AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Mar 27 Oct - 12:08

    Après deux semaines passées à l'Académie, Irwin ne se sentait toujours pas à sa place. Il avait peur, était mal à l'aise, voulait plus que tout rentrer chez lui. Même l'abruti qui l'avait menacé au collège lui semblait être plus salutaire que Beauxbâtons, que la magie et que tout ce monde qui s'ouvrait à lui mais dont Irwin ne voulait pas, dont il se sentait si éloigné.

    La magie … la magie, ce n'était censé être qu'une vague imagination créées par et pour les contes de fées ! Ça ne devrait pas exister pour de vrai – et par conséquence, le garçon ne devrait eu aucun cas être là. Fort de cette affirmation, le garçon shoota dans un galet avant de grimacer. Mauvaise idée ! Ça faisait mal, cette affaire.

    Il faisait beau, ce samedi là, et les professeurs avaient averti les élèves au cours de la semaine : durant le week end, les élèves étaient libres d'aller explorer l'île – dans les limites du raisonnable, bien sur – afin de se dégourdir les pattes, de goûter aux délices proposés par l'établissement la Table des Deux Tours, café niché au cœur du village de Castel Royal, de se rendre sur les plages de l'île, d'aller rendre visite aux lutins ou encore au vieux mage qui, selon la légende, vivait sur la pointe tout au sud de l'île de Batz … Au fond de lui, Irwin avait été content de la nouvelle. Il serait toujours coincé dans un monde plein d'une magie qu'il ne connaissait pas et ne comprenait pas, mais au moins, il pourrait voir autre chose. Qui sait, peut être que le village était mignon ? Il en avait vu quelques rues le premier jour, durant le trajet en calèche de Port Brume jusqu'à l'école et mine de rien, il avait hâte de voir le reste. Avec un petit peu de chance, ce samedi pourrait mettre un petit peu de baume sur son cœur.

    Il fallait compter à peine une demi heure pour marcher jusqu'au village. Irwin longea la plage de Riveclair, sourit malgré lui en se remémorant sa rencontre avec Mia, la jeune élève de la Maison du Feu qui lui semblait être bien étrange et à la fois très attachante. Une nouvelle fois, il aperçu la cabane abandonnée qui semblait veiller sur la plage et une nouvelle fois, il résista à l'envie de se précipiter dessus. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir, là dedans ?! Le garçon n'en savait rien, mais l'idée fixe était restée dans un coin de sa tête tout au long des deux dernières semaines. Un jour, se promit-il. Un jour, il irait voir.
    Mais pour le moment, Irwin débouchait sur la place centrale de Castel Royal. Les arbres, encore vert, commençaient néanmoins à se parer de jolies feuilles dorées qui bientôt tomberaient doucement sur les têtes des élèves. Les bancs, la fontaine, tout donnait à cet endroit un aspect calme et reposant. Il hocha la tête avant de reprendre sa route, s'enfonçant dans ce qui lui semblait être la rue la plus animée du bourg. Il y avait là divers magasins pour sorciers : balais magique, boulangerie enchantée, épicerie fantastique, apothicaire, librairie … et la Table des Deux Tours, l'établissement dont il avait déjà entendu parler au détour des conversations, dans la Salle de Réception, pendant les repas ou encore dans la salle commune. S'assurant qu'il avait bien un petit peu de monnaie sorcière dans la poche de sa cape de laine, le garçon poussa doucement la porte.

    Irwin fut accueilli par le sourire sympathique de Madame Patmore, la tenancière, qui lui demanda rapidement ce qu'il voulait. Un instant, Irwin la dévisagea sans comprendre. Ce qu'il voulait ? Trouver une petite table tranquille et s'affaler dans un coin de l'auberge, pleine à craquer, pour lire le roman 100 % moldu qu'il avait dans sa poche. Mais qu'est ce que … Et puis on lui présenta la carte des lieux et le garçon comprit. Ce qu'il voulait boire ! Il rougit, bafouilla, avant de se décider pour un chocolat chaud aux épices magiques. Il paya les quelques noises que coûtait la boisson et finit par – enfin – aller s'affaler sur la seule table libre, à demi cachée au fond de la pièce, collée à une fenêtre qui lui permettait de regarder ce qu'il se passait dehors. Parfait.

    Restait à espérer que personne ne viendrait l'enquiquiner.

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 157

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Mar 27 Oct - 21:50

Plume avait prévu de passer son samedi recroquevillée au fond de son lit, avec un bon bouquin et un paquet de patacitrouilles à portée de main. Elle avait déjà tout prévu, à commencer par le pyjama jaune citron tout doux et les énormes chaussons moelleux en forme d’hippogriffe qu’elle comptait porter toute la journée. Aaah, qu’elle aimait ces moments en tête à tête avec elle-même, ces moments durant lesquels elle pouvait avoir les cheveux décoiffés, le visage constellé de points noirs et des miettes de gâteaux coincées entre les dents, sans personne pour la dévisager !

Oui, mais… C’était sans compter sur un élément imprévu, qui était venu bousculer ses douces prévisions comme une tempête. Un élément aux couleurs de la Terre et au regard pétillant, qui l’avait apostrophée pendant le petit déjeuner et lui avait proposé, l’enveloppant d’un sourire charmeur : « On passe la journée au village ensemble, Plumette ? » Le coeur battant à tout rompre à cette idée, elle avait acquiescé, essayant d’ignorer la moiteur qui s’était emparé de ses mains et l'euphorie qui avait piqué sa poitrine à cette idée. « D’accord, Will » avait-elle simplement répondu à son demi-frère, incapable de détacher les yeux de ses prunelles étincelantes. Il lui avait décoché un clin d’oeil entendu, lui avait donné rendez-vous à 10h devant la Table des Deux Tours, et avait disparu dans un soyeux froufrou provoqué par sa cape.

Adios, le programme cocooning dont elle avait rêvé toute la semaine ! L’adolescente avait filé sous la douche, aspergé son cuir chevelu de shampoing à l’abricot, frotté vigoureusement sa tête pour faire pénétrer tout ça derrière le sébum, et avait revêtu ses plus beaux atours : une jupe évasée en velours rouge vif, un tee-shirt bleu pailleté, des collants rayés et des chaussures vernies dotées de petits talons dorés. Oui, bon, elle ne risquait pas de passer inaperçue avec ça, mais ce n’était pas sa faute si elle aimait les couleurs ! Au cirque, personne ne lui aurait accordé la moindre attention, attifée comme ça ! Sauf que Beauxbâtons n’était pas un cirque, et elle regretta rapidement sa tenue en remarquant qu’elle attirait toutes sortes de regards intrigués, vêtue de ces tissus bariolés. Maudissant ces regards rivés sur elle, elle baissa la tête et se glissa hors du château, entortillant nerveusement une mèche -encore humide et fleurant bon l’abricot- autour de son index.

Elle arriva rapidement devant la taverne que son demi-frère avait érigée en point de rendez-vous, et attendit impatiemment son arrivée, le dos appuyé aux murs de l’établissement. Ils étaient froids, durs, et elle ne tarda pas à avoir mal au dos. Mais que fichait-il ? Il était 10h10, maintenant… 10h15… Ses muscles commençaient à s’ankyloser, et ses cheveux mouillés lui glaçaient la nuque… 10h23… Mais que faisait-il… Oh ! N’était-ce pas lui, là-bas ? Plume exécuta un bond et s’approcha de lui à toute vitesse, un sourire affleurant aux lèvres… avant de remarquer qu’il n’était pas seul. A ses côtés, riant à gorge déployée, une ravissante blonde lui agrippait le bras et l’éclaboussait de regards pétillants. Lyanna. Sa soeur. Ni elle ni Will ne l’avaient encore remarqué, et Plume s’empressa de se cacher derrière les portes de l’établissement, toute joie envolée.

Bien sûr. Elle avait été idiote de croire que Will ne l’inviterait qu’elle, et elle seule, à passer la journée avec lui. Elle aurait dû se douter que Lyanna serait de la partie…
Si seulement elle avait eu un peu plus de jugeote, et était restée dans son lit, au lieu d’accepter son rendez-vous sans réfléchir…

« Mademoiselle ? » Elle sursauta et sentit le rouge lui grimper aux joues. « Vous êtes venue boire quelque chose ? Si vous êtes seule, il reste une place, là-bas, devant le jeune homme… » Mme Patmore, la propriétaire de la taverne, venait de s’encastrer dans son champ de vision et lui souriait d’un air gentil. Plume n’osa pas lui avouer qu’elle n’avait absolument pas soif, et qu’elle s’était réfugiée là pour fuir son demi-frère et sa soeur. Un peu gênée, elle suivit la sorcière jusqu’à la place qu’elle lui désignait et s’y assit docilement. « Que désirez-vous ? » « Euuh… Un… un lait à la fraise » répondit la jeune fille à tout hasard, n’ayant aucune idée de ce dont elle avait envie (à part disparaitre de la surface de la Terre). Sa commande arriva dans la minute, rose vif et exaltant un délicieux parfum de fraise.

Ce fut seulement à ce moment là, après avoir silencieusement remercié la serveuse, qu’elle réalisa qu’elle n’était pas seule à cette table. Devant elle était attablé un garçon de Beauxbâtons, un livre dans les mains et un chocolat posé devant lui. Elle écarquilla les yeux. Il avait l'air un peu perdu, et était tout drôle, avec ses cheveux bruns et son petit air sérieux. Mais.. mais elle le connaissait ! réalisa-t-elle soudainement. Il suivait les mêmes cours qu’elle ! Il n’avait qu’un an de moins, et était dans la maison de l’Eau. C’était lui qui avait failli tomber dans la fontaine lors de la répartition, puis dans un chaudron au premier cours de potions… Il devait avoir du savon sous les semelles. Ou alors il était juste maladroit. L'un comme l'autre, Plume trouvait ça plutôt mignon. Et gênant.

« Euh… » dit-t-elle, embarrassée. « Je… je suis désolée, je ne t’avais pas remarqué… je… moi non plus, je ne voulais pas te voir, tu sais… Enfin non, ce n’est pas ce que je veux dire ! Je veux dire que, moi aussi j’aurais préféré être toute seule, mais Mme Patmore m’a dit de m’asseoir là et je… je… » Consciente que plus elle parlait, plus elle s’enfonçait dans son trou, elle se tut et but une grande gorgée de lait rose. C’était doux, sucré, un peu réconfortant. Elle reprit un peu de courage. « Qu-qu’est-ce que tu lis ? » baragouina-t-elle finalement, la bouche auréolée de rose. Elle avança le bras pour toucher la couverture du livre… et mit son coude dans le chocolat de son camarade, en aspergeant au passage sur lui. Oh nom d’un shtroumpf en caleçon en dentelles ! Cette journée s’annonçait décidément bien nulle. Elle chercha du regard une serviette en papier, ayant déjà oublié qu'une baguette magique était glissée dans la ceinture de sa jupe et n'attendait que d'être dégainée pour arranger les dégâts.

_________________

Plume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Ven 30 Oct - 23:34

    PIOUUUUUUF @_@ Irwin avait enfin réussi à se poser. Son chocolat était chaud, il sentait divinement bon et la dame qui travaillait ici semblait être très gentille. Il pouvait voir ce qu'il se passait dehors – et constatait par la même occasion que Castel Royal semblait être une bourgade fort charmante – et avait le roman fantastique qu'il affectionnait le plus entre les mains, à savoir une vieille édition à laquelle il tenait tout particulièrement du Seigneur des Anneaux.

    La vie n'était pas trop moche, en définitive. Irwin devrait pouvoir tenir le coup.

    Dans un premier temps, il se captiva pour sa lecture. La langue de Tolkien, sa façon d'écrire et le monde qu'il faisait naître dans l'imagination galopante du garçon étaient incroyables et d'une poésie à toute épreuve. Irwin aimait s'y perdre, fermer les yeux et imaginer les plaines du Rohan prendre vie dans son esprit. C'était tellement beau et tellement facile à la fois ! Il sourit, visualisa l'arc de Legolas, le paysage grandiose, la flèche qui volait, qui vibrait avant de se nicher entre les deux yeux d'un orc …

    … lorsque la porte de l'établissement s'ouvrit soudainement, laissant pénétrer une vague de froid qui remonta jusqu'à Irwin, gagna ses pieds et le traversa entièrement. Il n'eut que le temps d'apercevoir une jeune fille apparemment mal à l'aise, qui ne semblait pas trop savoir ce qu'elle faisait là. Elle était entrée à toute allure et maintenant, elle avait l'air perdue. Quoi qu'il en soit, la magie était partie. Irwin soupira et avala une gorgée de chocolat chaud. Épicé. Délicieux. Il frissonna de plaisir, ravi de découvrir qu'il aurait au moins le chocolat chaud de Madame Patmore pour le réconforter d'ici aux vacances de Noël !

    Plongé dans ses pensées, il ne capta qu'au tout dernier moment que quelqu'un était en train de s'asseoir en face de lui. Attendez, attendez … Que. Quelqu'un. Était. En. Train. De. S’asseoir. En. Face. De. Lui. Mais … mais ça n'allait pas du tout ! Il voulait être seul ! Il voulait avoir la paix ! Il ne voulait pas de … Coup d’œil rapide à la demoiselle habillée comme un sapin de Noël qui lui faisait face. Il ne voulait pas d'un sapin de Noël de compagnie !

    Irwin, classe, distingué et toujours très sympathique.

    Contrairement à Plume, Irwin ne la reconnut pas et ne trouvait rien de mignon dans la situation présente, qui était plutôt … désagréable. Quoi, comment ça, la seule place libre du café était celle qui lui faisait face ? Mais ! Ce n'était en aucun cas son problème ! Et puis lui non plus ne voulait pas voir la greluche qui lui faisait face ! Encore moins si elle mettait son coude dans son chocolat chaud et touchait ses livres !
    Irwin fronça les sourcils et, à toute allure, recula autant qu'il pouvait dans sa chaise afin de mettre la plus grande distance entre la fille et lui. Il fronça les sourcils, constata l'étendue des dégats. Bon. La table n'était pas bien propre, maintenant, il risquait de tâcher son livre et ses vêtements et avait certainement des morceaux de pull de la demoiselle dans son chocolat.

    La journée commençait mal.

    Irwin tendit machinalement sa serviette en papier à la demoiselle qui semblait en chercher une. Comme s'il n'était pas capable de nettoyer lui même les quelques éclaboussures de chocolat ! C'est sur, ce n'était pas comme cela qu'il allait faire un effet fou sur la demoiselle … mais ça, il n'y songea pas le moins du monde ! Et ses quelques paroles n'allaient sans doute rien arranger.

    « Je n'ai pas très envie de te voir non plus. Je lis le Seigneur des Anneaux, et tu es bien maladroite. » Haussement de sourcils. Quoi ?! Ce n'était pas de la méchanceté, c'était la pure vérité ! Oui, Irwin était un petit peu trop handicapé des relations humaines pour comprendre qu'il se montrait plutôt malpoli.

    Et alors, nom d'une goule ?!

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 157

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Sam 31 Oct - 23:48

Plume se serait administrée une bonne dizaine de gifles, si elle avait pu. Encore une fois, elle était en train de tout gâcher. Pourquoi n’avait-elle pas pu se taire ? Et se contenter de siroter son lait à la fraise, sans chercher à établir de contact visuel et sonore avec son camarade ? Il fallait toujours qu’elle mette les deux pieds dans le plats. Et les mains. Et toutes les parties du corps possibles et imaginables. La vie aurait été tellement plus simple, si elle avait été une plante verte ! Une jolie plante, dont le seul souci aurait été d’être baignée de soleil et arrosée une fois par jour ! Mais non, la nature, dans son sadisme insoupçonné, avait décidé qu’elle serait une jeune sorcière douée de parole et dotée d’un tact d’éléphant lâché dans un magasin de porcelaines. Formidable.

Elle vit Irwin reculer dans sa chaise comme si elle avait été une affreuse araignée géante (même si elle-même trouvait ça drôlement mignon, les araignées géantes), et ne sut que dire. « Je ne vais pas te manger, ni te vider de ton sang, ni t’arracher les poils un par un avec les dents, alors calme-toi ! » aurait-elle peut-être lancé, si elle avait eu un peu plus de répartie -mais sa voix restait bloquée dans sa gorge, incapable de s’extraire de cette prison de chair et de salive. Elle ne savait pas trop si elle était vexée ou embarrassée par la réaction de son camarade qui avait l’air d’avoir été élevé par une meute de loups (comment ça, elle pouvait parler ???), mais elle décida donc de ne pas relever son impolitesse.

Du bout des doigts, maudissant son incapacité à aligner correctement deux mots et sa maladresse, Plume attrapa la serviette que lui tendait Irwin et entreprit d’éponger les dégâts.

« J-je suis désolée… » marmonna-t-elle, les yeux rivés sur les taches de chocolat qui, peu à peu, s’estompaient. « Je vais m’en aller. »

Elle commença à se redresser, mais s’interrompit en plein geste, les jambes à demi-fléchies et la main agrippée à sa serviette en papier, dans une posture d’une rare distinction (non). Oh non ! Oh non, non, non ! Will et son idiote de soeur venaient d’entrer dans la taverne ! Ils papotaient joyeusement et ne l’avaient toujours pas remarquée, mais si elle s’enfuyait, ils allaient forcément la voir passer !

Paniquée, la jeune fille se rassit lourdement et leur tourna ostensiblement le dos, espérant que ni l’un ni l’autre ne reconnaitrait ses cheveux, ses épaules et son dos. Et elle reporta donc son attention sur Irwin, qui avait toujours l’air aussi ravi d'être en sa compagnie que s’il avait mordu dans un citron. Hm. Bien. Bien, bien, bien. Que dire, que faire ?? Réessayer de nouer le dialogue ? Se noyer dans son lait à la fraise ? Essayer de détendre l’atmosphère avec une blague ? Se raccrochant à cette idée, Plume s’écria, s’emmêlant légèrement la langue au passage :

« Euh… dis, Irwin… tu connais l’histoire du type qui rentre dans un café ? » Silence. « … Plouf ! »

Ce fut à ce moment là qu’elle réalisa qu’une nouvelle fois, elle avait manqué une occasion en or de se la fermer.
Affreusement embarrassée, l’adolescente tenta de cacher son visage écarlate derrière ses mains et murmura, essayant de faire abstraction de cette sensation de gouffre qui s’ouvrait peu à peu dans sa poitrine, engloutissant son coeur et le peu de fierté qu’elle possédait :

« Je suis désolée, je suis nulle, je n’aurais jamais dû te dire que je ne voulais pas te voir, ce n’était qu’une façon de parler, tu vois ? Je… je ne suis pas trop douée avec les humains. Alors euh… je te propose qu’on efface tout et qu’on recommence tout à zéro. Je vais t’offrir un nouveau chocolat, et je te laisserais lire tranquillement ton… euh… Seigneur des Agneaux. Je ne sais pas ce que c’est, mais ça a l’air d’être un bon livre. » Et, avec une grimace gênée, Plume déposa sur la table quelques pièces pour lui payer une nouvelle consommation.

_________________

Plume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Mer 18 Nov - 23:38

    Oups. Quelque chose clochait, Irwin le sentait au plus profond de lui. Il aurait été incapable de dire précisément ce dont il pouvait bien s'agir. En face de lui, la jeune fille s'agita, hésita, finit par s'excuser avant de dire qu'elle allait le laisser. Irwin songea vaguement que c'était une bonne idée …

    … avant de la reconnaître, enfin ! Elle était à Beauxbâtons. En seconde année dans la Maison de euh … pas dans la Maison de l'Eau, en tout cas. Quant à son prénom … Il se mit à rougir. Zut, zut ! Et elle disait qu'elle voulait partir ? Pourquoi, dans ce cas là, restait-elle encore là, pourquoi est-ce que …

    … minute, minute. Elle avait l'air stressée, tout à coup. Paniquée, presque. Il regarda la serviette de papier pleine de chocolat qu'elle avait posé sur la table, l'air mal à l'aise de la fille qui lui faisait face et sa tasse de chocolat chaud. Il lui en restait encore pas mal, tout compte fait. Et … ses joues rougirent encore un petit peu d'avantage. Il n'avait pas été très poli. L'espace d'un instant, le visage de sa mère, furibonde si elle l'avait entendu parler ainsi, s'imposa à lui. Le garçon devint encore un petit peu plus rouge, referma doucement son livre et le poussa vers la demoiselle sans vraiment s'en rendre compte …

    … au même instant où la demoiselle lança une blague …
    … qui ne fit absolument pas rire Irwin. Le garçon ne comprit de toute façon pas une seule seconde qu'il s'agissait d'une blague.

    « Hein ? Euh … pardon ? »

    Mais déjà, la demoiselle passait par dessus son embarras et se fit violence pour reprendre la parole, laissant Irwin un petit peu hébété. Zut, il devait répondre, maintenant ? Hum. A tout bien réfléchir, son petit soucis de … avec les humains, comme disait la demoiselle en face de lui. Bien malgré lui, Irwin se surprit à sourire. Peut être qu'ils se ressemblaient finalement plus que le garçon ne pouvait l'imaginer, eux, les deux bras cassés du fond de la Table des Deux Tours.

    Sans compter qu'il lui devait également des excuses : il n'avait vraiment pas été correct envers la demoiselle … à qui il devait vraiment demander son prénom ! Irwin prit une grande inspiration …

    … et se lança !

    « Non ! Je … t'en fais pas. Euh … Pardon ! J'ai pas été très poli. Carrément pas poli, même. Alors euh … tu … tu … tu es à Beauxbâtons, non ? Mais … j'arrive plus à … me souvenir de … ton prénom ? Ni de ta maison, d'ailleurs. Tu es … en seconde année, non ? Je … pardon pour tout à l'heure, vraiment !

    Quoi, comment ça il s’emmêlait les pinceaux ?!

    « Euh … Bref. Pardon. Tu t'appelles … comment, déjà ? Le professeur So … Florentin ! Il te connaît, non ? Il … il est un petit peu bizarre, non ? Non ! Laisse pour le chocolat. C'est rien. J'aurai pas du … réagir comme ça. Pardon. Il en reste bien assez, de toute façon. Il font vraiment des chocolats énormes, ici.Et si tu veux, je te prête le livre. C'est une histoire d'aventure dans un autre monde, pour détruire un anneau et … C'est cool. »

    Oui, bon. Une petite dose de stress, un rien d'angoisse et un gros manque de clarté : du Irwin tout craché !

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 157

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Sam 21 Nov - 13:04

Bon. Au bout du quatrième « pardon », comment pouvait-elle encore lui en vouloir ?

Le pauvre garçon semblait aussi désespéré et au bout du rouleau qu’elle, et elle ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire. Oui, sortez le champagne et les confettis : elle était capable d’afficher autre chose qu’un air morose de vieux rhinocéros fracassé par les rhumatismes !

Irwin rougissait, balbutiait, souriait d’un air hésitant, et Plume eut l’étrange sentiment d’être face à son propre miroir. Elle dut se retenir pour ne pas lever le bras et effleurer le visage du garçon, sur lequel se peignait l’expression qu’elle-même était en train d’arborer, pour être sûre qu’il ne s’agissait pas de son double maléfique masculin. Par le string à dentelles de Merlin, peut-être n’était-elle pas toute seule dans son cas ? A ne pas savoir comment aborder les élèves, à ne pas comprendre comment ils se débrouillaient pour nouer des relations amicales en si peu de temps, et à les regarder interagir en ayant l’impression d’avoir raté le mode d’emploi ?

Elle faillit rire lorsqu’il lui fit remarquer qu’il n’avait pas été très poli. Sans blague, mon petit pote aux cheveux ébouriffés ! Mais elle non plus n’avait pas été très avenante. Au contraire… C’était un miracle qu’il ne lui ait balancé son chocolat à la figure !

« Ne t’inquiète pas, je ne crois pas être en position de te reprocher quoi que ce soit » répondit-elle, essayant de ne pas se départir de son petit sourire hésitant. « Je m’appelle Plume Carax. Il y en a qui m’appellent Plumeau. Tu peux aussi, si tu veux. Ca ne me dérange pas. » C’était un mensonge, mais peut-être parviendrait-elle à rendre l’ambiance moins électrique, en lui faisant part de ce ridicule surnom (parce que bon, sans mauvais jeu de mot, sa blague précédente était carrément tombée à l’eau).

Il continuait de lui poser des questions, égrenant des paroles qui, dans le silence qui s’était installé entre les deux jeunes gens, ressemblaient presque à des notes de musique. S’accrochant aux mots du garçon, effrayée à l’idée qu’un nouveau blanc ne s’abatte sur eux, elle répondit -un peu trop vite, s’emmêlant la langue dans la bouche :

« Oui, oui, Florentin me connaît. Il connaît tous les élèves de la maison de l’Air. Je le soupçonne de tenir un journal intime contenant nos nom, prénom, date de naissance et mensurations, et de se le réciter avant de se coucher. Je te jure, c’est limite s’il ne se cache pas derrière les rideaux pour nous épier quand on se douche et être sûr qu’on se lave bien derrière les oreilles. Bon, j’exagère peut-être un peu. Encore que si la déontologie n’existait pas et qu’il pouvait épouser Gwenn Flamel, je crois qu’il le ferait sur le champ. »

Elle avait parlé à un rythme effréné et dut s'interrompre pour reprendre son souffle. Elle avala de grandes goulées d'air à toute vitesse et continua sur sa lancée, avant que la timidité ne s’épanouisse à nouveau en elle et n’englue joyeusement tous ses sens dans des filets poisseux :

« Ca a l’air d’être un livre intéressant. Mais pourquoi il recherche un anneau pour le détruire ? Sa femme était si relou que ça ? Alors il veut détruire toutes traces de son mariage ? C’est ça ? »

Oui, non, Plume : tais-toi. Le silence ne te va pas si mal, finalement.

« Ooooh c’est mignooon ! Ils parlent déjà mariage ! »

La jeune fille exécuta un bond de carpe sur son siège et, par réflexe, s’accrocha à la manche d’Irwin. Oh nooon ! Non, non, non ! Ils avaient été repérés par ceux qu’elle avait fui en s’engouffrant dans ici ! Se dressant derrière elle, sa soeur, Lyanna Carax, les contemplait avec intérêt, un rictus sardonique affiché sur le visage.

« Plumeau s’est trouvé un petit ami ! Viens voir, Will ! »
« Laisse nous ! » s’écria Plume, avec toute la puissance dont elle était capable (c’est à dire : pas grand-chose). « On fait ce qu’on veut ! »
« Plume ? »Will aussi était arrivé, et les regardait avec le même air curieux que Lyanna. Pour la première fois de sa vie, Plume eut envie de lui planter sa paille dans la narine. « Mais… je croyais que tu devais passer la journée avec nous ! Que fais-tu ici avec ce garçon ? »
« C’est évident, non ? » persifla Lyanna. « Elle a un petit copain ! Et elle ne voulait pas qu’on le sache, c’est pour ça qu’elle nous a fait faux bond ! Entre nous, Plume, tu aurais pu choisir mieux que ça. Regarde le, il a l'air complètement à côté de la plaque ! »
« Laissons-les tranquille, Lyanna, ils ont bien le droit à un peu d'intimité. On ne veut surtout pas vous déranger. A plus tard, Plumette ! » lança gaiement Will en leur décochant un clin d’oeil lourd de sous-entendu, entraînant Lyanna avec lui hors du champ de vision des deux élèves de 1er cycle.

Plume ne répondit pas. Ecarlate, elle essayait désespérément de disparaître de la surface de la terre, noyant Irwin dans un regard désolé.

« Ne fais pas attention à eux. Ils sont bêtes. C’est l’âge adulte. Ils croient qu’ils vont devenir intelligents, sitôt la 18ème bougie soufflée, mais en vérité, leur cerveau ne bouge pas d’un iota. C’est juste leur idiotie qui gonfle comme un soufflé. Je suis désolée » marmonna-t-elle à l’égard du garçon, mortifiée.

_________________

Plume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   Mer 23 Déc - 16:34

    Piouuuuuf ! Irwin respirait. Dites donc ! Finalement, tout semblait se passer relativement bien. Il s'était excusé, Plume lui avait pardonné – Plume ! Que prénom absolument adorable ! – et depuis, ils parlaient tranquillement. Avec une pointe hystérique qui pointait dans la voix d'Irwin, certes. Il n'avait pas l'habitude de parler avec de parfaits inconnus – ou presque parfaits inconnus, dans le cas de Plume – et la situation le rendait plus stressé qu'autre chose. Aussi, pendant que Plume lui parlait du professeur Florentin, de sa manie de les observer et de Gwenn Flamel, il tentait, tout en écarquillant de grands yeux effarés, de faire comme s'il ne remarquait pas que de petites gouttes de transpiration ornaient son front d'une manière pas des plus séduisantes.

    Hum, hum. Bref. Focus. Ce fut donc les yeux toujours grands ouverts qu'il lui répondit.

    « Et bin ! Mais euh … il a le droit de … ah, tu exagères … je comprends. Il a l'air … spécial. Mais je, euh … pas forcément méchant. Qui est … Gwenn Flamel ? Il va vraiment l'épouser ? »

    Spoiler alerte : non. Il se laissa cependant prendre au jeu : Plume parlait vite, et beaucoup, d'une voix pas vraiment assurée mais qu'elle s'efforçait de faire passer pour telle. Il entreprit très vite de la copier, sans même s'en rendre compte.

    « Je … oh, non ! Non non, pas du tout ! En fait … » Il respira profondément, avala rapidement une gorgée de chocolat chaud avant de réprendre la parole. « C'est un anneau qui est magique, ça n'a rien à voir avec un mariage ! C'est … »

    Irwin était bien parti pour se lancer dans un résumé de l’œuvre de JRR Tolkien lorsqu'une voix stridente qu'il jugea très vite désagréable l'interrompit pour se mettre à parler … mariage ?! Ils étaient deux : une grande blonde qui avait quelques traits du visage en commun avec Plume et un garçon qu'Irwin ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam. Ils connaissaient Plume, de toute évidence, et vu la façon dont la demoiselle avait agrippé la manche d'Irwin, faisant passer le visage du garçon de rose à rouge écarlate, elle n'était pas vraiment enchanté de les voir. Il … il fallait leur dire de partir, peut être ? De les laisser ? Plume rougissait, semblait sur le point de fondre en larme, presque, et la blonde continuait de pépier dans tous les sens à propos du fait que Plume avait un petit copain mais qu'elle ne voulait pas qu'ils le sachent et … MINUTE ! C'était de lui, qu'on parlait ? C'était lui qui avait l'air à côté de la plaque ?! Irwin rougit de plus belle, de colère cette fois. Il se leva au moment même ou le garçon commençait à dire qu'ils avaient bien droit à un petit peu d'intimité tout en adressant un odieux clin d’œil à Plume. Que … QUOI ?!

    Irwin réagit sans réfléchir – comme bien souvent.

    « C'est ça, oui oui ! Partez donc et laissez-nous tranquille ! »

    Quelle répartie époustouflante.
    Il se rassit mollement, sans vraiment s'en rendre compte. Plume reprit la parole, l'air énervée et embêtée. Peinée, touchée. Irwin balbutia quelques mots sans queue ni tête. Il aurait voulu faire quelque chose. Lui signifier qu'elle valait bien mieux que ça, que … il hocha la tête, posa doucement sa main sur celle de Plume. Il se contenta de lui sourire doucement, manière de lui faire comprendre qu'il se fichait bien de ce que eux grands imbéciles pouvaient dire.

    Et puis, sans transition, il poussa sa tasse de chocolat chaud devant la jeune fille, lui fit signe de se servir avant d'agiter le livre sous le nez de Plume.

    « C'est un bouquin génial ! Donc en fait, c'est l'histoire d'un hobbit, un espèce de petit bonhomme, comme un nain mais en plus tranquille, tu vois, en plus … casanier ! Il a un anneau magique, qui appartient à Sauron. Sauron, c'est LE méchant. Un peu comme un être maléfique. On sait pas vraiment si il a une enveloppe charnelle ou quoi … un peu comme euh … tu sais qui. Mais sais qu'une histoire, hein ! Ça se passe sur la Terre du Milieu, un monde inventé, avec des hobbits donc, des hommes, des magiciens, des elfes, de trolls, des ents, c'est des arbres vivants, enfin vivants, je veux dire … qui parlent, qui marchent, tu vois le truc ! Bref ! Ce hobbit il a cet anneau de Sauron, donc, mais Sauron veut le récupérer pour asservir le monde, enfin, la Terre du Milieu. Parce que l'anneau lui donne des pouvoirs incroyables … il peut prendre le pouvoir des autres anneaux parce qu'enfait, tu vois, il … hum. »

    Quoi ?! Comment ça, il s'emballait un petit peu ? Irwin toussota, gêné.

    « Pardon. Je … le chocolat chaud est bon ? »

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amitié naissante [Plume & Irwin] ; Samedi 15 septembre, 10h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Castel Royal :: Table des Deux Tours-
Sauter vers: