AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Lun 21 Déc - 13:29

Mercredi 3 Octobre. Comme tous les mercredis depuis son arrivée à Beauxbâtons, Caroline finissait les cours de bonne heure, juste après la botanique. Certains de ses camarades avaient un cours de divination mais la jeune fille n’avait pas choisi cette option dont le nom en lui-même s’opposait à la science. Généralement Caroline profitait de ces heures de liberté pour s’enfermer dans son dortoir, ou dans sa salle commune quand celle-ci n’était pas trop envahie par les autres élèves, accompagnée d’un paquet de gâteaux et de son livre préféré : un ouvrage de physique.
Mais cette semaine, Caroline avait décidé de briser sa tradition tout juste vieille de cinq semaines. Enfin, elle avait décidé, c’était un grand mot… Elle n’en avait pas envie mais c’est la raison qui l’avait poussée à abandonner le confort de son lit pour parcourir les couloirs à la recherche de la bibliothèque de l’école.
Le jeudi précédent elle s’était fait confisquer ses précieux livres, juste parce qu’elle avait mis les pieds dans le plat (au sens propre), ou plutôt dans les plats présents sur la table de la maison de l’air pendant le diner. Les professeurs Florentin et Green en avaient d’ailleurs fait toute une montagne, comme si c’était si grave que ça de marcher sur les tables pour essayer d’attraper quelque chose qui nous appartient… Enfin, toujours était-il que le fait d’être séparée, ne serait-ce que 24 heures, de ses ouvrages de science avait fait réaliser à Caroline qu’un jour elle aurait fini de les lire ou qu’elle n’était pas à l’abri de les perdre. Et la solution à ce problème était bien entendu de se trouver une nouvelle source de savoir à emmagasiner.

Dans un premier temps, Caroline avait été méfiante envers la bibliothèque de l’école. C’était la raison pour laquelle, plus d’un mois après sa rentrée elle n’y avait pas encore mis les pieds, elle qui était pourtant une grande habituée des rayonnages des librairies moldues. Mais après un weekend entier de réflexion, la jeune fille en était arrivée à la conclusion que puisqu’il y avait un cours d’étude des moldus, elle en était sûre puisqu’elle suivait cette option, il devait y avoir des ouvrages moldus dans cette bibliothèque. La logique était imparable et Caroline espérait vraiment que parmi ces ouvrages elle trouverait des livres de science d’un niveau qui satisferait sa curiosité. L’espoir fait vivre comme on dit…
L’élève de première année s’était donc dépêchée en sortant de botanique pour aller déposer ses affaires dans son dortoir. Dans les couloirs, elle avait croisé Alcide Je-Suis-Méchant-Parce-Que-C-est-Gratuit qui n’avait pas manqué de lui faire remarquer qu’elle s’était mise de la terre partout dans la figure en l’appelant « La souillon ». Son passage dans le dortoir de la maison de la terre avait donc été plus long que ce qu’elle avait prévu puisque Caroline avait pris une douche avant de repartir, se disant que la bibliothécaire n’apprécierait sûrement pas qu’elle mette de la terre sur les livres.
Ensuite, Caroline avait passé au moins dix minutes à parcourir le premier étage à la recherche de l’entrée de la bibliothèque. Si elle trouvait ce qu’elle cherchait, elle se disait qu’elle les aurait bien mérités ses livres parce qu’à force de se balader les cheveux mouillés dans les couloirs, elle allait finir par attraper la mort, ou la grippe ou elle ne savait quelle autre maladie sorcière… Mais puisque tout vient à temps à qui sait attendre, elle finit par trouver la pièce qu’elle cherchait et y entra.
Face à l’entrée, là où elle espérait trouver la bibliothécaire qui aurait pu lui indiquer le rayonnage qu’elle cherchait, Caroline ne trouva qu’un bureau vide sur lequel une petite pancarte indiquait : Mme Béjo. Visiblement la responsable des lieux devait être en train de ranger des livres ou de s’adonner à n’importe quelle autre activité exigeant qu’elle soit loin de l’accueil. Et du coup caroline allait devoir se débrouiller seule…

La jeune fille n’ayant aucune idée de l’endroit où pouvait bien se trouver ce qu’elle cherchait, elle leva les yeux vers le haut des étagères dans l’espoir d’y trouver des panneaux indiquant de quoi traitaient les ouvrages présents dans les allées. Si cela se faisait dans les supermarchés moldus, pourquoi pas dans les bibliothèques sorcières ?! Malheureusement pour elle, il n’y avait aucune trace de panneau d’indication. Par contre, elle vu distinctement des bougies se balader entres les étagères.
Des bougies avec une flamme ! Sans extincteur à proximité. Et sans système de sprinklage au plafond. Alors qu’il y avait des ouvrages en papier et en parchemin qui s’étalaient partout sur une hauteur très impressionnante… plusieurs mètres au moins ! Une fois de plus caroline eut l’impression que les sorciers étaient vraiment des personnes imprudentes, comme en cours de potion quand le prof avait parlé de mettre de l’acide dans des chaudrons d’étain non galvanisés. Mais là n’était pas la question, il fallait maintenant qu’elle trouve les livres moldus. Et si elle en trouvait un sur les normes de sécurité, elle s’arrangerait pour en faire passer un exemplaire à la directrice de l’école. Foi de Caroline Barthélémy !

N’ayant aucune indication pour l’aider à se diriger, Caroline s’engagea dont un peu par hasard dans un rayonnage. Elle lisait en diagonale quelques noms de livres sur les couvertures pour essayer de localiser la zone qu’elle cherchait. Mais sans succès. A nouveau elle avait l’impression de perdre son temps. Cela faisait au moins cinq rangés qu’elle avait parcouru sans trouver ce qui l’intéressait, tout les livres parlant de « la recette des patacitrouilles à travers les âges » ou encore de « la merveilleuse histoire de Florence Lepetit et son troll apprivoisé ». Décidément, rien qui ressemble de près ou de loin à de la science moldue !
En entrant dans une autre allée, Caroline eut la joie de trouver quelqu’un. Certes, ce n’était pas la bibliothécaire qui aurait très certainement pu l’aguiller, mais au moins c’était une personne qui pourrait peut-être l’aider. En se rapprochant, Caroline reconnut l’élève qui avait l’air de chercher un livre précis. C’était une fille, une rousse qui était de son cycle. Elle ne se rappelait plus de son nom mais était pratiquement sûre qu’elle était en quatrième année dans la maison de l’air. Et c’était une bonne nouvelle car qui disait quatrième année, disait que la fille était là depuis au moins quatre ans (ma bonhomme a une logique imparable je vous dis !) et donc qu’elle connaissait très certainement la bibliothèque bien mieux que Caroline qui y mettait les pieds pour la première fois.
C’est donc d’un pas décidé que la première année s’approcha de son ainée. Arrivée à sa hauteur elle s’éclaircit la gorge et l’interpela à voix basse (on est dans une bibliothèque dans même !) :

- Euh… Salut. Désolée de te déranger, t’as l’air occupée… Mais je suis un peu perdue. Je cherche des livres moldus, des livres de science moldue même pour être précise. Tu saurais si il y a ça ici ?

C’était simple. Clair. Concis. Caroline était allée droite au but, il ne restait plus qu’à croiser les doigts pour que l’autre fille sache lui répondre. Et que la réponse soit positive.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Mar 22 Déc - 16:12

La journée avait commencé avec les cours de soin aux créatures magiques pour finir par la botanique : des matières qui exigeaient qu’on se salisse un peu les mains si on voulait réussir. Ce n’était pas ça qui arrêtait Sarah, même si elle avait la saleté en horreur elle avait passé suffisamment de temps en compagnie de son frère et de son grand-père à s’occuper des animaux errants du quartier ou planter des  plantes diverses pour fermer les yeux sur la terre qui s’incrustait sous ses ongles ou sur les poils d’animaux qui couvraient ses habits. Mais dans le monde de la magie il y avait un niveau de difficulté en plus : les plantes pouvaient vous mordre si vous ne faisiez pas attention et certaines créatures pouvaient être dangereuses. Pour le moment s’occuper de Botrucs s’avérait simple, il suffisait de les occuper avec un peu de nourriture pour qu’ils restent tranquilles mais l'un d'eux avait quand même essayé de la mordre alors qu'elle essayait d'en faire un croquis pour son professeur.
Comme elle ne suivait pas les cours de divination, la journée était finie pour Sarah. Après être passée dans son dortoir pour ranger ses affaires et épousseter son uniforme, elle s’était rendue comme à son habitude à la bibliothèque. Ses devoirs étaient presque finis, il ne manquait plus que celui d’histoire de la magie auquel elle comptait se consacrer : il était presque fini mais elle comptait l’enrichir de connaissances supplémentaires.
Avant de partir pour l’endroit qu’elle préférait dans le château Sarah avait tout de même tenu à passer un peu de temps avec Primprenelle le chat que son frère Jonas lui avait offert juste avant son départ pour Beauxbâtons. Elle la chercha pendant un petit moment avant de la trouver en train de dormir sur les genoux d’une élève de second cycle qui lisait. Décidément les chats étaient des animaux bien à part dans le royaume animal. Ne voulant ni déranger son chat, ni sa camarade, elle les laissa où ils étaient, mais alla remplir sa gamelle de croquettes et son bol d’eau fraîche, sinon elle risquait de se faire gronder par Pimprenelle à son retour. Et oui c’était elle qui commandait, Sarah la pauvre humaine était l’esclave de son chat. Le monde à l’envers à moins que les chats n’aient toujours eu le contrôle du monde. C’était une question qui méritait d’être posée.
Son sac à dos sur une épaule, Sarah se rendit à la bibliothèque d’un pas rapide, ne prêtant pas beaucoup d’attention aux élèves qu’elle croisait, son esprit étant beaucoup plus occupé par son devoir et les livres qu’elle allait devoir prendre pour le faire. Elle avait déjà sa petite idée des ouvrages. Le sujet traitait de l’histoire de la découverte du nouveau continent et donc des sorciers précolombiens dans le monde magique. Elle allait devoir non seulement se rendre dans le rayon réservé à l‘histoire de la magie, étagère consacrée à la Renaissance mais aussi se rendre dans le rayon où se trouvait tous les ouvrages moldus : elle y allait parfois mais y passait beaucoup moins de temps que dans la section « magique ». Étant née moldue elle connaissait la plupart des auteurs et elle n’avait pas souvent recours à la culture moldue pour ses devoirs. Mais c’était vraiment chouette qu’il y ait plusieurs rayons consacrés aux livres moldus, comme ça les nés-moldus ne sentaient pas trop dépaysés mais les sorciers s’ouvraient aussi à une culture qu’ils avaient parfois tendance à mépriser, de manière directe ou indirecte.
Arrivée devant les portes de l’endroit le plus chouette de Beauxbâtons, Sarah entra et salua poliment mais avec un grand sourire la bibliothécaire qui rendit son sourire à une de ses visiteuses les plus fréquentes. Elle n’eu même pas besoin de la diriger, Sarah connaissait déjà presque par cœur la bibliothèque. Elle pouvait se rendre les yeux fermés jusqu’à son rayon préféré, le rayon histoire. Parcourant les étagères d’un œil expert, il ne lui fallut que quelques secondes pour trouver ce qu’elle cherchait. Renaissance. Elle balaya du regard Les sorciers et les Médicis, politique et magie à Florence, feuilleta L’âge d’Or Élisabéthain : période prospère ou de crise pour le monde magique avec intérêt, même si il n’entrait pas vraiment dans son devoir. Elle dénicha alors deux ouvrages qui allaient lui être utiles : Atahualpa et les sorciers : entre amitié et alliance ainsi que Quetzalcóatl, Wiracucha, Gucumatz : divinités ou sorciers doués ?  
Absorbée par sa lecture, elle sursauta quand une petite voix l’interpella. Levant le nez de son livre un peu à contrecœur, les alliances sorciers/incas pour repousser les conquistadors étaient vraiment intéressantes, elle vit une jeune fille, aussi rousse qu’elle, un peu plus jeune, de la maison de la terre, une première année peut-être, elle ne l’avait jamais vu avant, enfin ce n’est pas comme si Sarah connaissait tout le monde dans le monde, mais rien qu’à la façon dont elle la regardait, l’air un peu perdue, elle était nouvelle. Et puis sa requête. Aucun élève qui ne serait pas en première année n’aurait demandé des renseignements au sujet de la bibliothèque, à moins de n’avoir pas du tout travaillé durant sa scolarité ou omis l’existence de la bibliothèque.
Sarah sourit à la mention des livres moldus. Peu d’élèves étaient au courant qu’il y en avait ici. La dernière fois un élève de cinquième année l’avait regardé avec des yeux ronds quand il l‘avait vu avec un roman moldu portant le cachet de la bibliothèque et un de ses amis avait du le conduire à la bibliothèque pour lui prouver que oui, il pouvait lire du Balzac ou du Stephen King à Beauxbâtons  sans être obligé d’en acheter lors de ses vacances ou d’en commander. Aussi sourit-elle à son interlocutrice et referma son livre pour lui répondre.

« Salut ! Tu ne me déranges pas du tout, je suis contente de pouvoir t’aider. Alors je sais qu’il y a des rayons consacrés aux ouvrages moldus ici, par contre je ne sais pas si on peut trouver des ouvrage scientifiques. »

Elle marqua une petite pause, pensive avant de reprendre :

«  Viens suis moi je vais te montrer, on cherchera ensemble. Ici c’est le rayon Histoire la magie, la section des ouvrages moldus est plus loin, mais ne la confond pas avec le rayon de l’étude des moldus, certains font parfois l’erreur… Au fait je m’appelle Sarah, et toi ? »

Elle tenait les deux ouvrages dans ses bras et fit, d'un petit mouvement de la tête, signe à la jeune fille de la suivre. La marche de Sarah était rapide mais elle se força à ralentir pour qu'elle ne se perde pas, la bibliothèque pouvait devenir un véritable labyrinthe quand on ne la connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Mer 23 Déc - 13:30

Pour une fois Caroline avait de la chance. La jeune fille à qui elle avait demandé de l’aide ne s’était pas moquée d’elle lorsqu’elle avait évoqué des ouvrages scientifiques. Elle avait dit qu’elle n’était pas sûre qu’il y en ait dans la bibliothèque, mais elle n’avait pas suggéré qu’en chercher était une idée bizarre. Or pour le moment, à chaque fois que Caroline évoquait les mathématiques ou la physique, les autres la regardaient comme si elle était une personne bizarre. Comme si elle avait été dans son ancien lycée et qu’elle avait dit à tout le monde qu’elle était une sorcière…
Du coup Caroline avait de la chance car son interlocutrice était gentille et avait presque pu répondre à sa question. C’était une bonne nouvelle qui s’accompagnait d’une seconde nouvelle encore meilleure : il y avait des livres moldus dans la bibliothèque. Caroline s’apprêtait à remercier l’élève de l’air pour son information très précieuse, se disant que même s’il lui fallait plusieurs heures pour parcourir tous les rayons et trouver ce qu’elle cherchait, elle ne cherchait pas en  vain, lorsque la jeune fille se proposa de l’aider à chercher.

«  Viens suis moi je vais te montrer, on cherchera ensemble. Ici c’est le rayon Histoire la magie, la section des ouvrages moldus est plus loin, mais ne la confond pas avec le rayon de l’étude des moldus, certains font parfois l’erreur… Au fait je m’appelle Sarah, et toi ? »

La jeune fille, Sarah puisque c’était visiblement son nom, était donc encore plus gentille et serviable que la première impression qu’elle avait laissée à Caroline. Celle-ci se dépêcha donc de la remercier.

- Oh, merci beaucoup. C’est vraiment super sympa, tu devrais demander à la bibliothécaire une portion de son salaire.

Pauvre madame Béjo… Elle a eu le malheur d’être absente lors de l’arrivée de Caroline et voilà que maintenant celle-ci veut la remplacer par une élève. A moins que ça ne soit une blague et dans ce cas c’est le sens de l’humour de Caroline qui est vraiment contestable. Impossible de savoir !
Après un instant de silence à suivre l’élève de quatrième année entre les rangées de livres, Caroline se rappela qu’elle n’avait pas pris la parole uniquement pour lui dire qu’elle acceptait de l’aider mais qu’elle lui avait également demandé son nom. Et parlé des différents rayons de la bibliothèque. Or le minimum pour être polie c’était quand même de lui répondre !

- Ah et oui, j’avais oublié mais je m’appelle Caroline. Enfin, j’avais pas oublié que je m’appelle Caroline bien sûr, j’avais oublié de te dire mon prénom.

Et une caroline qui s’embrouille ! Une ! Sarah devait vraiment la prendre pour une fille pas très maline… Alors que sans vouloir être imbue de sa personne, Caroline se considérait plutôt comme une personne logique et intelligente. Et même si elle ne l’avait pas été, elle n’aurait pas été en ce moment même à la recherche de manuels scientifiques moldus.  
Pour essayer de faire rapidement oublier sa bourde à sa guide, la première année essaya d’attirer à nouveau son attention vers la bibliothèque et ses rayonnages.

- Et sinon tu disais qu’il ne fallait pas confondre le rayon étude des moldus avec celui des ouvrages moldus ? Ils ne renvoient pas l’un à l’autre ? Et il y a tant de différence que ça entre les deux ? Parce que je suis l’option étude des moldus, enfin, depuis trois semaines vu que je suis en première année, et je pensais que les ouvrages de référence dans cette matière c’était justement les livres moldus… C’est Bizarre.

Caroline était vraiment loin de se douter d’à quel point certains sorciers étaient ignorants de son monde d’origine. Il était vrai qu’à chaque fois qu’elle en avait parlé jusque là, personne n’avait eut l’air de comprendre de quoi elle parlait. Mais puisqu’à tous les coups, c’était de la science qu’elle évoquait, et il fallait bien l’avouer des concepts pas toujours évidents, elle s’était juste dis que les autres n’avaient pas les bagages scientifiques pour la comprendre. Il était évident pour elle que quand elle parlait d’aéronautique et de faire voler des avions, ce que les autres ne comprenaient pas c’était les notions de forces, de poussées et d’énergie potentielle permettant de faire s’élever l’appareil malgré la gravité, pas qu’ils ne savaient même pas ce qu’était un avion !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Lun 28 Déc - 16:55

- Oh, merci beaucoup. C’est vraiment super sympa, tu devrais demander à la bibliothécaire une portion de son salaire.
Sarah ne pu s’empêcher de rire.

«  Mais de rien c’est normal ! Je ne pense pas qu’elle serai d’accord, je sais qu’elle m’aime bien et que je peux lui demander beaucoup de choses, mais je crois que se serait abusé. »

Surtout que Mme Béjo était vraiment sympathique et très prise par son travail. Elle devait être en train de ranger de livres dans un autre rayon ou quelque chose comme ça pour que la jeune fille aille demander de l’aide à quelqu’un d’autre plutôt qu’à la bibliothécaire.

"Ah et oui, j’avais oublié mais je m’appelle Caroline. Enfin, j’avais pas oublié que je m’appelle Caroline bien sûr, j’avais oublié de te dire mon prénom."

Décidément,  Caroline, puisque c’était son nom était bien particulière. Sarah ne se permettrait jamais de la juger, ça non, mais il y avait quelque chose chez cette fille qui la rendait un peu à part, qui faisait qu’elle se démarquait des autres. Enfin bon, ce n’était à elle de porter un jugement sur une personne, même si Sarah pouvait se montrer très méfiante à l’égard des autres, surtout quand elle ne les connaissait pas.

"Et sinon tu disais qu’il ne fallait pas confondre le rayon étude des moldus avec celui des ouvrages moldus ? Ils ne renvoient pas l’un à l’autre ? Et il y a tant de différence que ça entre les deux ? Parce que je suis l’option étude des moldus, enfin, depuis trois semaines vu que je suis en première année, et je pensais que les ouvrages de référence dans cette matière c’était justement les livres moldus… C’est Bizarre."

Sarah sourit de nouveau. Effectivement c’tait quelque chose qui pouvait sembler bizarre mais qui en tant qu’habituée de la bibliothèque, lui paraissait tout à fait normal.

«  Et bien tu n’as pas tout à fait tord quand tu dis qu’ils se renvoient l’un à l’autre mais le rayon de l’étude des moldus recense tous les ouvrages écrits pas des sorciers, sauf quelques cas exceptionnels sur le monde des moldus, par exemple sur certaines de leur inventions alors que le rayon des ouvrages moldus regroupe tous les livres d’auteurs moldus sans aucun lien avec notre monde. Je ne suis pas l’option de l’étude des moldus, mais je pense qu’effectivement, vous étudiez quelques auteurs célèbres, je me trompe ? Ah tiens, nous sommes arrivées ! Tu cherchais des ouvrages scientifiques c’est ça ? »

Elles étaient arrivées devant le rayon des ouvrages moldus. Qui comportait énormément d’étagères. Rien que la littérature française et anglaise prenait une place considérable, presque autant de livres que dans les rayons destinés à la magie. Rien ne démarquait particulièrement  les ouvrages moldus des ouvrages sorciers : juste une pancarte, comme toutes es autres, pour indiquer aux élèves où ils se trouvaient. Ce qu’appréciait beaucoup Sarah, ça mettait sur le même niveau sorciers et moldus. Et tout était classé par catégories : romans, poésie, science-fiction et sûrement sciences, bien que Sarah n’ai jamais réellement jeté un coup d’œil de ce côté-là. A la limite l’histoire des sciences aurait pu faire parti de ses lectures, mais elle se perdait vite avec tous ces chiffres et certains termes qui lui semblaient être du chinois. Elles passèrent devant les ouvrages de littérature américaine, où Sarah du faire un grand effort pour ne pas s’arrêter et lire les titres qui lui tapaient dans l’œil, et arrivées devant une étagère qui portaient la pancarte « Sciences », Sarah s’arrêta, montrant d’un geste de la main l’objet de la requête de Caroline.

« Et voilà ! Bon il n’y a pas autant d’ouvrages que sur d’autres étagères, mais tu y trouveras sans doute ton bonheur.  Et si jamais tu ne trouves pas ce que tu cherches, tu peux toujours venir voir la bibliothécaire et lui faire une demande d’ouvrages, elle pourra peut-être les commander. »


_________________

Who run the world ? Girls ♦️ L'histoire est la mémoire du monde. De Lacordaire (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Lun 4 Jan - 14:43

Sarah conforta rapidement Caroline dans son idée que les ouvrages moldus et les ouvrages d’étude des moldus étaient liés mais elle lui expliqua aussi la différence entre les deux et lui indiqua qu’elle-même ne suivait pas cette option. Malgré cela, la jeune fille de l’air sembla s’intéresser à la matière et lui demanda s’ils étudiaient bien des ouvrages moldus pendant ces cours. Sur le coup Caroline fut un peu déstabilisée. Est-ce qu’ils étudiaient des livres moldus ? Elle n’en avait strictement aucune idée… Certes elle suivait l’option, mais elle n’en avait eu que trois cours… Trois cours durant lesquels aucun ouvrage autre que le manuel scolaire n’avait été utilisé !

- Euh… Je pense que tu as raison mais en réalité je n’en suis pas sûre. Pour le moment on s’est juste présentés et on a commencé à parler du système scolaire moldus… Du coup on n’a pas vraiment utilisé de livre. Juste un schéma qui est dans le manuel. Rien de vraiment passionnant pour le moment, on verra bien ce que donnera la suite.

Pendant leur discussion, elles étaient arrivées devant le rayonnage que cherchait Caroline. Devant elles, une petite étagère où le mot « sciences » était inscrit. Il n’y avait pas beaucoup de livres mais au moins il y en avait. C’était déjà ça.

« Et voilà ! Bon il n’y a pas autant d’ouvrages que sur d’autres étagères, mais tu y trouveras sans doute ton bonheur. Et si jamais tu ne trouves pas ce que tu cherches, tu peux toujours venir voir la bibliothécaire et lui faire une demande d’ouvrages, elle pourra peut-être les commander. »

Cette Sarah était décidément bien serviable. Et même si Caroline était sûre qu’elle trouverait son bonheur (elle avait déjà repéré le titre « endomorphisme hermitien » au milieu de l’étagère), elle n’avait pas vraiment envie de se retrouver seule devant une pile de livre. Elle aurait huit ans pour tous les consulter, il n’était donc pas urgent de commencer à fouiller l’étagère, surtout qu’elle n’avait pas encore terminé ceux qu’elle avait ramené de chez elle et qu’elle lisait tous les soirs.
Par contre, cela commençait à faire un petit moment qu’elle n’avait pas discuté avec quelqu’un d’à peu près son age qui ne la prenait pas pour une folle. Elle se décida donc à essayer de retenir encore un peu sa guide qui semblait attirée par une autre étagère.

-On peut faire des demandes d’ouvrages ? Genre commander un livre qui nous intéresse pour la bibliothèque ? Et la bibliothécaire le commande vraiment ? Parce que dans toutes les bibliothèques que j’ai fréquentées jusque-là, je n’ai jamais vu un seul livre des demandes être acheté… Elle a l’air vraiment sympa cette bibliothécaire !

Caroline avait la ferme impression que Sarah appréciait la responsable des lieux alors en attendant de trouver un autre sujet de conversation, elle s’était dit que dire du bien de celle-ci pourrait faire plaisir à son interlocutrice. Et puis elle ne mentait pas en disant qu’elle n’avait jamais vu un livre demandé être acheté. Généralement les bibliothécaires se contentaient de commander les ouvrages demandés par les enseignants ou encore ceux qu’elles-mêmes avaient envie de lire. C’était comme ça que les confessions d’une accro au shopping s’étaient retrouvées dans la bibliothèque de son école primaire…
Mais alors que Sarah lui confirmait que oui, les livres demandés étaient généralement disponibles quelques semaines après la demande, Caroline se posa une question sur l’élève plus âgée.

- Et au fait, tes parents ils sont moldus ou sorciers ? N’hésite pas à ne pas répondre si tu trouves ma question trop indiscrète… c’est juste que tu m’as dit que tu ne suivais pas l’option étude des moldus mais que tu as quand même l’air vachement au courant des choses qui les concernent. Les auteurs célèbres par exemple.

Etre aussi curieuse au sujet des autres n’était pas dans les habitudes de Caroline. Elle était très curieuse des choses, mais très rarement des gens… Elle préférait généralement comprendre le monde plutôt que ceux qui le peuplaient mais sa solitude accentuée par son isolement dans le monde magique semblait changer la jeune fille. Ou peut-être n’était-ce qu’une passade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Mer 6 Jan - 18:59

- Euh… Je pense que tu as raison mais en réalité je n’en suis pas sûre. Pour le moment on s’est juste présentés et on a commencé à parler du système scolaire moldus… Du coup on n’a pas vraiment utilisé de livre. Juste un schéma qui est dans le manuel. Rien de vraiment passionnant pour le moment, on verra bien ce que donnera la suite.

Apparemment l’introduction à l‘étude des moldus n’avait pas l’air très passionnante, enfin d’après ce que Caroline lui racontait. Et puis si ils n’utilisaient pas de livres… vraiment c’était ce qu’il y avait de mieux pour comprendre le monde moldu, après aller directement voir les objets d’étude comme les moyens de transport par exemple.  Elle-même avait du mal à expliquer certains concepts à ces camarades qui lui demandaient de l’aide.

-On peut faire des demandes d’ouvrages ? Genre commander un livre qui nous intéresse pour la bibliothèque ? Et la bibliothécaire le commande vraiment ? Parce que dans toutes les bibliothèques que j’ai fréquentées jusque-là, je n’ai jamais vu un seul livre des demandes être acheté… Elle a l’air vraiment sympa cette bibliothécaire !

Sarah acquiesça en hochant la tête.

« Oui, j’en ai déjà fait une ou deux fois, quand je constatais qu’il manquait des ouvrages, enfin surtout moldus parce que je ne m’y connais pas encore suffisamment en ce qui concerne les ouvrages sorciers.  Mais à chaque fois que je l’ai fait Mme Béjo a pris en compte ma demande en plus de celles de d’autres élèves et le livre est arrivé quinze jours plus tard. Je suppose que ça dépends un peu du livre et des moyens qu’elle emploie pour se les procurer. Donc si tu constates qu’il manque un livre dans la bibliothèque n’hésite pas, elle sera ravie de faire compléter les ouvrages ! »

Effectivement, Caroline avait raison de poser une question comme celle là. Quand elle était au collège on proposait de commander des livres mais elle n’avait jamais vu les titres qu’elle avait demandés sur les étagères du CDI. Enfin bon ici elle était sûre d’avoir les livres même si il fallait attendre un peu, et puis ce n’est pas comme si la bibliothèque était pauvre en livres.
Enfin pour les livres moldus ce n’était pas la même chose, par exemple il n’y avait qu’une seule étagère destinée au jardinage (ce qui l’avait d’ailleurs surprise la première fois. Ce n’est pas comme si les élèves avaient comme passe temps le jardinage de plantes moldues.) Et l’étagère en question n’était même pas remplie. Elle avait voulu consulter les ouvrages par curiosité et aussi parce qu’elle savait que son grand-père serait heureux de savoir qu’elle s’intéressait à sa passion. Du coup Sarah se demandait si Caroline n’allait pas faire comme elle et demander à la bibliothécaire un tas de livres de sciences vu qu’apparemment  elle aimait ça. Elle fut tirée de ces réflexions par une question de Caroline.

- Et au fait, tes parents ils sont moldus ou sorciers ? N’hésite pas à ne pas répondre si tu trouves ma question trop indiscrète… c’est juste que tu m’as dit que tu ne suivais pas l’option étude des moldus mais que tu as quand même l’air vachement au courant des choses qui les concernent. Les auteurs célèbres par exemple.

« Ne t’inquiète pas, ta question ne me dérange pas. Je suis née moldue, c’est pour ça que je connais aussi bien les livres moldus, mon père est bibliothécaire, j’ai pratiquement grandit dans une bibliothèque. »

Elle fit une pause durant quelques secondes avant de poser une question à son tour.

« Tu es aussi né moldue ? En général les sorciers ne s’intéressent pas vraiment aux sciences, étant donné qu’ils ont la magie. Enfin rien n’empêche les sorciers de s’intéresser aux sciences, mais certains sont parfois trop hautains envers la culture moldue. »


Sarah ne pu cacher son agacement vis-à-vis de ces sorciers.  Elle adorait la magie mais elle aimait aussi le monde moldu, après tout il était une partie d’elle et pour rien au monde elle ne l’aurait renié ou méprisé.

_________________

Who run the world ? Girls ♦️ L'histoire est la mémoire du monde. De Lacordaire (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Ven 8 Jan - 15:48

Caroline avait de la chance. Pour une fois qu’elle avait envie de parler à quelqu’un d’autre chose que de science, son interlocutrice paraissait également intéressée par une conversation. Alors certes les allées d’une bibliothèque ne sont l’endroit idéal pour discuter, mais puisqu’à cette heure-ci il n’y avait quasi personne d’autre dans cette partie de l’école, il n’y avait pas de raison de se gêner !

Sarah était donc née-moldue, comme elle ! Et son père était bibliothécaire, le rêve ! En tout cas sa connaissance des livres moldus s’expliquait donc très bien. L’espace d’un instant Caroline imagina ce qu’aurait été sa vie si, comme Sarah, elle avait pu dès son plus jeune âge accéder à tous les livres qu’elle avait voulu. Peut-être qu’elle connaitrait plus de choses. Ou alors peut-être qu’elle serait totalement socialement inadaptée… Parce que si ses parents ne l’avaient pas un peu forcée à côtoyer d’autres enfants et l’avaient laissée s’enfermer entre les livres, peut-être qu’elle n’aurait pas été capable de parler à n’importe qui comme elle l’était.
Caroline fut sortie de ses pensées par Sarah qui lui renvoyait la question. Est-ce qu’elle était née-moldue ? Oh oui, jusqu’au bout des ongles !

- Oui, moi aussi toute ma famille est moldue. Mes parents et mes deux frères. D’ailleurs mon père et mes frères ne savent même pas que je suis une sorcière, il n’y a que ma mère qui est au courant.

Et voilà que Caroline se mettait à lui raconter ses histoires de famille. Enfin, finalement que c’était Sarah qui avait commencé en lui parlant du métier de son père. Elle ne savait pas. Puis ce n’était pas le sujet de la discussion. Non, elles parlaient de sciences et de magie !
En disant que les sorciers ne s’intéressaient pas aux sciences, l’élève de l’air avait l’air très agacée. Elle expliqua à la plus jeune que les sorciers étaient souvent hautains lorsqu’ils parlaient du monde moldu. Comme si les moldus étaient resté à un stade primitif alors que les sorciers étaient des personnes évoluées (la magie c’est l’évolution, les mutations c’est le futur, les X-mens sont parmi nous *SBAFF*). Et sur ce point caroline ne pouvait qu’être d’accord avec sa camarade. Et elle ne tarda pas à le lui expliquer.

- Je ne connais pas ce monde depuis longtemps mais je veux bien te croire… Pour le moment à chaque fois que je me suis mise à parler de science les gens m’ont ri au nez ou alors ont sous-entendu que les concepts dont je parlais étaient dépassés et que les sorciers faisaient exactement la même chose avec la magie. Mais bizarrement, personne n’a jamais réussis à m’expliquer comment !

En lui disant ça, Caroline pensait très précisément au premier cours de potion. Celui où le prof, l’éminent professeur Florentin, l’avait rembarrée quand elle avait parlé du fait qu’il faudrait galvaniser l’étain des chaudrons avant de vouloir y mettre de l’acide. Rien qu’au souvenir de ce moment elle fit la moue avant de reprendre son discours.

- Les sciences moi j’adore ça, c’est ma passion ! Surtout les mathématiques et la physique. Avant de découvrir que j’étais une sorcière je voulais devenir ingénieure en aéronautique. Du coup tu imagines bien que j’ai un peu du mal avec cette imperméabilité que la plupart des sorciers ont vis-à-vis de cet aspect du monde moldu.

Caroline du mal avec le fait que les sorciers ne reconnaissent pas les sciences ? On n’aurait pas deviné ! Tout comme le fait qu’elle aimait ça. Elle avait quand même fait une scène sur la table à manger de la maison de l’air pour récupérer son livre de physique. Son interlocutrice étant dans cette maison, elle devait très certainement s’en souvenir. Peut-être même qu’elle avait été atteinte par des gouttes de compote que Caroline avait fait gicler en mettant les pieds dans le plat…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Dim 17 Jan - 20:47

- Oui, moi aussi toute ma famille est moldue. Mes parents et mes deux frères. D’ailleurs mon père et mes frères ne savent même pas que je suis une sorcière, il n’y a que ma mère qui est au courant.

La réponse de Caroline la déconcerta un peu. Seulement sa mère était au courant ? Sarah savait que le monde des sorciers devait rester caché mais rien n’empêchait la famille moldue d’un sorcier d’être au courant… enfin bref ce n’était pas les affaires de Sarah, la famille de Caroline devait avoir ses raisons.  Après tout ce n’était pas plus mal, parce que parfois les sorciers étaient rejetés, considérés comme des monstres, mais plus par peur que haine véritable. Elle se rappela des jours qui avait suivis la lettre et l’annonce du fait qu’elle était une sorcière : sa famille ne savait pas vraiment comment réagir, un peu décontenancés jusqu’au moment où son grand-père lui avait dit « Tu sais ma chérie, tant que tu ne fais pas pousser un haricot magique dans mon potager, tu restes ma petite fille. » Suivis d’un grand éclat de rire. Et puis quand elle était rentrée pour les vacances son frère Jonas l'avait harcelée de question quand elle lui avait parlé de dragons et autre animaux magiques, son père et sa mère, en bons parents avaient voulus connaitre sa moyenne générale et son grand-père l'avait supplié de lui apporter de l'engrais magique pour ses plantes, plus efficace et pas du tout polluant pour l'environnement. Il y avait pire comme situation.
Sarah ne pu s’empêcher de sourire quand Caroline lui expliqua son point de vue de la magie, de la science et des sorciers. Elle ne pu s’empêcher de se sentir proche de Caroline à ce moment là.

«  Je suis d’accord avec toi,  la magie est très puissante et tout ce qu’on veut mais je n’ai jamais réussi à comprendre exactement comment ça fonctionnait. On se contente juste de dire « c’est magique ». C’est pour ça que je m’intéresse aussi à l’histoire pour comprendre, elle n’est pas arrivée par l’opération du Saint Esprit la magie ! »

Où peut-être que si. Enfin c’était une question qui méritait d’être posée. Même si les sciences n’avait jamais été le fort, ni la passion de Sarah elle comprenait la frustration de Caroline et sa solitude vis-à-vis de cette passion : personne n’aimait l’histoire autant qu’elle et surtout pas l’histoire des moldus : pour eux les moldus avaient fait des choses idiotes et s’était fait un plaisir d’écarter les sorciers du monde. En vérité c’était beaucoup plus compliqué que ça. Mais comment l’expliquer ? En plus les sorciers avaient aussi du sang sur les mains, il suffisait de voir ce qu’il s’était passé il y a quelques années en Grande-Bretagne pour prouver que la guerre était une chose universelle, moldu ou sorcier, c’était une des seules choses que les deux comprenaient.

« Les moldus ont développé toute leur imagination au service de la science et de tout un tas d’autre chose alors que je trouve que la plupart des sorciers en manque cruellement. Il n’y a qu’à lire la plupart de leurs romans : peu d’imagination et d’ouverture d’esprit alors que les moldus en déborde quand il s’agit d’inventer un nouveau monde. »


Ah passion quand tu nous tiens… maintenant qu’elle parlait de science, il lui semblait avoir entendu parler d’une fille qui s’était fait remarquer le soir où des korrigans avaient fait une farce en montant sur la table de sa maison. Mais Sarah était arrivée bien plus tard, et n’avait donc pas eu le temps de voir tout ce qu’il s’était passé, juste que certains élèves étaient à la fois mécontents et soulagés d’avoir pu récupéré leurs affaires volées. Et puis elle se moquait tellement de ce que les autres pouvaient faire tant que ça ne la concernait pas directement. Non pas qu'elle se moque du reste du monde mais elle n'aimait pas du tout les ragots et autres potins. Très peu pour elle. Mais Sarah n’osa pas poser la question, aussi préféra t-elle concentrer la conversation sur le projet d’avenir de Caroline, qui semblait apparemment perdu pour elle.

« Ingénieure en aéronautique ? Wow, tu devais être vraiment douée je me trompe ? Mais rien ne t’empêche de le devenir par la suite, il n’y a pas de possibilité de te tourner vers des métiers moldus après ta scolarité ? »

_________________

Who run the world ? Girls ♦️ L'histoire est la mémoire du monde. De Lacordaire (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Ven 22 Jan - 10:35

C’était plaisant de trouver quelqu’un qui était d’accord avec soi et la discussion entre Caroline et Sarah devenait de plus en plus plaisante pour la première. Cette jeune fille née-moldue comme elle remettait également en compte le côté trop « magique » de la magie. Elle n’avait pas les mêmes outils qu’elle, mais un but qui au final rejoignait le sien. Les armes de Caroline étaient les sciences, celle de Sarah l’histoire. L’élève de l’air semblait vouloir découvrir d’où sortait la magie et même si Caroline ne s’était jamais posé cette question, se contentant de vouloir comprendre comment ça marchait, elle ne pouvait s’empêcher de trouver l’interrogation fondée.

- C’est vrai que l’origine de la magie a l’air au moins aussi mystérieuse que son fonctionnement… C’est quand même fou que personne ne semble rien savoir là-dessus ! En tout cas si tu trouves quelque chose à ce sujet, n’hésite pas à venir m’en parler, je trouve ça vachement intéressant.

Caroline avait toujours trouvé l’histoire intéressante car, comme les sciences, l’histoire permet d’expliquer des choses, mais si l’histoire pouvait lui donner des indices sur la manière dont la magie fonctionnait pour qu’elle puisse prouver que toute cette histoire n’était qu’une grande supercherie, elle ne la trouverait plus simplement intéressante mais carrément géniale ! A peu près au même niveau que les sciences de la vie et de la terre, les sciences qui intéressent le moins la jeune fille.

En parlant d’intérêt, Sarah était désormais partie sur une critique du manque d’intérêt et d’imagination des sorciers par rapport aux moldus. Certains sorciers très patriotiques envers leur nature auraient très certainement pu se fâcher à l’entente de ces paroles pas vraiment aimables et dictées par la passion de celle qui les prononçait mais fort heureusement pour Sarah, Caroline ne faisait pas, mais alors pas du tout, partie de cette catégorie de population. Au contraire, ces mots amusaient la jeune née-moldue et la rassuraient. Au moins, elle n’était pas la seule à ne pas penser que du bien de la magie et des sorciers !
Comme elle était d’accord avec tout ce que Sarah disait et qu’elle n’avait pas vraiment d’autres exemples à avancer (cela ne faisait que un mois et demi qu’elle avait découvert le monde sorcier, c’est normal qu’elle n’ait pas encore tout remarqué !), Caroline se contentait de hocher la tête de manière très approbative. Vu de l’extérieur, elle devait ressembler à ces objets de décoration made in china, les chats aux couleurs criardes dont la patte bouge toute seule… Oui, elle devait ressembler à un objet comme celui-ci, mais avec la tête qui bougeait à la place de la patte ! Il faudrait qu’elle fasse gaffe aux torticolis si Sarah parlait encore longtemps.
Heureusement pour la santé du cou de Caroline, son interlocutrice finit par stopper sa diatribe contre l’esprit étriqué des sorciers pour réagir sur ce qui lui avait été dit juste avant.

« Ingénieure en aéronautique ? Wow, tu devais être vraiment douée je me trompe ? Mais rien ne t’empêche de le devenir par la suite, il n’y a pas de possibilité de te tourner vers des métiers moldus après ta scolarité ? »

Douée… Même si elle ne s’était jamais considérée comme douée mais plus comme passionnée, Caroline ne pouvait pas nier qu’aux yeux des autres elle était douée. Ses résultats ne mentaient pas.

- J’ai eu mon bac avec les félicitations du jury en juin dernier, j’avais trois ans d’avance sur le système scolaire moldu et j’étais dans une classe à projet scientifique… Donc oui, on peut sûrement dire que j’étais douée pour les sciences. J’avais été acceptée en classe prépa à Louis le Grand à Paris, tout ce que j’avais toujours rêvé…

La jeune fille ne put empêcher sa gorge de se serrer en racontant son passé pas si lointain et ses rêves brisés…

- Ce serait magique d’arriver à devenir ingénieure après les huit ans ici. Je pourrais passer les concours d’entrée en école en candidat libre, je le sais. Mais mon dossier aurait très peu de chances d’être accepté avec huit ans de blanc inexplicables sur mon CV. Les écoles que je visais n’acceptent que les meilleurs et les plus sérieux alors ce n’est pas en leur disant que j’ai fait de la magie pendant tout ce temps que j’aurai une chance.

C’était la première fois que Caroline formulait les choses de cette manière. Mais il était totalement vrai que huit années de magie ne seraient jamais un atout pour trouver un emploi dans le monde moldu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Mar 26 Jan - 17:03

Les origines de la magie… c’était un sujet assez cher au cœur de Sarah qui pouvait le rallier parfaitement  avec sa passion pour l’histoire de la magie.

« J’aimerais bien le découvrir mais à mon avis il faudrait remonter à la préhistoire et on a pas suffisamment de sources pour nous éclairer là-dessus. Enfin il y a la géologie, l’archéologie et tout ça, mais on a pas de documents écrits qui pourraient nous donner des renseignements sur les premières manifestations de magie. C’est là que la science pourrait venir en aide aux sorciers… »

Peut-être même que la magie existait déjà au temps des dinosaures… ils ressemblaient bien aux dragons, même si les dragons étaient plus de gros reptiles cracheurs de feu et que les dinosaures avaient en fait plus de point commun avec les oiseaux. Mais c’était quelque chose à prendre en considération. A écouter Caroline, la science était toute sa vie et elle avait un peu de mal à accepter la magie telle quelle…

« En tout cas merci pour ta proposition, on pourrait peut-être faire des recherches ensemble un jour si veux. »  

C’était ça que Sarah aimait : faire des rencontres avec des gens aussi passionnés qu’elle, même si ce n’était pas forcément quelque chose qui il lui plaisait, partager tout ça, découvrir et faire découvrir.  Généralement c’était le cas des élèves un peu marginaux, qui se faisaient plus remarquer parce qu’ils ne respectaient pas tous les codes. Et il était évident que Caroline devait en faire parti d’après ce qu’elle avait dit au sujet de sa passion et que personne ne l’avait prise aux sérieux. Elle puis elle était impressionnée. Cette fille était plus jeune qu’elle et elle avait déjà son bac !  Alors qu’elle-même était majeure, le seul diplôme qu’elle avait c’était son brevet des collèges… Elle se sentit peinée quand Caroline lui apprit que Beauxbâtons allait sûrement lui fermer les portes de grandes écoles qui lui permettraient de réaliser son rêve.  Effectivement vu comme ça, les huit années passées ici ne seraient pas si utiles pour son projet. Elles allaient l’aider à maîtriser sa magie mais pas à développer les connaissances nécessaires pour devenir ingénieure en aéronautique.  C’était quand même triste de voir qu’un avenir pouvait être compromis. Les conséquences de la séparation définitive du monde de la magie et du monde moldu. Sarah détestait utiliser le terme « normal ». C’était comme si les sorciers n’étaient pas normaux. Oui la magie n’était pas censée exister, Sarah n’y avait jamais vraiment cru avant d’apprendre qu’elle était une sorcière, mais était t’elle différente pour autant.
Voyant que Caroline avait l’air assez déprimée, elle posa une main sur son épaule, elle ne savait pas si elle était quelqu’un qui appréciait les contacts humains de ce genre,  et lui sourit.

« Bon et si tu m’expliquait tout ça en dehors de la bibliothèque ? Choisis tes livres, va les emprunter et ensuite on ira dehors, il fait encore beau. J’ai du chocolat dans mon sac, ça va te réconforter un peu. »

C’était un des meilleurs remèdes qu’elle connaissait. C’était son grand-père qui avait pris l’habitude de lui en donner, d’abord quand elle rentrait à la maison avec un genou écorché ou une bosse, puis quand son frère l’embêtait et la faisait pleurer, comme beaucoup de grand-frères, et puis quand elle avait commencer à devenir adolescente et que bien entendu, personne ne l’aimait et qu’elle une incomprise. Ah l’adolescence, qu’elle période magnifique de la vie…

_________________

Who run the world ? Girls ♦️ L'histoire est la mémoire du monde. De Lacordaire (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 377

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Mer 27 Jan - 11:40

Sarah avait déjà toute la sympathie de Caroline grâce à son intérêt pour les origines de la magie. Et maintenant elle se mettait à dire que les sciences pourraient venir en aide aux sorciers, cette fille était vraiment géniale ! Ce n’était peut-être pas l’avis de tout le monde, mais en tout cas c’était celui de Caroline ! Certes par science Sarah voulait parler de géologie et d’archéologie, des domaines qui passionnaient bien moins Caroline que les mathématiques ou la physique, mais c’était déjà bien mieux que rien.
En plus de ne pas la prendre pour une folle, Sarah semblait intéressée sincèrement intéressée par ses recherches. Enfin, les recherches qu’elle comptait faire car elle ne pouvait pas vraiment dire qu’elle avait commencé à rechercher l’origine de la magie. C’était un sujet qui intéressait la première année mais qui semblait tellement vaste qu’elle n’avait pas encore eut le temps de s’y pencher, faute de savoir par où commencer. Et voilà que l’élève de l’air lui donnait une piste, non, elle lui tendait une perche ! Sarah lui proposait carrément de faire des recherches ensemble. De s’associer envers et contre tous dans cette quête mystérieuse ! Un plan qui ne pouvait que plaire à la scientifique en herbe.

- Oh oui, je veux bien ! Ce serait cool de ne pas se lancer là-dedans toute seule parce que j’avoue que je ne saurais pas trop par où commencer. Et puis c’est agréable de se sentir moins seule avec un projet aussi fou que celui-là.

L’enthousiasme de la jeune fille était clairement visible et contrastait largement avec la vague de tristesse qui s’était emparée d’elle lorsqu’elle avait évoqué ses rêves d’avenir perdus. Une mélancolie qui n’était pas passée inaperçue auprès de son interlocutrice et qui ne la laissait pas insensible. En effet, Sarah s’empressa de proposer à Caroline de continuer leur discussion dans un lieu plus propice et plus convivial.

« Bon et si tu m’expliquait tout ça en dehors de la bibliothèque ? Choisis tes livres, va les emprunter et ensuite on ira dehors, il fait encore beau. J’ai du chocolat dans mon sac, ça va te réconforter un peu. »

Du chocolat ! La gourmande Caroline n’était définitivement pas le genre de personne à dire non à du chocolat. Jamais de la vie ! Surtout quand il était proposé par une personne aussi sympathique que Sarah.

- Ca me semble être une très bonne idée, merci ! Je choisis des livres et on se retrouve dehors alors ?!

Une fois ces mots prononcés, Caroline se tourna à nouveau vers l’étagère contenant les livres de science et en pris deux un peu au hasard. Elle n’avait pas eu le temps de consulter le nom de tous les ouvrages et de toute façon, elle aurait bien largement le temps de tous les lire avant la fin de sa scolarité.
C’est donc avec Les équations de Maxwell appliquées aux plasmas et Caractéristiques des anneaux Abéliens sous le bras qu’elle se dirigea vers la sortie de la bibliothèque en espérant que la gérante des lieux aurait retrouvé son bureau. Avec ces deux ouvrages de taille moyenne, elle espérait en apprendre plus sur les dernières notions d’électromagnétisme et d’algèbre qu’elle avait abordé dans ses propres livres. Mais ça, ce serait après la séance discussion et chocolat avec Sarah !

[Fini pour moi]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 79

MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   Jeu 28 Jan - 15:43

Sarah ne s'était pas vraiment attendue à ce que sa proposition fasse autant plaisir à Caroline. Mais si, comme elle l'avait déduit, elle était un peu isolée du reste des élèves à cause de sa saule passion, c'était bien normal qu'elle éprouve de la joie à l'idée de pouvoir partager ses passions avec quelqu'un. Et puis Sarah sentait qu'elle allait apprendre de nouvelles choses. Elle s'y connaissais un peu en sciences naturelles, après tout quand on avait grandit dans une bibliothèque tous les livres finissaient par être consultés et quand son grand-père  était passionné de jardinage et son grand_frère par las animaux, forcément au bout d'un moment on connaissait la chaîne alimentaire et les familles d'animaux et de plantes. Et l'histoire n'aurait pas avancé si il n'y avait pas eu la science et ses découvertes (bon même si parfois les deux combinées n'avait pas donné que du positif, il n'y avait qu'à voir les nazis, la bombe atomique et autres joyeusetés dont l'être humain faisait preuve).

« C'est ce que je pensais. A deux on travaille mieux, mais parfois certains préfèrent travailler en solo, mais pour quelque chose comme ce projet, combiner deux matières et deux cerveaux c'est sans doute plus sage que de se lancer seule sans savoir quoi faire... »

Et puis les deux filles avaient beau appartenir aux maisons de deux éléments qui s'opposaient, elles avaient quand même des points communs, le premier étant leurs passions qui prenaient une place très importante dans leur vie.
Caroline sourit à sa proposition et Sarah lui rendit son sourire. Elle ne savait pas si c'était le mot « chocolat » ou le fait d'être écoutée qui la rendait heureuse, mais la proposition tenait. Pour une fois Sarah n'allait pas servir de « petite sœur », mais de « grande sœur », si en plus, d'après ce qu'elle avait compris, Caroline avait deux grands-frères, qui devaient parfois êtres casse-pieds. Comme un certain Jonas de sa connaissance.

«Mais de rien ! En fait j'ai des livres à emprunter, mais choisis pendant que je vais les faire enregistrer et on se retrouve près de la fontaine ? »

C'était un point de rendez vous que tout le monde connaissait forcément, on était sûr de ne pas se perdre, à moins d'avoir un sens de l'orientation déplorable.

- Ca me semble être une très bonne idée, merci ! Je choisis des livres et on se retrouve dehors alors ?!

Elle laissa donc sa camarade choisir ses livres tandis qu'elle se rendait vers le comptoir où la bibliothécaire était revenue. Elle ne sembla pas surprise de la voir arriver avec des livres épais comme une brique. Avec un sourire elle les enregistra, puis les redonna à Sarah, qui les rangea soigneusement dans son sac, en prenant garde à ne pas écraser le chocolat (sinon elle en aurait proposé à Caroline pour rien…) et sortit, se dirigeant vers la fontaine, profitant des derniers rayons de soleil de l'année.



[RP fini !]

_________________

Who run the world ? Girls ♦️ L'histoire est la mémoire du monde. De Lacordaire (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des livres, des dictionnaires et des rousses [Caro & Sarah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Académie de Beauxbâtons :: 1° étage :: Bibliothèque-
Sauter vers: