AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 440

MessageSujet: Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]   Dim 29 Nov - 11:07

Solas avait alpaguée la jeune fille dès le petit-déjeuner, alors qu’elle se dirigeait vers la table de la maison de la Terre, afin de lui donner les modalités de sa retenue. « Viens dans mes appartements après le dîner. Normalement, les élèves n'ont pas le droit de s'y rendre, mais je lèverai le sortilège d'interdiction. Tu n’auras qu’à frapper trois fois à la porte, et je saurai que c’est toi. Je n’ai pas d’heure fixe, mais plus tu arriveras tard, plus je devrai te relâcher tard, n’oublie pas ! » Il avait gratifié l’élève rebelle d’un grand sourire et s’était éclipsé en direction de la table du personnel, bien décidé à terminer la boîte de Lutin’s Choco qui y trônait avant que Henderson ne mette la main dessus. Une bonne matinée était une matinée placée sous le signe de céréales au chocolat magico-croustillantes.

A la suite de ça, la journée s’était déroulée sans encombre ; il avait fait quelques expérimentations hasardeuses, avait renversé une bouteille de vin rouge sur son lit en voulant s’en servir comme ingrédient alchimique, avait tout nettoyé en vitesse, avait compulsé quelques ouvrages sur les vertus pharmaceutiques de l’alchimie et avait fini par soupirer devant son chaudron vide, désespéré de voir ses recherches se fracasser contre les remparts de l’infructuosité. Il avait fini par cuver son désespoir dans une bouteille de jus d'orange, et avait décidé de se consoler en mangeant du chocolat. Bref : c’était une journée comme une autre dans la vie de Solas Florentin.

Il était désormais 20h, et il attendait patiemment Caroline, occupé à mettre en place sa « retenue ». En fait de retenue, il avait surtout besoin de main d’oeuvre pour ranger des ingrédients, et la jeune fille aux cheveux roux était la candidate idéale ; elle semblait méticuleuse et appliquée, et il avait besoin de quelqu’un qui saurait faire la différence entre une cervelle de crapaud et un foie de grenouille pour classer tout ça. Ce qui n’était pas donné à tout le monde.

Il avait également préparé plusieurs litres de chocolat chaud maison (ce n’était pas bien compliqué à faire, quand on était habitué aux potions), bien décidé à en offrir à l’adolescente, afin de s’assurer de son efficacité. La mixture bouillonnait paisiblement dans un chaudron en étain, non loin de la porte d’entrée, et emplissait la pièce d'un délicieux parfum sucré et entêtant.

Les appartements du professeur étaient plutôt modestes. En guise de mobilier, il y avait un bureau sur lequel s’entassaient divers ingrédients plus ou moins ragoûtants, deux sièges -un pour lui, un pour l’élève punie-, des murs ornés d'étagères encombrées de livres, des tableaux d’illustres potionnistes, des photographies sorcières épinglées un peu partout (ainsi que la carte de chocogrenouille de Nicolas Flamel), un tapis usé… Son lit était dissimulé dans un recoin, et les fenêtres étaient grandes ouvertes, laissant s'engouffrer dans la pièce quelques courants d'air. Voilà quoi ressemblait l'antre du Solas Florentin sauvage.

Une fois que tous les ingrédients furent disposés sur la table, Solas se laissa tomber sur son siège et, en attendant que son élève ne frappe à la porte, il se mit à feuilleter le livre qu’il lui avait confisquée, la veille. Il fonça rapidement les sourcils, perplexe. C’était de la science moldue, il n’y avait aucun doute à avoir là-dessus. Il connaissait le monde Moldu, le niveau que l’on exigeait des adolescents Moldus de l’âge de Caroline, et il était certain d’une chose : ce livre était d’un niveau beaucoup plus élevé que ce qu’une fille de son âge était censée pouvoir comprendre. A quatorze ans, ne devait-on pas être accro aux magazines légers, qui parlaient de mode, de jeux vidéos, de littérature fantasy, de ce genre de chose ? Quelle adolescente normale aurait eu envie de se plonger dans un bouquin aussi volumineux et rébarbatif ?

Plongé dans ses réflexions, il en avait presque oublié que l’heure tournait et que Caroline pouvait arriver d’un instant à l’autre…

_________________

Solas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]   Lun 30 Nov - 13:37

Caroline avait passé une très mauvaise nuit !
Tout d’abord elle était énervée. Enervée contre ceux qui avaient volé ses livres. Enervée contre elle-même d’avoir réagit aussi violement. Et énervée contre le professeur de potions qui lui avait confisqué ses livres et lui avait donné une retenue. Et en plus, elle n’avait pas pu se calmer en continuant sa lecture sur la mécanique des solides en rotation pour se détendre avant de s’endormir. Alors en se couchant la veille au soir, Caroline savait qu’elle ne dormirait pas bien. Et elle avait eu raison.

Le réveil avait donc été difficile et la jeune fille avait été la dernière à quitter son dortoir en ce matin du vendredi 28 septembre. Heureusement, pour la très organisée Caroline, même un réveil en retard n’est pas suffisant pour arriver en retard au petit-déjeuner. Elle aurait donc le temps d’étancher la faim qui l’avait tiraillée une bonne partie de la nuit… C’est ça de ne pas manger grand-chose le soir parce qu’on est trop dégoutée de s’être pris une retenue !
En arrivant dans la grande salle, Caroline sentit de nombreuses paires d’yeux se tourner vers elle. Peut-être que les élèves de l’école se demandaient si elle allait encore piquer une crise et monter sur les tables, ou peut-être qu’elle se faisait des idées. Mais elle avait quand même l’impression qu’elle resterait « la fille qui est montée sur la table de la grande salle », tout comme Adriel, un garçon de son année, resterait « le mec qui est tombé dans la fontaine lors de la répartition ». Alors pour être sûre qu’on ne lui parle pas de ses frasques de la veille, la jeune fille se dirigea vers Juliette Delune, la préfète de sa maison. Il y avait une place libre à côté d’elle à la table de la maison de la terre, et en un mois Caroline avait eu le temps d’apprendre que ce qui intéressait Juliette, c’était les ragots. Or son expédition sur la table de la maison de l’air, tout le monde l’avait vue, ce n’était plus une nouvelle intéressante pour Juliette qui devait sans doute parler de tout autre chose (se demander qui était le ou la propriétaire de la boite de préservatifs magiques qui était suspendue dans la grande salle la veille par exemple). Caroline était donc sur le point de s’assoir à côté de Juliette Delune lorsqu’elle fut stoppée par le professeur Florentin :

« Viens dans mes appartements après le dîner. Normalement, les élèves n'ont pas le droit de s'y rendre, mais je lèverai le sortilège d'interdiction. Tu n’auras qu’à frapper trois fois à la porte, et je saurai que c’est toi. Je n’ai pas d’heure fixe, mais plus tu arriveras tard, plus je devrai te relâcher tard, n’oublie pas ! »

Oublier ! Ce n’était pas du genre de Caroline d’oublier des choses ! Elle avait simplement acquiescé, ne montrant pas autant d’enthousiasme que l’enseignant qui avait dit tout cela avec un sourire sur le visage mais ne se brusquant pas non plus. Sa nuit de quasi insomnie avait du lui porter conseil, car la jeune fille n’était plus énervée, elle était plutôt résignée et avait hâte de récupérer son livre de physique. Elle retint donc les éléments important de la convocation, sans faire attention à la manière dont elle avait été formuée : ce soir après le diner, frapper trois fois à la porte de ses appartements.
Par contre à côté d’elle, Juliette Delune n’en avait pas loupé une seule miette ! Caroline était jeune, innocente et ignorante des choses de la vie. Mais ce n’était pas le cas de sa préfète qui avait faillis avaler de travers son jus de citrouille en entendant l’invitation que son professeur d’alchimie venait de faire à la petite première année rousse… Son prénom lui échappait sous le coup de la surprise. Mais toujours était-il que cette petite rousse venait d’être invitée dans les appartements privés du professeur Florentin ! Généralement il donnait les retenues dans la salle des potions où il fallait alors nettoyer des chaudrons, Juliette en avait fait les frais, mais jamais elle n’avait entendu parler de retenue dans le logement personnel de l’enseignant. Et si elle n’en avait jamais entendu parler, c’est que ce n’était pas arrivé, Juliette n’était pas la reine des potins pour rien ! Alors pour elle c’était sûr, il se passait quelque chose entre le prof et l’élève ! C’était inédit, c’était croustillant, cette histoire allait faire un carton et foi de Juliette Delune, toute l’école serait au courant avant la fin de la journée !

Une fois son petit déjeuner avalé en quatrième vitesse, les yeux penchés sur ses crêpes pour ne pas voir ceux des autres tournés vers elle, Caroline se dirigea rapidement vers sa salle de cours pour arriver à l’heure à sa première leçon du matin. Pendant ce temps, Juliette Delune avait déjà répété et amplifié les paroles de Solas Florentin à travers toute la table des élèves de la terre.

La journée s’était presque passée tranquillement pour Caroline. A part les têtes qui se tournaient de plus en plus sur son passage, rien d’exceptionnel n’était arrivé. La jeune fille se demandait juste pourquoi les gens étaient aussi intéressés par quelqu’un qui était monté sur une table, ce n’était pas si exceptionnel que ça quand même ! Elle était vraiment loin de se douter que les chuchotements parlaient plutôt de comment elle était passée sous le bureau avec Solas Florentin plutôt que sur la table. Les yeux la détaillaient de haut en bas, cherchant ce que cette gamine, car ses tenues lui donnaient plus l’air d’une gamine que d’autre chose, avait d’intéressant qui avait pu attirer l’intérêt de l’homme qu’était le professeur de potions. Franchement ces élèves, tous des pervers !
Caroline pendant ce temps se demandait à quoi ça ressemblait une retenue sorcière. Elle qui était une élève moldue modèle n’avait jamais eu d’heure de colle au collège ou au lycée mais elle savait tout de même à peu près à quoi cela correspondait. L’élève collé devait passer une heure dans une salle avec un surveillant et copiait généralement la leçon du cours dans lequel il avait été collé ou devait faire des exercices liés à cette matière. Mais visiblement cela ne se passait pas tout à fait de la même manière dans l’école de magie vu que le professeur l’avait convoqué dans ses appartements personnels. Ses questions ne resteraient sans doute pas longtemps sans réponse puisqu’il était déjà vingt heure passé et qu’il était plus que temps pour elle de se rendre à son « rendez-vous ».

L’estomac un peu noué, la jeune fille avait diné légèrement, se contentant d’un bol de soupe de potimarron dans lequel flottaient des lardons et des croutons. Elle avait également pris sur la table deux mandarines qu’elle avait mises dans sa poche pour pouvoir les manger en sortant de retenue. En traversant la grande salle pour en sortir, elle avait donc sur le visage un sourire un peu béat à l’idée que dans quelques heures elle pourrait se blottir dans un fauteuil de la grande salle et manger ces mandarines en continuant la lecture de son cher livre de physique. Autant vous dire que ce sourire ne fut pas interprété de cette manière par tous ceux qui avaient entendu la dernière rumeur à la mode !
Depuis la grande salle, le trajet pour se rendre aux appartements de Solas Florentin fut très rapide. Il était donc environ 20h15 quand Caroline se présenta devant la bonne porte en bois à travers laquelle des effluves de chocolat chaud perçaient. Peut-être que ce serait ça sa retenue… Devoir résister pendant de longues heures aux délicieuses odeurs d’une de ses boissons préférées. Surtout que le professeur le savait qu’elle adorait ça, elle l’avait dit pendant le premier cours de potion, celui qui ne s’était vraiment pas bien passé. Repenser au premier cours de potion renfrogna Caroline qui perdit aussitôt son sourire béat. A part l’odeur, aucun signe de vie ne traversait la porte, peut être que l’enseignant s’était endormit en l’attendant…
Mais ce n’était plus l’heure de faire des suppositions sur ce qui se passait et se passerait de l’autre côté de cette porte. C’était l’heure d’assumer les conséquences de ses actes et d’affronter cette première retenue magique…

- Toc toc toc

Caroline avait toqué trois fois, comme prévu. Et en attendant que la porte s’ouvre ou qu’on lui fasse signe d’entrer, elle se demanda si elle ne s’était pas trompée de porte… Ca ne serait pas la première fois qu’elle se perdrait depuis son arrivée dans le château.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 440

MessageSujet: Re: Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]   Ven 15 Jan - 21:46

Plongé dans le bouquin de sciences de Caroline, Solas n’avait absolument pas conscience des rumeurs que ses innocentes paroles avaient pu faire naître. Il savait que le monde des adolescents n’était pas que tendresse, marshmallows et coeurs en guimauve (bien qu’il aurait tout donné pour que ce soit le cas, et que ses petits élèves chéris cessent de tirer la tronche en permanence pour des raisons obscures), mais il était à mille lieux de s’imaginer que les esprits tordus des étudiants le propulsaient au rang d’amant d’une adolescente de quatorze ans.

Si ça avait été le cas, vue sa discrétion légendaire, tout le monde aurait été au courant depuis belle lurette (ne serait-ce que parce qu’il aurait été incapable de ne pas la poursuivre dans tout le château pour la recouvrir de câlins et de crème chantilly, et l’appeler « mon petit poussin roux préféré »). Solas avait quelques difficultés à dissimuler ses élans d’affection et de tendresse à l’égard de ceux qu’il aimait.

Et vue le courant qui passait entre Caroline et lui, et qui s’apparentait plus au circuit ouvert qu’au fil haute tension, une relation entre l’élève et lui aurait été aussi probable qu’une Miss Green occupée à rouler des pelles à Florian dans les recoins sombres du château.

*Toc toc toc !*

Un discret frappement de porte le tira de sa lecture. Ce devait être sa captive d’un soir ! Ou alors, Adèle ou un autre prof aux moeurs douteuses avait un peu trop forcé sur la bouteille et s’était trompé d’appartement. Dans tous les cas, Solas se sentit galvanisé.
Il reposa le livre en le retournant (afin de ne pas perdre sa page), écornant ses bordures, et ouvrit la porte de ses appartements. Il connut immédiatement l’éclat roux qui vint de s’encastrer dans son champ de vision, encadrant un petit visage qui ne semblait pas de si mauvaise humeur que ça. Se pouvait-il que Caroline se réjouisse de passer une soirée en sa compagnie ? S’accrochant à cette idée comme une moule à son rocher, Solas l’enveloppa d’un sourire éclatant.

« Bienvenue chez moi, Mademoiselle Barthélémy ! J’y accueille très rarement des demoiselles, j’espère que ce n’est pas trop en bazar. Tu me permets que je t’appelle Caroline ? »

Il ne s’en était jamais privé jusque là, mais il posait tout de même la question, pour la forme. La logique de Solas Florentin défiait toutes les lois préexistantes.

« Entre donc ! Tu as l’air de bonne humeur, ça me fait plaisir. On va bien s’amuser, tu verras ! Assieds-toi, fais comme chez toi. »

Si une oreille indiscrète avait traîné dans les environs, son propriétaire aurait pu penser que Solas et Caroline s’apprêtaient à vivre une rave party placée sous le signe du champagne et de la poudre de fée, et non pas une innocente retenue. Heureusement qu’aucune oreille ne trainait dans les environs… n’est-ce pas ?
Le professeur fit coulisser la porte derrière la petite silhouette de l’élève et la ferma à clef, d'un coup de baguette magique qui fit gémir la serrure. Il supposait que Caroline ne tenterait pas de fuir de là en courant et en défonçant la poignée de porte, mais on ne savait jamais ! Il avait appris que les adolescents pouvaient être imprévisibles. Et d’autant plus lorsque la graine de la rébellion avait germé en eux, vers quatorze-quinze ans -pile l’âge de sa captive aux cheveux de braise.

Le professeur rejoignit le chaudron dans lequel bouillonnait le chocolat chaud et jeta un regard interrogateur à Caroline.

« Tu veux en boire ? Ca te donna des forces. La soirée va être longue ! »

Solas Florentin, toujours rassurant.
Remarquant que les poches de la demoiselle semblaient assez enflées -la faute aux fruits qu’elle avait glissés dedans-, il ajouta gaiement :

« Tu as mis des cailloux dans tes poches ? Tu espères m’assommer quand j’aurais le dos tourné pour t’enfuir de là ? »

Non Solas. Arrête les blagues.

_________________

Solas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]   Dim 24 Jan - 21:30

Visiblement Caroline ne s’était pas trompée de porte, à moins que le professeur Florentin n’ait été en train de squatter l’appartement de son voisin. En tout cas, ce fut lui qui lui ouvrit et qui s’empressa de lui dire d’entrer après lui avoir précisé que la pièce serait peut-être quelque peu désordonnée. Aux yeux de la jeune fille, le comportement de l’enseignant avait un aspect étrange… Dans la même phrase il l’avait appelée « miss Barthélémy » puis tutoyée pour lui demander s’il pouvait l’appeler par son prénom alors que c’était ce qu’il faisait en classe. C’était comme s’il ne savait pas vraiment comment réagir dans ce cadre bien moins formel que celui de la salle de classe. Et les paroles suivantes qu’il prononça ne firent qu’amplifier l’impression de Caroline !

« Entre donc ! Tu as l’air de bonne humeur, ça me fait plaisir. On va bien s’amuser, tu verras ! Assieds-toi, fais comme chez toi. »

De bonne humeur ? Plaisir ? S’amuser ? C’était la première retenue de toute sa vie mais jamais elle n’avait jamais entendu parler d’une retenue amusante s’étant déroulée dans la bonne humeur. Peut-être que c’était finalement cela la magie de Beauxbâtons !
Toujours était-il qu’elle ne pouvait pas vraiment répondre que si elle avait l’air de bonne humeur c’était parce que qu’elle imaginait déjà la fin de soirée, lorsqu’elle serait libérée de cette punition. Répondre cela aurait été encore plus irrespectueux que toutes les autres remarques qu’elle avait pu prononcer depuis son arrivée dans l’école, ce qui n’était pas peu dire. Alors Caroline se contenta de hocher la tête en essayant de ne pas faire disparaitre trop rapidement son sourire. Un hochement de tête bien plus destiné à l’autorisation de l’appeler par son prénom qu’aux derniers mots prononcés par Solas mais celui-ci pourrait en déduire ce qu’il en voulait sans que cela puisse lui porter préjudice.

Une fois entrée dans les appartements de son professeur, Caroline lui obéit et alla s’installer sur l’un des deux sièges présent dans la pièce. Pendant qu’elle se dirigeait vers celui-ci, elle entendit le bruit d’une porte que l’on fermait à clé et elle ne put s’empêcher de tressauter. Ce n’était pas qu’elle avait peur… Non, elle ne pensait pas vraiment que le professeur allait lui faire du mal…. Mais quand même, il fallait avouer que ce n’était pas très rassurant comme situation. Pas rassurant et surtout très impressionnant ! Elle tenta cependant de ne rien faire apparaitre de son malaise lorsque l’adulte la rejoignit et lui proposa un chocolat chaud.
Ca aussi c’était un drôle de comportement ! Elle était censée être punie, pas s’assoir autour d’une table pour boire du chocolat chaud ! Et visiblement elle s’était trompée, ce n’était pas pour la narguer que le professeur de potion avait préparé cette boisson puisqu’il lui en proposait… A moins qu’il ne refuse de la servir si elle acceptait. Dans ce cas il serait juste encore plus sadique que ce qu’elle imaginait ! Et elle serait vraiment très déçue. Mais ce chocolat chaud lui faisait tellement envie qu’elle prit le risque d’être déçue.

- Euh… Oui, j’en veux bien une tasse. Merci beaucoup !

Si en plus la soirée devait être longue, autant profiter de quelques instants de réconfort se présentant sous la forme de boisson lactée au chocolat bouillonnant dans le chaudron. Quelque part au fond de son ventre, le malaise qui l’avait prise quand elle avait entendu la porte se verrouiller se réveilla. Elle n’avait pas envie que la soirée soit longue… Et encore moins qu’elle ne mette ses forces à rude épreuve. Elle rêvait d’une fin de soirée confortablement installée dans un fauteuil à lire en mangeant des clémentines, pas de se trainer péniblement jusqu’à son dortoir à bout de force, incapable de foire quoi que ce soit d’autre que dormir ! Voilà ce à quoi pensait Caroline quand le professeur Florentin reprit la parole pour… Une espèce de blague.

« Tu as mis des cailloux dans tes poches ? Tu espères m’assommer quand j’aurais le dos tourné pour t’enfuir de là ? »

La jeune fille se demanda un instant s’il fallait rire ou pleurer de cet humour vraiment tout pourri caractéristique d’un éminent guignol. Mais juste un instant car sans comprendre comment des mots étaient sortis de sa bouche, l’élève avait répliqué d’un ton chargé d’impertinence.

- Ben mince alors, j’ai été démasquée ! C’était exactement ce que j’avais prévu mais vu que vous avez verrouillé la porte mon plan est tombé à l’eau. Je ferai mieux la prochaine fois.

C’était souvent comme ça quand Caroline était mal à l’aise, elle se mettait à parler pour extérioriser. Extérioriser le malaise et se sentir mieux, rendre l’ambiance moins pesante… Mais là c’était pas gagné. Elle venait carrément de manquer ouvertement de respect à un professeur ! Ok c’était lui qui avait commencé… Mais ça ne serait surement pas une raison suffisante pour lui… Et elle allait très certainement écoper d’un nombre impressionnant de retenues qui ne comporteraient pas de chocolat chaud… Une fois sortie de l’état de surprise qui s’était emparée d’elle lorsqu’elle s’était entendue parler, Caroline tenta de limiter les dégâts.

- C’est pas ce que je voulais dire…. Enfin… Euh… Je suis désolée… Excusez-moi… C’est pas des cailloux… Euh… C’est des clémentines… De la salle de réception… Au cas où j’aurais faim en sortant ce soir… Je suis désolée.

La petite rousse se confondait en excuses d’une voix pas toujours très intelligible. En même temps, elle s’était relevée et farfouillait dans ses poches pour sortir ses clémentines et appuyer ses dires.
Qu’est ce qu’elle détestait quand son cerveau répondait du tac au tac comme cela… Pourvu ce cela ne rende pas cette soirée de retenue encore plus compliquée que prévu !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre l'air et la terre, une retenue du tonnerre [Caroline & Solas | Vendredi 28/09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Académie de Beauxbâtons :: Rez-de-Chaussée :: Appartements des professeurs-
Sauter vers: