AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 69

MessageSujet: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Mer 30 Sep - 22:02


    Mia adorait sa nouvelle maison. Elle se sentait comme un poisson dans l’eau à Beauxbâtons. (Elle n’avait pas encore trouvé d’équivalant avec le feu, mais y travaillait). Après la cérémonie de rentrée – où elle s’était gavée de saucisses-cocktail jusqu’à en avoir mal au ventre – elle avait rejoint ses pénates. Les élèves de la maison du Feu étaient installés au troisième étage. On leur avait expliqué qu’ils partageaient les lieux avec des sorciers venus étudier l’Alchimie. Tout cela semblait bien mystérieux aux yeux de la rouquine. Très mystérieux…. Trop mystérieux. Mia avait noté dans un coin de sa tête d’essayer d’aller mettre son nez dans ce centre de recherche plein de secrets…plus tard. Quand personne ne s’y attendrait…furtivement, tel un pet sur la glace.  
    Elle avait découvert avec émerveillement qu’il fallait pousser la chansonnette pour entrer dans la salle commune de sa maison. Même si au premier abord, chanter devant une armure immobile était un poil déstabilisant. A l’intérieur, tout était chaud et doux. On s’y sentait en sécurité. Mia avait tout de suite su qu’elle se plairait ici. Ça lui rappelait le salon de sa maison. Le soir, après le repas, elle avait décidé d’écrire une lettre à ses parents pour leur annoncer la bonne nouvelle : elle était officiellement une élève de la maison du Feu, comme son père et son grand-père !

    Après le repas de midi, Mia décida que la météo était propice à une petite promenade digestive. Adriel, lui, opta pour une sieste, laissant son amie vagabonder dans le château. Elle fut accueillie à l’extérieur par un petit vent frais et regretta aussitôt son choix de vêtements du jour. En voyant le soleil ce matin-là, elle avait opté pour une jupe en velours sous un pull deux fois trop grand, avec une écharpe. Il lui faudrait certainement un peu de temps pour s’habituer au temps breton…enfin, elle espérait qu’elle s’y ferait. Au moins, il y avait du soleil, c’était un demi-mal... Perdue dans ses pensées, Mia se laissa guider par ses pas. Elle traversa le Parc, admirant le grand stade de Quidditch qu’on apercevait plus loin, ainsi que les Serres où elle avait hâte de se rendre.

    Elle poussa jusqu’à la plage – espérant d’ailleurs qu’elle ne s’était pas trompée de chemin. Elle avait une envie folle de voir la mer et de sentir le parfum de l’iode. Après être retournée sur ses pas cinq fois, avoir hésité et s’être perdue complètement, Mia trouva enfin la plage. L’endroit était calme, désert. Tout le monde préférait gambader dans les couloirs du château pour le moment, et c’était tant mieux. En s’approchant, elle s’aperçut toutefois qu’elle n’était pas seule. Il y avait quelqu’un, un garçon qui jetait des cailloux à l’eau. Mia enleva ses chaussures, puis ses chaussettes, et les jeta plus loin. Un frisson lui parcourut le dos. Le sable était froid et un vieux courant d’air remontait sous sa jupe à intervalle régulier. Elle allait devoir investir dans des jeans, maintenant c’était sûr ! Tout doucement, elle s’approcha du garçon qui – après un temps de réflexion – était à priori en train de faire des ricochets. Dans la mer, soit. C’était le premier réparti, celui qui avait failli tomber dans la fontaine !

    « Bonjour ! » Elle se posta à côté de lui et lui sourit. « Je m’appelle Mia. Et toi ? »

    Elle le regardait avec des yeux de merlan frit, persuadée que c’était là le début d’une grande amitié. Imaginait-elle que ce pauvre jeune homme était un grand timide à qui elle faisait sans doute peur ? Non. Allait-elle le coller jusqu’à ce qu’il craque ? Très certainement. En le regardant de plus près, elle se rendit compte qu’il avait l’air triste. Il lui semblait même qu’il était prêt à pleurer. Le sourire de Mia disparut aussitôt. Oh mon dieu ! Il ne fallait pas qu’il pleure, sinon elle allait pleurer aussi !

    « Est-ce que ça va ? C’est le sel qui te pique les yeux ? Ça me le fait des fois. » Mia décida que, non, ce n’était pas le sel qui lui donnait cet air de chien battu. Elle reprit de sa voix la plus douce. « Tu as des soucis ? Je sais qu’on ne se connait pas mais…euh…si tu veux parler, moi je veux bien t’écouter. » Elle lui tapota l’épaule gentiment, un peu désemparée. « Tu veux un câlin ? »

    Elle le fixait de ses grands yeux bleus, sourcils froncés, l’inquiétude lisible sur son visage. Elle n’aimait pas voir les gens tristes comme ça et ne savait pas trop quoi faire pour lui remonter le moral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Jeu 1 Oct - 11:45

    Beauxbâtons. L'endroit était incroyable, même si l'environnement n'était pas si différent de ce qu'Irwin connaissait. Après tout, il habitait tout près d'ici, tout à côté de Roscoff ! C'était à cette idée que le petit bleu se raccrochait depuis la veille, depuis qu'il avait du prendre place à bord du ferry qui les conduisaient tous vers l'île de Batz, vers Beauxbâtons. Le visage de sa sœur avait dansé sous ses paupières durant toute la nuit. Au petit matin, le dimanche, le garçon était hagard et ses yeux étaient rouge. Un grand, de cinquième ou sixième année avait rigolé en le bousculant.

    Irwin avait hésité à se rendre dans la Salle de Réception pour le petit déjeuner. Et voilà. Ça recommençait, encore et toujours …

    Pourtant, l'endroit était incroyable ! Alan Scott, le préfet de sa maison, s'était empressé d'aller le voir après avoir remis à sa place l'imbécile qui s'en était prit à lui. Irwin avait adressé un sourire tremblant à Alan, pas bien sur de la façon dont il devait réagir. Petit rire d'Alan.

    « Allons donc ! Irwin, c'est bien ça ? Tu es arrivé hier ? Je suis Alan, le préfet des bleu ! C'est moi que tu peux venir voir lorsqu'un vient te chercher des noises. Tu as bien dormi ? … Non, pas vraiment à priori. Ce n'est rien. Tu vas voir, tu vas t'habituer à Beauxbâtons. Viens, suis-moi. Je vais te montrer le chemin jusqu'à la Salle de Réception. C'est un petit peu compliqué de s'y retrouver, au début. Rapport au fait que notre salle commune soit cachée au cœur des sous sols. D'ailleurs, la surface vitrée ne t'effraye pas trop ? Si, hein ? Honnêtement, je m'en doutais. La vitre est ensorcelée, pas de risque qu'elle ne tombe ! Tu vas voir, dans quelques années, tu arrivera à jouer avec l'eau que tu aperçois de l'autre côté. Tu vas apprendre à maîtriser tout ça … Bref ! Tu viens du coin ? Ou pas du tout, peut être.
    - De Roscoff … Euuh … Un village, derrière.
    - Oh ! Vraiment ? Tu étais déjà venu à Roscoff avant ? Nan ? Tu viens d'une famille sorcière ? »

    Non catégorique de la tête. Alan devait être en train de se demander à quel hurluberlu il était en train de parler !

    « Je vois. Né moldu ? Je suis originaire d'Irlande. Avant, j'étais élève à Poudlard. Tu sais ou c'est ? Non ? En Ecosse ! C'est un château, aussi. On est venu en France après la guerre. Mon père est français. Tiens, regarde. Cet escalier débouche sur le hall … Voilà ! Là, c'est le couloir qui mène vers la cours intérieure, où on était hier. Tu as le bureau de Madame Moreau, la salle des professeurs … Tu peux aller les voir si un grand malabar t’ennuie. Monsieur Dorléac est impressionnant, mais c'est un homme sympathique et qui aime que tout se passe bien au sein de sa maison. Pas d'inquiétude à avoir avec lui ! Je te conseille par contre d'éviter Mademoiselle Green. Exigeante et pas vraiment patiente … Oh, bonjour Madame Moreau ! Oui oui, merci. Je fais visiter l'école à Irwin. » La directrice, qui passait par là, s'était arrêté un instant afin de voir si tout allait bien. Elle demanda au première année si tout se passait bien. Irwin rougit, bafouilla, hocha vaguement la tête. Madeleine Moreau hocha la tête. Il était intimidé. Bah, cela passerait. Alan attendit que la directrice fut suffisamment éloignée pour continuer. « Madame Moreau est très sympathique. Elle fait très attention au bien être de tout le monde. Tu peux aussi aller la voir. Donc, euh … oui. L'escalier pour monter dans les étages, par là les appartements des professeurs, la Grande Porte, bien sur et la Salle de Réception ! Pour la répartition, la soirée se passe très souvent dans la cour, sauf quand il pleut. Sinon, tous les repas se font ici ! Tu sais ce que tu vas faire de ton dimanche ? »

    Irwin fit non de la tête, une nouvelle fois. Il trouvait assez séduisante la possibilité de passer la journée roulé en boule sous sa couette, à lire, mais quelque chose lui soufflait qu'Alan ne trouverait pas cette solution très bien. Irwin fronça les sourcils. Qu'allait-t-il bien pouvoir faire ?

    « Je … » Il parlait avec une toute petite voix de souris. « vais … visiter le parc ?
    - Bonne idée. Vas jusqu'à la plage ! On peut y accéder et la vue est magnifique. Allé, vas manger. Tu vas voir, tu vas te faire aux lieux rapidement. »

    Le garçon avait avalé un chocolat chaud – qui dépassait, et de très loin, tous les meilleurs chocolats chaud qu'il avait pu manger – quelques tranches de pain grillé et un croissant. Il fallait le reconnaître : ici, on mangeait bien. Ou tout au moins, ça en avait tout l'air. Ce détail, au moins, rassura quelque peu le garçon. Il tâcha, tant bien que mal, de retrouver son chemin jusqu'à la salle commune, prit bien soin de se laver les dents avant de remonter vers le hall d'entrée pour gagner le parc.

    Le mois de septembre, en Bretagne, était frais, et Irwin fut rapidement convaincu du bien fondé de ses choix vestimentaires : jean, pull et petite veste étaient tout à fait adaptés à l'approche de l'automne. Il frissonna un instant, enfonça ses mains dans les poches et se tourna pour faire face au château. Tout en hauteur, fait de pierres blanchies et éclairé par de larges fenêtres, les lieux étaient absolument somptueux. L'espace d'un instant, Irwin en eu le souffle coupé. N'importe qui aurait été ravi d'être là, il le savait parfaitement. Après tout, peut être qu'Alan avait raison, peut être qu'il finirai par s'y habituer … Au loin, ce qui semblait être le Stade de Quidditch scintillait au soleil. Au sud et par derrière le château, la foret semblait bien épaisse. D'après les ouvrages qu'il avait parcouru durant l'été, le sud abritait un lagon qu'il fallait mieux éviter. L'est n'était pas non plus fortement recommandé. Irwin décida de faire un premier tour du château avant d'essayer de trouver la plage dont Alan lui avait parlé.

    Le château était terriblement imposant et au pied des murs, Irwin avait la sensation d'être infiniment petit. Minuscule, même. Vulnérable. Il longea le mur, sa main courant doucement sur la pierre, appréciant la sensation de sécurité qu'il ressentait là, tout à coup, se disant qu'il ne pouvait qu'être en sécurité dans un endroit tel que Beauxbâtons.

    Irwin en aurait pleuré de soulagement.

    Un petit peu plus loin, les serres de verre brillaient sous le soleil du début du mois de septembre. Irwin se surprit à sourire brièvement. Il aurait, il le savait, des cours de Botanique – et le garçon avait hâte. Il le savait, ces cours allaient le passionner. Il le sentait, il s'en tirerai bien. Sans grande difficulté. Son père l'avait habitué à la nature, à identifier les plantes, à les utiliser, même, pour les usages courants de la médecine douce. Irwin savait que la menthe poivrée aidait à la digestion, que l'eucalyptus, difficile à trouver en Bretagne, aidait fortement à dégager les voix respiratoires. Il savait que la camomille apaisait les peaux fragiles et acnéiques et que l'orange calmait les esprits tourmentés. L'étude des plantes le passionnait et s'il n'avait pas peur d'être surpris dans un lieu où il n'avait peut être pas à être. Pas dès le second jour.

    Il s'arracha à la contemplation des plantes, bien étranges, au travers des vitres et se dirigea vers le Stade, flambant neuf ou presque, rutilant sous le soleil. Il en fit le tour, impressionné, avant de pénétrer à l’intérieur du stade par l'ouverture prévue à cet effet. Là, pile au centre du Stade, debout sur la surface de sable, le jeune garçon fit rapidement le tour de lui même. Tout autour de lui, du sable et des gradins. A chaque extrémité de l'ovale que formait le stade s'élevait trois anneaux dorés, plantés au bout d'un long poteau, blanc et fin. A quoi cela servait-il ? Comment jouait-on au Quidditch ? Irwin n'en savait rien. Un bref instant, il imagina les joueurs, courant, certainement, sur le sable, le stade plein, les supporteurs hurlants, acclamant leur équipe favorite … C'était certain : ce qu'il allait découvrir cette année serait bien différent de tout ce qui lui avait été donné de voir jusqu'à présent. Est-ce que cela l'excitait ? Pas plus que ça, non. N'importe qui aurait été fou, mais pas Irwin.

    Irwin, lui, voulait simplement rester à Plouastel, avec ses parents, ses frères, sa sœur. Continuer le lycée par correspondance. Rester chez lui, à l'abri, à continuer sa petite vie, tranquille, paisible. Ce n'était pourtant pas à l'ordre du jour … Peut être s'il tombait malade ? Gravement ? Peut être que ces parents voudraient le voir rentrer à la maison ? Peut être qu'il pourrait se faire renvoyer de l'Académie ? Faire une grosse bêtise … Irwin n'oserai pas. Il le savait bien. Soupir. Il était peut être temps de gagner la plage dont Alan parlait tout à l'heure. Peut être bien, oui, il est grand temps, Irwin chéri …

    Pour savoir dans quelle direction se trouvait la plage, c'était une autre paire de manche. Irwin décida de marcher au hasard. Il aurait pu, s'il n'était pas sur un île, de marcher dans la direction de là d'où venait le vent … mais le vent, frais, pernicieux, venait de tous les côtés. Le nord semblait être le seul endroit de l'île, excepté le village et ses environs, qui n'était pas dangereux pour les élèves. En toute logique, la plage devrait être par là bas. Il marcha au hasard jusqu'à tomber sur un petit écriteau de bois, planté à même le sol, le long d'un sentier sinueux qui semblait sortir de nul par. Sur le bois défraîchit avait été gravé, à l'aide d'un enchantement, Irwin le devinait, un nom. Riveclaire … un nom qu'il connaissait pour l'avoir lu dans L'Histoire de Beauxbâtons. La plage de Riveclaire. Il était dans la bonne direction.

    Le sentier, tortueux, descendait rapidement vers … vers quoi ? La curiosité l'emporta et bientôt, Irwin naviguait à travers les hautes herbes, marchant rapidement vers la plage. La plage ! Vaste, ouverte aux vents, recouverte de sable fin dans lequel se trouvaient quelques galets, les vagues se fracassant bruyamment à même le sol … Irwin eut un sourire. La plage ressemblait étrangement à celle qu'il fréquentait, régulièrement, avec sa famille. Sa famille … que n'aurait-il pas donné pour les avoir là, tous avec lui ? Il s'avança, ramassa un galet et remonta légèrement son pantalon, de peur qu'une vague ne vienne l'éclabousser. Ses chaussures ? Détail mineur. Il tenta de faire sortir sa peine en lançant un premier galet … la pierre glissa sur l'eau en un parfait ricochet. Sourire. Un second ricochet. Sasha, sa sœur … C'était elle, la meilleure pour les ricochets ! Irwin sentit une nouvelle fois ses yeux s'embuer. Allons donc !

    Sans qu'il ne s'y attende, une voix s'éleva, juste à côté de lui. Il sursauta, se retourna … lançant son galet sans réussir son ricochet, cette fois-çi. Trop déstabilisé pour cela.
    La fille était rousse et avait la mine nettement plus réjouie qu'Irwin ! Elle semblait pétiller. Il détourna les yeux, préférant ne rien dire, préférant rester seul. Mais la fille persistait ! Elle insistait, tentait d'établir un contact pour de vrai ! Et lui posait des questions très personnelles. S'il avait des problèmes ? S'il voulait parler ? S'il voulait … QUOI ?! Un câlin ? Mais …

    Maman !

    Il ramassa un nouveau galet, effectua un parfait ricochet.

    « Non. »

    Voix chevrotante. Merci, Irwin.

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 69

MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Mer 7 Oct - 20:49

    Mia aurait voulu aider cette pauvre petite chose qui trainait seule sur la plage telle une méduse échouée. Mais visiblement, lui ne voulait pas de son aide. D’abord, il avait négligé les règles de politesse élémentaire – que même Mia connaissait – en ignorant ses questions. Puis il avait refusé sa proposition amicale d’un « non » catégorique et s’en était retourné à ses cailloux sans développer. Bon, c’est sûr que le câlin n’était peut-être pas l’idée du siècle. Mia devait se mettre dans la tête que les contacts prolongés pouvaient mettre les étrangers un poil mal à l’aise. Mais qu’y pouvait-elle si elle avait été éduquée dans la calinouthérapie ?! (un art thérapeutique parfaitement légitime, soit dit en passant, que l’on pratiquait de mère en fille depuis quatre générations !)
    Elle se contenta de hocher la tête vigoureusement, les yeux fixés sur l’eau.

    « Oui, je comprends, bien sûr. ….une autre fois peut-être. »

    Mia se mordit les joues pour ne pas sourire et garder son sérieux. Elle se désintéressa du garçon – après tout, il n’avait pas l’air d’avoir besoin d’elle – et observa mieux la plage. C’était très mignon par ici ! Il n’y avait pas un chat, tout était brute et sauve, excepté pour la petite cahute qu’on apercevait plus loin. La jeune fille se demanda un instant ce qu’il pouvait y avoir à l’intérieur. Son regard suivit la plage de la cabane jusqu’à l’horizon. Elle avança un peu, juste assez pour tremper ses pieds dans l’eau. L’eau était froide, plus qu’elle ne s’y attendait, mais elle n’avait pas envie de reculer. Il faudrait qu’elle dise à Adriel que leurs séances bronzettes étaient annulées pour de bon. Eux qui avaient l’habitude de profiter de la plage jusque mi-septembre…

    Après ces quelques minutes de contemplation et de silence, Mia finit par s’ennuyer ferme. Elle se tourna vers le garçon – dont elle ignorait toujours le nom – et le dévisagea des pieds à la tête. Il avait un peu l’air d’une grande saucisse, mais il était plutôt mignon, avec ses cheveux en bataille et ses jolis yeux. Mais en y regardant de plus près, on aurait dit qu’il sortait d’un enterrement. Ou qu’il planifiait de découper des gens au couteau à beurre, au choix. Ça lui aurait fait mal, à ce cornichon, de sourire un peu ?

    « Et doooonc….tu as un nom ? » Peut-être allait-il enfin se décider à lui parler ? Elle ne demandait quand même pas la lune, si ? Et elle était presque sûre qu’à son âge, il devait connaitre son nom. « Ou je dois continuer de t’appeler celui qui a failli tomber dans la fontaine ? » Non pas que ça l’aurait gênée.

    Mia affichait maintenant un petit sourire moqueur. Ce n’est pas qu’elle avait quelque chose contre les grands timides, elle savait très bien qu’ils n’y pouvaient rien. Mais ce n’était quand même pas compliqué d’aligner deux phrases ! Sujet, verbe, complément, un peu de ponctuation au milieu et basta. Elle n’était pas en train de lui demander de calculer la distance entre la Terre et la Lune au mois de Mars.

    « T’en fais pas, je plaisante. Toi au moins, tu t’es pas retrouvé dedans ! Pas comme certains. »

    La chute d’Adriel dans la fontaine allait probablement rester l’un de ses plus beaux souvenirs. Elle se ferait une joie de le raconter à son mariage, pendant le discours du témoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Mer 14 Oct - 16:58

    Bien. Bien. Irwin avait fait comprendre à la jeune demoiselle qui se tenait à ses côtés d'une manière un petit peu trop insistante au goût du jeune homme qu'il n'avait pas besoin d'aide et qu'il ne voulait pas de câlin. Qu'est-ce qu'il fallait d'autre à cette grande dinde (pardon Mia ._.) pour qu'elle ne file ?! C'était trop demander, deux minutes de tranquillité, dans cette pseudo école de magie ?! Quoi, comment ça, il avait eu toute la nuit, puis tout le reste de la journée, pour rester seul et tranquille ? Mais ! Ça ne comptait pas. Ce qu'Irwin voulait, c'était la paix de façon permanente ! Non mais.

    Mais la grande dinde à côté insistait, donc. Elle finit même par lui adresser la parole à nouveau, et Irwin ne parvint pas à retenir un soupir d'agacement. Allons bon. Il allait devoir parler. Le jeune garçon n'en avait pas envie – et le simple fait d'ouvrir la bouche en présence d'inconnus le mettait fichtrement mal à l'aise ! Il soupira une nouvelle fois avant de lâcher son énième galet. L'étudiant de la Terre se retourna et observa pour de vrai, avec attention, l'inconnue. Qui venait de lui demander son prénom et se moquait doucement de lui. Ce qui n'était pas très sympathique, tout de même. Il fronça les sourcils.

    Il l'avait vu la veille, bien sur. Lors de la soirée étrange ou il avait bu l'eau de la fontaine … et avait manqué, en effet, de tomber dedans. Apparemment, cet incident n'était pas passé inaperçu. La rouquine avait été répartie juste après lui et, si les souvenirs du breton étaient bons, avait été envoyé dans la Maison du Feu. Comment avait-il réussi à enregistrer cette information alors que lui-même, la veille, se trouvait être dans un drôle d'état second ? Irwin n'en avait aucune idée. Quoi qu'il en soit, la demoiselle ne semblait pas bien méchante, aussi Irwin décida de faire un petit effort.

    « Irwin. Je … je suis pas tombé dans la fontaine. Ton ami, par contre, si. »

    Manière de lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à se moquer de lui. Pas sur et certain que le message passerait tel quel, mais qu'importe. Ce n'était pas comme si Irwin savait communiquer de manière fluide avec les gens, de toute manière ! Mais il finissait tout juste sa phrase que la fille lui assurait qu'elle plaisantait et marmonna que d'autres s'étaient retrouvé complètement dedans. Irwin se surprit à sourire. Bon. Peut être que l'année allait mieux se passer qu'il ne l'avait prévu ! C'était encore trop tôt pour le dire, bien sur, mais cette rouquine avait l'air gentille. C'était peut être bien la seule pour le moment, avec Alan, bien sur. Le préfet. Irwin prit une grande inspiration et, se forçant à songer que Sasha aurait voulu qu'il ne se retrouve pas seul dès son second jour d'école, prit la parole.

    « J'espère que ton ami va bien. Tu … es dans la maison du Feu ? C'est ça ? » Oh la la. Irwin rougit. Allait-elle croire qu'il la suivait, ou quelque chose comme ça ? Qu'il l'espionnait ? Non, sans doute pas, Irwin chéri. Respire mon chou, reste calme. Touuuut ira bien ! Il tâcha d'ignorer le rouge qui lui montait aux joues et désigna sa jupe. « Tu dois avoir froid, comme ça. Tu n'es pas d'ici ? »

    Bizarre. Irwin s'était mis en tête que tous les élèves de Beauxbâtons venaient des environs. Qu'il y avait des écoles de Magie éparpillées aux quatre coins de la France. Comme si les jeunes Bretons étaient assez nombreux pour remplir un château tel que Beauxbâtons !

    Quant au prénom de la demoiselle, il n'avait même pas songé à le lui demander !

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 69

MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Ven 23 Oct - 22:12



    A la surprise générale, le drôle de garçon savait parler ! Mia le dévisagea, un poil choquée qu’il lui ait répondu. Elle lui adressa aussitôt un grand sourire. Elle avait envie d’ajouter une bonne tape amicale dans le dos suivie d’un « bah tu vois, c’était pas bien compliqué quand même ! » mais son instinct lui souffla que ce n’était pas une bonne idée. Donc, il s’appelait Irwin. Il avait l’air d’avoir un peu de mal avec le second degré mais au moins il n’était pas méchant. A priori. Il faisait surtout beaucoup moins peur quand il souriait. Mia ne l’aurait pas qualifié d’effrayant mais au premier abord, il avait quand même un faux air de serial killer en devenir qui mettait mal à l’aise.

    Mia enfouit ses mains dans les poches de sa jupe et sortit les pieds de l’eau pour les enfoncer dans le sable. Il faudrait qu’elle pense à trouver une bouillotte pour trainer le soir sur les canapés avec un bon livre d’aventure. L’idée de passer l’automne emmitouflée dans sa couette au coin du feu lui semblait tout à fait alléchante. Elle releva la tête pour observer Irwin qui rougissait, surement timide à l’idée de lui poser des questions. Elle hocha la tête vigoureusement avant de se lancer dans des explications sur le pourquoi du comment de la chute d’Adriel.

    « Oui, oui ! Il va bien ! Heureusement il a pensé à se rattraper avec ses mains cette fois. L’année dernière il s’est cassé le nez en tombant de sa chaise. Franchement, je ne suis pas certaine que ce soit bon de mélanger un demi-litre de sang à l’eau d’une fontaine magique. »  Mia n’était pas une experte, mais elle était presque sûre que cette eau était un poil sacrée dans le monde magique. « Je suis dans la maison du Feu oui. C’est sympa ! La directrice est gentille et les gens un peu bizarres. J’aime bien les gens bizarres. Et toi ? …enfin, euh ! Pas si tu aimes les gens bizarres ! Enfin, si, peut-être, mais, euh ! Ta maison ? C’est ? »

    A ce stade, Mia renonça à formuler une phrase complète. Elle s’était embrouillée elle-même et doutait que son interlocuteur l’ait comprise. Ça lui arrivait parfois, d’avoir la langue qui fourche dans la grammaire. (??) Elle devait avoir les joues aussi rouges que celles d’Irwin maintenant. Bien. Bon. Respirons un grand coup. Elle baissa les yeux sur sa jupe qui avait l’air un peu inappropriée dans ces circonstances. Il fallait qu’elle investisse dans des collants, de toute urgence.

    « Euh, oui. Ça fait un peu frais entre les cuisses. » #GirlsProblems. « En fait je suis de Nice. C’est pas exactement le même climat. Mais j’aime bien la Bretagne, c’est joli. Et la bouffe est incroyable. Ce machin collant, là, au petit déjeuné, c’est…mince, comment ça s'appelle ? Pfouh. Je m’en remets pas. …Et toi tu es de la région ? »

    Mia arborait un grand sourire niais, toute contente d’avoir réussi à faire parler le jeune homme. Une fois qu’on l’avait sorti de sa coquille, Irwin était plutôt sympa en fait. Un peu comme une petite châtaigne. Pouh.
    Mia se racla la gorge et repartit sur sa lancée.

    « Tu connaissais la magie avant d’arriver à Beauxbâtons ? Ou pas du tout ? »

    La rouquine réalisa après coup que, de toute façon, ils étaient presque tous au même stade, nés-moldus comme sang-mêlés : c’est-à-dire des boulets. Mia avait beau être la fille d’un sorcier, elle savait à peine tenir une baguette correctement. M’enfin. Elle avait au moins quelques bases en vocabulaire quoi.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   Dim 1 Nov - 0:53

    Bien, bon. La demoiselle était gentille, il parvenait à priori à aligner deux mots mais pourtant, il était parfaitement perdu. En face de lui, la rouquine parlait trop, et trop vite. Elle parlait de tout, laissant le garçon un petit peu à côté de la plaque. Minute, minute … pourquoi lui parlait-elle d'un garçon qui était tombé de sa chaise, de sang et de fontaine ? Est-ce que … Ah, oui ! Elle parlait de son ami, celui qui était tombé dans la fontaine. Oui, oui. Il décida, tant bien que mal, de suivre la conversation – du moins autant qu'il en serai capable.

    Il se força à sourire.

    « Je ne sais rien de cette fontaine, mais elle n'apprécierai sûrement pas, c'est sur. Heuu … j'ai rejoins la maison de l'Eau. Il paraît qu'ils sont tous bizarres, là bas. Enfin qu'on est tous bizarres. Je sais pas si j'aime les gens bizarres pour autant. » Le garçon n'était pas trop à son aise, mais qu'importe. En face de lui, la demoiselle avait l'air aussi rouge qu'une tomate bien mure, et pas vraiment à son aise non plus. Il haussa les épaules. « Mais je n'aime pas trop la salle commune. Il y a un mur d'eau à travers lequel on voit tous les poissons qui … » Il fronça les sourcils. « J'arrive même pas à voir d'où ils viennent, ces poissons. Tu vois comme c'est bizarre ! »

    Bien bien bien. Ce qui était également très bizarre, c'était le fait que la demoiselle lui parle de ce qui se passait entre ses cuisses comme ça, impunément, sans éprouver la moindre pudeur. Irwin n'était pas du genre à avoir l'esprit mal tourné, ou encore à songer aux choses de la vie et de l'amour, mais quelque chose dans les paroles de la demoiselle qui lui faisait face et dont il ignorait toujours le nom le mit étrangement mal à l'aise et lorsqu'elle prononça ces étranges paroles, il se mit à rougir jusqu'aux oreilles. Il tenta bien de lui répondre – répondre au fait qu'elle venait de Nice et qu'elle avait froid, rien de plus, bien entendu – mais aucun son ne parvint à sortir de sa bouche. Il du retrouver sa respiration, se secouer, fermer les yeux avant de parvenir à aligner trois mots.

    « Je ne sais rien de Nice, mais en Bretagne, il fait froid assez souvent. Tu vas vite avoir besoin de … de te couvrir les cuisses. » PARDON ? Il n'avait pas dit ça pour de vrai ?! Le garçon rougit une nouvelle fois fortement et reprit la parole d'une petite voix tremblante. « En-enfin ! Je veux di-dire … de te couvrir tout court ! Il ne faudrait pas que … que tu … ais froid ! Ça non. Le machin collant s'appelle un kouign amann. Maman dit que c'est mauvais pour les hanches, mais sinon, c'est plutôt bon. J'habite juste à côté de Roscoff, là où on a prit le bateau pour venir à l'Académie, mes parents ne sont pas sorciers du tout, mes frères et sœurs non plus, et je n'aime pas trop trop la magie. »

    3615 ta vie, merci Irwin.

    « Et toi ? Et euh … c'est quoi ton nom, au fait ? »

    Bien. Irwin avait utilisé son quota de parole pour les quinze ans à venir.

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ne retiens pas tes larmes - Dimanche 2 Septembre, 14h [Irwin et Mia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Les alentours :: Nord :: Plage de Riveclair-
Sauter vers: