses yeux avant de poser une nouvelle fois son regard sur l'homme qui en plus de tout le reste, venait de lui coller un gros morceau de chocolat entre les mains – MIAM – grommelant au passage que la soirée n'était pas terminée et qu'il allait falloir s'accrocher.

    Il n'en fallu pas d'avantage pour convaincre Irwin que les gens, dans le coin, étaient tous parfaitement fracassés du ciboulot. Il fixa un moment son bout de chocolat, le dévora bien vite avant de reprendre le fil de ses pensées. Et de retrouver, par la même occasion, l'usage de la parole, sans l'utiliser de manière bien logique cependant.

    « Merci. Pour la pierre … le chocolat ! Mais je veux dire … c'est pas possible ! Pour la pierre, je veux dire. » Mais oui mon chou. Respire, souffle un coup et essaye de connecter deux neurones, tu veux bien ? « C'est pas possible. Une pierre ne peut pas rendre immortel, ni donner la vie éternelle. Ce qui revient un petit peu au même, d'ailleurs. » Il prononça la dernière phrase plus pour lui même que pour son interlocuteur, le regard tourné vers le sol. « Alors du coup, pourquoi vous dites que c'est une mauvaise nouvelle ? C'est … c'est étrange et à priori pas très normal d'avoir une vie éternelle, cela dit. Moi, je n'aimerai pas. »

    Irwin venait sans doute d'exploser ses points de conversation pour les moins à venir. Il s'en rendit compte, rougit encore un petit peu avant de prononcer encore quelques mots.

    « Et merci pour le chocolat. Ça fait du bien. Comment vous pouviez le savoir ? »

    Parce que le chocolat fait toujours du bien, Irwin.

    En bref : Irwin n'a pas bougé d'un poil non plus et essaye de parler de façon à peu près intelligible à Abhainn.

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 52

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Dim 1 Nov - 14:41


    Etait-ce l’air de la mer… la vision apocalyptique de cette maudite fontaine ? L’impression soudaine et irrépressible d’avoir été jetée au beau milieu dans un bal cauchemardesque où les revenants dansaient autour d’elle, surtout : l’étouffaient de leur aura ectoplasmique – et Merlin savait que pourtant Hildegarde aurait dû y être habituée – le cocktail de ces éléments réunis… Hildegarde passa une bonne partie de cette entrée en matière beaubâtonesque à se maudire sur cent génération – et Merlin savait encore (dis donc il la ramenait souvent celui-là !) qu’elle est DEJA maudite sur mille générations à peu près – pour avoir eu l’extrême outrecuidance de se jeter ainsi dans la gueule du loup ! Autrement dit, cela faisait depuis le début de l’aventure qu’une dame d’une trentaine d’années, un chignon sévère de mèches noires corbeau fiché au sommet de la tête se décomposait facialement parlant, assise à une table seule. Ses yeux en entrant s’étaient accrochés sur la fontaine, et ils saignaient. Saignaient au souvenir pénible d’une jeune fille maladroite, au chignon sévère de mèches noires corbeaux fiché au sommet de la tête, buvant l’eau de cette coupe comme nombres de jeunes mages venaient à l’instant de le faire. Elle se souvenait du liquide au goût indéfinissable dévalant sa trachée, brûlant ses entrailles pour décréter au monde entier qu’elle appartiendrait à la maison du feu. Elle se revoyait, comme l’un des novices ici présent ayant atterri dans la maison de l’eau comme un cheveux sur la soupe : tituber, incrédule, se figer d’incompréhension puis trembler d’une dévastatrice envie de se carapater très loin. Observatrice de ce spectacle terrifiant, Hildegarde était parvenue à se ressaisir en focalisant son attention sur le discours de la directrice. Mais chaque élément dont elle était témoin lui infligeait mille souffrances et lui martelaient la tête de « Tu n’aurais JAMAIS dû revenir ! »

    Il lui fallut attendre l’arrivée d’André pour se sortir de sa léthargie, s’arracher à sa pernicieuse mémoire et retrouver le pourquoi du comment elle n’avait pas hésité une seconde à faire partie de cette aventure. Quel qu’en soit le prix à payer.Hildegarde n’apprenait décidément rien de ses erreurs. Mais cela serait l’objet d’une autre histoire… La jeune femme se leva et s’approcha quand son homologue prit la parole. Comme lui, elle sembla apparaître de nulle part, au beau milieu de l’assemblée. Elle contempla l’homme d’un air avide, les yeux pétillants de curiosité. Des frissons la parcoururent tout au long de son discours. Et chaque parole lui piquait davantage la colonne vertébrale. En un clin d’œil, son être se réchauffa. Grisée sans même s’en apercevoir, elle sentit tout à coup au bout de ses doigts crépiter des étincelles. Manifestation un peu trop évidente de son excitation qu’elle tâcha de refreiner immédiatement.
    Vu l’effet très discutable que la nouvelle d’une reconstitution de la pierre philosophale avait jeté sur l’assemblée, comme volant la vedette à la rentrée scolaire et semant le doute dans l’esprit des jeunes et des vieux, ce n’était pas le moment de sortir des banderoles et de lâcher les feux d’artifices. Hildegarde garda un visage neutre, applaudit avec politesse le discours d’André, puis reprit son observation, postée dorénavant à côté du mage de l’eau tout aussi nouveau que perdu. Le sorcier distributeur de chocolat non loin lui rappelait vaguement quelque chose, d’ailleurs.
    Et voilà le retour des fantômes ! Damned, il faudrait qu’elle s’y habitue. Revenir sur les bancs de l’école n’était pas exactement la meilleure façon de fuir son passé.

    « Beaucoup de choses sont possibles avec la magie, jeune homme. C’est bien là l’intérêt de la chose. » Se surprit-elle à glisser de sa voix grave et posée. « Tu verras que désormais, plus aucune limite ne saurait te retenir, à condition d’en assumer toutes les conséquences bien entendu. » Elle lui adressa un sourire qui se voulait sûrement rassurant voire bienveillant, même si elle venait de lui parler comme une oracle de mauvaise augure – ce dont elle ne s’était pas du tout aperçu – déjà qu’il avait l’air paumé, voilà qui allait l’aide, à n’en pas douter. Mais heureuse de sa bonne action, pour elle c’était bien déjà de transcender son appréhension pour se mêler aux autres, Hildegarde lui adressa un dernier regard perçant puis s’en alla, traînant à sa suite sa longue robe de dentelle noire, mains jointes derrière le dos.

    Un peu plus loin, en voulant attraper un verre de jus de citrouille, elle se heurta de dos à une personne qui aurait pourtant dû voir le coup venir… Elle leva les yeux vers l’homme bougon qui pestait et déposa immédiatement le verre qu’elle tenait. Blanche comme un linge elle passa son chemin avant que l’homme ne puisse lui adresser la parole. Hildegarde se hâta de retrouver André qui la trouva tout à coup bien rouge.

    « C’est le plaisir de travailler très prochainement avec vous. » lui assura-t-elle en sentant une boule brûlante s’agiter dans son estomac. Avant même de pouvoir être saluée par Mme Moreau, ou de remarquer la présence de Déborah – alors que celle-ci aurait contrebalancé l’effet de surprise terrassant dont Hildy venait d’être victime – elle quitta les lieux.

    En bref : Hildegarde est vachement contente de retrouver ses vieux camarades,. Après avoir été gentille de rassurer Irwin, avoir croisé un vilain fantôme et serré la main d'André en lui faisant de la lèche, elle est partie hurler tranquille et se maudire et reviendra au prochaine épisode.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 440

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Dim 1 Nov - 22:52

S’il y en avait bien un qui se réjouissait, c’était Solas ! Chaque parole d'André le ravissait et conférait un petit goût de miel au soda qu’il engloutissait depuis le début de l’évènement. L’idée d’une nouvelle pierre philosophale emplissait son coeur d’espoir. Si les sorciers étaient capables d’en recréer une… jusqu’où pourraient-ils aller ? Au-delà du possible ? Au-delà de ses rêves les plus fous ??! Il avait hâte que les recherches reprennent ! Et il comptait bien aider autant que possible les sorciers qui y participaient ! Il espérait qu’ils seraient aussi motivés que lui. Et aussi brillants et doués. Hein, quoi ? Comment ça, il se jetait de pleines poignées de fleurs ??

Il reposa son verre et entreprit de partager son enthousiasme avec son entourage. Ses grands yeux pétillants heurtèrent une jeune fille aux couleurs de sa maison, et il lui lança gaiement, faisant abstraction du fait qu’elle était déjà au courant de la nouvelle depuis belle lurette :

« Alors, Gwenn, qu’est-ce que tu en penses ? N’est-ce pas merveilleux ? Je sais que tu n’as pas le droit de participer aux recherches, tu n’es qu’une élève, mais avec un peu de ténacité, on pourrait convaincre André de t’inclure dans le projet ! »

Il ne la taquinait qu’à moitié. Voir sa petite élève (pas si petite que ça) participer aux recherches en alchimie l’aurait véritablement ravi. Non seulement parce qu’elle était une élève de l’Air, mais aussi et surtout parce qu’elle portait le nom de Flamel. Quant à savoir ce qu’elle en pensait…
N’attendant pas sa réponse, il attrapa un plateau chargé de confiseries en tout genre et le lui tendit, l’enveloppant d’un grand sourire :

« Prends donc un bonbon ! Pour faire plaisir à ton responsable de maison ! »

Et là dessus, il abandonna la jeune femme et partit se perdre au milieu du tourbillon de sorciers qui digéraient plus ou moins bien la nouvelle. Ses pas eurent le malheur de le mener droit sur la route de Deborah Green, paralysant momentanément son euphorie. Paroles grinçantes, sourire chargé d’hypocrisie, grands yeux fichés dans les siens avec une sorte de défi qu’il ne connaissait que trop bien… Pas de doute, cette année non plus, ils n’étaient pas prêts d’enterrer la hache de guerre et de fumer joyeusement le calumet de la paix dans les sous-sols du château !

« Je ne fais que préparer vos élèves à ce qui les attends ! » lui répondit-il sur le même ton, lui décochant un regard perçant et pétillant. « Je trouve que c’est une excellente nouvelle, effectivement. Ce qui n’a pas l’air d’être votre cas. Essayez de vous détendre, vous allez finir par effrayer nos nouvelles recrues, si vous continuez de faire cette tête, et par les convaincre de rentrer chez eux à la nage ! Si vous avez besoin d’une petite potion d’euphorie, on pourra s'arranger. » Il lui adressa un clin d’oeil…

Et partit de nouveau, sans attendre sa réaction. Le Solas Florentin sauvage n’était pas une créature particulièrement téméraire !
Il décida de rejoindre Gabriel Torredemer afin de partager sa bonne humeur avec lui. S'approchant de son ami, il eut juste le temps de voir une sorcière aux cheveux noir corbeau traverser son champ de vision comme un éclair et se faire engloutir dans la masse. Il battit des paupières, légèrement troublé. Il avait eu une drôle de sensation de déjà vu… Comme si une scène, ou une personne, enfouie dans les méandres de ses souvenirs, venait de réapparaître...
Hm, ce n'était probablement qu'une simple impression.
Sans plus se soucier de cette drôle d’alarme qui avait brièvement étreint son cerveau, il se planta à côté de son collègue et lui étreignit la main d’une puissante poigne.

« Alors, Gabriel, aucune autre vision apocalyptique, depuis la dernière fois ? Tant mieux… Je t’offre un verre ? » Il attrapa une coupe de champagne et la donna gracieusement à son collègue (ce n’était pas comme si ça ne lui coûtait pas un gallion), avant de reprendre un verre de soda et de trinquer avec lui à l'année qui s'annonçait.

Il fronça soudainement le nez, sentant l’humidité envahir peu à peu l’atmosphère. Au début, ce ne furent que quelques gouttes, qui s’écrasèrent sournoisement sur sa nuque et le firent frissonner, puis une véritable averse décida de dégringoler sur eux. Voilà qui signait la fin du buffet ! Chacun était désormais invité à avaler les informations qu’on leur avait fournies dans sa salle commune / ses appartements, et à se préparer au mieux pour l’année à venir !
Etait-ce le début d’une nouvelle époque ?
Ou le début de la fin ?

Solas avait déjà choisi son camp, mais restait à voir ce que ça allait donner…

En bref : Solas enquiquine une élève de la maison de l'Air qui s'appelle Gwenn What a Face se fait alpaguer par Deborah et finit par s'échouer auprès de Gabriel Torredemer. Et puis il pleut et il est l'heure de rentrer au château !

_________________

Solas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 272

MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   Dim 1 Nov - 23:01

L'intrigue n°1 est désormais close !
Merci à tous pour vos participations, ce fut un plaisir de vous lire
Pour vous remercier de votre implication, nous accordons à chacun 5 points (en sus des points automatiquement gagnés) par post !
Pour les adultes n'étant pas responsables de maison, vous retrouverez ces points dans votre profil.
Pour les autres, ils seront directement ajoutés dans ce sujet.
On se retrouve au prochain évènement fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://port-brume.harrypotterrpg.fr

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Intrigue n°1] Soirée de Bienvenue - Les tables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Académie de Beauxbâtons :: Cour intérieure-
Sauter vers: