AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Oser briser la solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


▌Messages : 48

MessageSujet: Oser briser la solitude   Lun 21 Déc - 21:41

Lucas avait été réparti dans la maison de l'eau, comme son ami, enfin, si on pouvait appeler ami, un jeune garçon a qui il avait que peu parlé. Moins que nécessaire, le jeune garçon ne put s'empêcher de s'en vouloir de pas avoir agi. Mais que pouvait-il y faire. Il se gratta le menton, songeur. Comment dépasser cette timidité. Il n'en savait pas grand chose. Le fait qu'il devait faire ce pas. Non seulement pour lui, mais pour Irwin. Sa seule présence confirmait à Lucas que ce qu'il vivait n'était pas le seul produit de son imagination. Pourquoi aurait-il aussi peur des autres ? Un Irwin de rêve serait plus... Courageux. Ou du moins, c'est qu’imaginait en ce même instant son esprit. Il se mordit doucement les lèvres. Comment s'y prendre. Il continua à se mordre la lèvre, et ce, jusqu'à la cloche vienne le faire bondir de sa chaise, manquant par la même occasion de tomber du banc. Il posa un bref regard sur son camarade. Ils n'allaient pas encore passer une année à rien se dire. Mais comment faire. Il avait l'air d'être si craintif, comment faire pour ne pas le brusquer. Il se rendait en cours. Il pourrait y penser plus tard. C'est assez naturellement que le jeune Flamel se mit aux côtés de son ami, celui qui l'avait accompagné dans l'école des moldus. Ce garçon était un point de repère pour le jeune sorcier. Pas le meilleur qu'il soit, mais assez pour l'aider à ne pas fuir aussi vite que ses jambes pouvaient le porter. Il vit l'enseignant, il ne fit même pas les présences. Il commença son cours. Il fut surpris que tout le monde écrivît sur ce qui semblait être des parchemins, bien loin du bloc de feuilles très moldu que possédait le jeune homme. Même s'il écrivait à la plume, il trouvait ça tellement élégant, qui plus est, cette plume, il pouvait s'empêcher de vouloir la dessiner encore et encore. Il avait hâte d'apprendre les arts sorciers. Peut-être que cette fois, il y trouverait son compte. Mais le côté pessimiste de Lucas revint à la charge. Il se contenta d'écrire, non sans avoir jeté un regard ou deux. Il devait le faire. Il devait le faire. Il se répétait pour se donner du courage. D'affronter cette situation. Il se tordait les doigts. Oser. Oser. Il fit un pas, puis recula. Ce qui était parfaitement inutile, mais pour le jeune homme ça lui demandait du courage. Mais cette solitude, il n'avait jamais choisi, jamais. Il avança, plus déterminé.

« Euh... Irwin...Sa... Salut. »

Lucas avait pu dire quelque chose, c'était bien. Il avait même avancé très prudemment sa main vers le jeune homme. On pouvait voir clairement le bras de Lucas trembler. Mais il ne prêta pas attention à ça. Seule la réaction de ce jeune homme pourrait le lancer dans autre chose. Bien entendu. Il savait que les chances qu'il serre cette main avec sa peur était faible. Il avait appris à ne pas trop espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Mar 22 Déc - 16:59

    Lundi soir. Le cours de potion avait été long. Irwin n'était pas à sa place, ici, ce n'était un secret pour personne. Il lui restait tellement d'habitude à prendre ! Sortir des rouleaux de parchemins et non pas des feuilles à carreaux, écrire avec une plume, agiter une baguette magique dans les airs, faire voler des objets et voir les hiboux apporter le courrier lors du petit déjeuner … Tout était si différent, si étrange ! Il n'avait l'habitude de rien, si ce n'était celle d'aller travailler, seul ou avec Lucas, la plupart du temps, dans la bibliothèque de l'école, dans un silence assourdissant. Il avait aussi prit l'habitude de passer le plus clair de son temps caché derrière les rideaux de son lit à baldaquin, plongé dans d'épais ouvrages traitant de magie et qu'il ne comprenait pas.

    Il se sentait seul, ici. Maladroit. Continuellement à coté de la plaque, en plus de ça ! Il lui manquait, outre des repères, outre des habitudes qui viendraient avec le temps, certainement, un ami. Ce n'était pas facile ! Irwin n'avait jamais vraiment eu d'ami. Il y avait Lucas, bien sur. Il n'y avait que Lucas. C'était tellement étrange. Ils se connaissaient depuis si longtemps ! Depuis des années, et ils ne s’étaient parlé qu'une fois ou deux. Pourquoi ? Sans doute parce qu'ils étaient tous deux trop timides, trop maladroits, trop seuls et trop solitaires. Trop incapables d’interagir avec le monde réel, comme se plaisait à répéter Sasha, la sœur d'Irwin.
    Sasha. Son cœur se serra un bref instant alors qu'il versa du sang de salamandre dans sa potion. Sa sœur lui manquait terriblement. Il se força à secouer la tête. Se concentrer, que diable ! Il était déjà perdu, comment parviendrait-il à s'améliorer s'il ne suivait rien en cours ? Bien que s'améliorer … pourquoi faire ? Être un sorcier, un jour ? Un sorcier pour de vrai, capable de lancer des sortilèges, capable de pratiquer la magie et … et quoi ? D'en vivre ? Et comment vivait un sorcier ? Une fois sorti de Beauxbâtons, s'entend. Comme Madame Patmore ? Mais … Irwin ne voulait pas travailler dans un bar sorcier !

    Décidément, cette année s'annonçait bien bizarre. Il se secoua lorsque le professeur Florentin passa voir sa potion, corrigea deux ou trois annotations sur son parchemin, voulu revoir sa potion …
    … le cours prit fin avant que le jeune homme n'eut le temps de quoi que ce soit. Il grogna, se hâta de nettoyer le tout en prenant bien soin de ne pas déranger Lucas, qui rangeait ses affaires à côté de lui.

    Et puis, rapidement, il se retrouva dans le couloir. Bien. Nouvelle soirée à attendre le repas, à lire caché derrière les rideaux de son baldaquins, à attendre que le temps ne veuille bien passer … Il avait fait trois petits pas lorsque la voix de Lucas résonna dans son dos, timide et hésitante.

    Pour le coup, Irwin en resta bouche bée ! Les deux garçons parlaient peu, souvent se contentaient d'échanger une information d'ordre scolaire. Jamais plus ! Est-ce que cette solution convenait à Irwin ? Il n'en savait fichtrement rien ! Jamais il ne lui serait venu à l'esprit de parler à quelqu'un. Quoi, comment ça, c'était mieux que d'attendre que le temps passe, justement ?! Il s'était retourné lentement, avait contemplé son ami, avait remarqué le tremblement de son bras, sa main tendu, son air inquiet.
    Il ne prit pas le temps de réfléchir d'avantage : bien vite, un grand sourire étira ses lèvres et il tendit bien vite sa main vers celle de Lucas, avec un petit peu d'entrain typique de ceux qui n'ont pas l'habitude d'effectuer ce petit geste. Trop vite, trop fort, son poing tapa dans le poignet de Lucas – le drame. Irwin, timide et prompt à se laisser dominer par ses émotions, se transforma aussitôt en mitraillette humaine.

    « OH NON ! Zut ! Pardon Lucas ! Quel idiot je suis ! Je t'ai pas fait mal ? Pardon, pardon ! » Hum. Respire, mon chou. « Pardon. Je … Salut ! Tu … ça va ? »

    Sa voix tremblait légèrement, mais il serra avec plaisir la main tendue de son ami – après l'avoir bousculé un peu. Oui, bon @_@

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 48

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Mar 22 Déc - 17:44

Lucas avait beau avoir osé et attendre, il avait la peur au ventre. Peut-être que c'était ça que ressentait Irwin, c'était horrible. Comment pouvait-il ressentir ça, et à longueur de journée, le gros calvaire. Il voyait son sourire, bon point pour la suite. Puis son poing rencontrant le poignet du jeune sorcier. Il avait mal. Mais ne dit ravalant son cri de douleur. Même sorcier, il était pas à l'abri des blessures. Alors son camarade se mit à parler frénétiquement. La peur. Il pouvait la sentir. Elle transpirait de toutes ses pores de sa peau. Au moins, il savait son nom, impossible de faire autrement. Combien de fois avaient-ils vraiment parlé ? Trop peu. Il serra les dents quand il serra sa main, son poignet lui faisait mal. Il devrait faire un tour à l'infirmerie.

« Ne t'en fais pas Irwin, je crois que nous sommes, tous les deux, surpris... Je vais bien, enfin... Je crois. Je crois qu'un tour à l'infirmerie s'imposera... Par... Pardon de t'avoir abordé comme ça... Mais je... Je ... »

Lucas se mettait à se mordre la lèvre. Il voulait de cette amitié. Il avait besoin d'elle. Fatalement. Il devait faire ce pas. Pour enfin en finir avec cette solitude qui le rendait si triste. Il resterait triste. Mais avoir un ami. Ça met du baume au cœur. Il avait besoin de ce rayon de soleil dans l'hiver qui régnait dans son âme. Il souriait à ce garçon, son point de repère, celui qui disait « ce que tu vis est réel, Lucas. ». Il respirait, il devait faire de son mieux. Pour pas rendre vain cet effort fait. Il ne pouvait plus reculer, mais dans la tête du jeune homme, c'était le chantier. Pourquoi avait-il fait ça et surtout le prenait-il bien. Il ne devait pas trop tergiverser. Il le faisait bien trop. La musique disait souvent d'avancer. D'aller en avant.

« Je suis désolé... »

Pourquoi Lucas s'excusait, la raison était simple, de ne pas l'avoir défendu. Il ne pensait pas plus loin que ça.

« De t'avoir surpris et pas défendu... J'ai... J'aimerais être ton ami... Si seulement tu... Tu le veux... »

Inutile de dire que Lucas sentait ses joues comme si c'était des plaques de cuisson, prête à faire griller ces œufs ou autre chose. Il avait chaud. Pourtant, il ne voulait pas abandonner. À force de ne pas oser, il finirait comme à l'école des moldus, qu'une ombre. Il l'était déjà, paradoxalement. Son innocence par rapport à ce début d'amitié pouvait être touchante. Pour Lucas, c'était un nouveau chapitre qui s'ouvrait. Peut-être serait-il encore triste. Mais il connaissait la peine, mieux que d'autres personnes. C'était une vielle amie, celle dont il voulait se débarrasser. Difficile de défaire quinze années de vie. Mais combien de temps vivait un sorcier, il savait que Merlin avait vécu longtemps. Il se voyait mal avec une barbe... Il agita la main, non sans avoir mal.

« Et toi... Ça va ? »

C'était à croire que ces deux-là venaient à peine de se croiser. Difficile de croire leur passé communs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Jeu 31 Déc - 0:03

    Respirer, respirer, respirer ! Tout allait bien se passer, il n'avait tout de même pas pu casser le poignet de Lucas en voulant lui serrer la main avec un petit peu trop de … maladresse ? Bon. Lucas avait l'air encore vivant, quoique surprit et pas trop trop à son aise. Quoi, c'était … il avait fait quelque chose de mal ?

    Enfin, à part lui faire mal, justement.

    Mais non, les choses avaient l'air d'aller ! À peu près, du moins, et Irwin hocha naturellement la tête  lorsque son nouvel ami parla de l'infirmerie. Très vite, Lucas enchaîna sur des excuses pour l'avoir abordé de cette manière – Irwin les balaya d'un geste de la main. Aucune excuse n'était nécessaire – ils se parlaient, leur amitié devenait plus tangible, enfin. A quoi bon s'excuser ?

    « Ne t'en fais pas. Tu … tu as eu raison. Je … L'infirmerie est au premier. On y va ? » Il lui adressa un sourire et ce fut tout naturellement que les deux garçons prirent la direction des escaliers principaux, ceux de marbre blanc qui reliaient le rez de chaussé au troisième étage et qui s'arrêtaient au second, puis au premier étage. « Tu veux que je porte un truc ? Ton sac ou … quelque chose ? »

    Bon. Il avait la voix tremblotante et la gorge un peu sèche. C'était étrange – Irwin n'avait pas l'habitude de parler. D'ordinaire, le garçon restait silencieux, se contentant du très strict minimum et tant pis si son mutisme ambiant ne plaisait pas aux gens de son entourage. Ses parents, sa sœur et ses frères s'y étaient habitués, tout comme les personnes qu'il avait pu côtoyer au collège. Lucas semblait lui ressembler plus qu'il ne l'aurait cru, alors son silence n'avait pas du le déranger tant que ça …
    A Poudlard, par contre … c'était autre chose. On l'ignorait, et Irwin avait d'abord songé que cela lui conviendrait mais en fait … C'était sans doute plus compliqué que ça. Il ne s'était jamais senti aussi moins à sa place. Sauf peut être au collège, lorsque Kevin s'en était prit à lui et …

    Minute, minute. Encore des excuses ? A propos de … ne pas l'avoir défendu ? Irwin frémit, rougit, pâlit, le tout à peu près simultanément. Il n'était pas bien sur de ce dont Lucas voulait parler, mais Irwin ne voyait pas vraiment de quoi son ami aurait pu le défendre. A part peut être de Kevin, de la façon dont il s'était comporté envers Irwin et qui avait entraîné le retrait pur et simple du garçon du collège. Sans trop savoir s'ils parlaient bien de la même chose, Irwin reprit la parole d'une voix toujours aussi peu assurée.

    « Euh … T'en fais pas. Enfin, non pas que ça n'était pas grand-chose ou quoi que ce soit dans ce genre mais … je vois pas trop ce que … Ce que tu aurai pu faire. Face à Kevin, je veux dire. » C'était triste à dire, ce n'était en aucun cas contre Lucas, bien sur ! Mais c'était la vérité. Kevin avait fait parti de ces types complètement idiots qu'un poids plume tel qu'Irwin ou Lucas n'aurait pas pu remettre à sa place. « J'aime mieux pas trop y penser. Ici j'pense que … ça peut aller mieux, tu vois ? Même si ce château est TROP BIZARRE. Je veux dire, il paraît que les escaliers peuvent bouger ! Et les personnages des tableaux bougent. Il y a cette fille, Caroline, qui pense que la magie n'existe pas, parce que ça ne peut pas être … comment elle dit ? Euh … prouvé scientifiquement. Je sais pas trop quoi en penser ? Et toi ? Tu … tu y crois ? Et on dit que y'a plein de Flamel, ici ! Tu as entendu le prof d'histoire de la magie qui en parlait, jeudi dernier ? De cet homme, ce Nicolas Flamel, celui qui aurait créé la Fontaine, le département d'Alchimie et … Tu penses que ça peut être … lié à toi ? À ta famille ? » Vague flottement. Quoi, comment ça, il parlait trop ? Hum. « Euh … pardon. Je parles trop quand je suis … stressé. Et puis, euh … ça me regarde pas forcément, en fait. Si tu veux pas en parler … pas de soucis. » Bien bien bien. « Et j'aimerai être ton ami, moi aussi. »

    C'était un petit peu décousu, mais l'essentiel était là.

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 48

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Jeu 31 Déc - 14:11

Lucas garda son sourire, immense qui venait orner son visage. C'était assez rare pour le signaler, le jeune homme était plutôt habillé par la tristesse. C'est pourquoi les mots de son ami à en devenir le rassurait, comme quoi, il ne fallait pas grand chose. Il sentait un vide en lui, comblé par cette présence amicale. Même si cette dernière était maladroite. Il ne lui en voulait pas. Heureusement être sorcier avait des avantages, il n'avait déjà plus mal. Pourtant, prudent, il préférait aller voir à l'infirmerie. Histoire de s'assurer que rien lui arrivait de grave. Il le suivait, comme il l'avait de nombreuses fois. C'était comme retourner chez les moldus. Il lui demandais s'il pouvait porter quelque chose. L'adolescent écarquilla les yeux.

« Non, ça ira, c'est là qu'avoir été élevé par des moldus sert, j'ai un sac à dos. »

Puis ce n'était plus la question de devoir porter un truc ou non. Il ne voulait pas d'un ami comme ça, qui lui rendait mille services. Il voulait être son égal. Lucas était près à goûter à ce nouveau départ. Il avait fait une chose que d'ordinaire il n'avait pas fait. Sa solitude, il pouvait la combattre. Il lui faudra du courage, il n'est pas l'homme qui en possède le plus dans cet univers. Il laissait ça aux autres. Il parlait un peu de son expérience, tu hochais simplement la tête, compréhensif et un peu heureux que cette histoire soit finie. Il voulut presque poser sa main sur l'épaule de cet ami. Mais il ne fit pas. Préférant rester encore un peu en retrait. Irwin préférait parler d'autre chose. C'était mieux ainsi. Il parlait des lieux, de ce qu'il ressentait. Il rit doucement quand il râlait un peu sur les escaliers qui bouge et du scepticisme d'une personne nommé Caroline. Le désavantage d'être un solitaire comme lui, c'était sa grande incapacité à voir de qui parlait son camarade. La timidité du jeune homme en face de lui, faisait apparaître un tas de question. Le jeune français ne put se dire quand s'arrêterait le garçon à ses côtés. Tout ça en marchant vers l'infirmerie. C'était beau, deux ombres qui tentaient de se parler. Alors quand il s'excusa, il avança doucement sa main tapotais doucement l'épaule de l'autre garçon. Il le comprenait. Il sursauta légèrement quand il acceptait. Jamais avant cela, il n'avait eu de vrai amis, plus des profiteurs qui se servait de son travail, de son temps d'étude.

« Merci, de vouloir être mon ami, Irwin... Pour ma famille, je ne veux pas m'avancer. J'ai pas envie de construire de faux espoir. Peut-être que je suis qu'un cousin éloigné de cette famille. Mais entendre que quelqu'un de mon nom de famille a fait de grandes choses me rassure... Le château est un peu étrange, mais je le trouve beau et rassurant, comme une grande maison, c'est nouveau pour moi, cette sensation... Mon ami... »

Le dire rendait tout chose Lucas, son corps se réchauffant, il avait un ami. Il connaissait assez Irwin pour savoir qu'il ne profiterait pas de lui. Comme l'avait fait les autres. Il pouvait entendre son cœur palpitant à toute vitesse dans son torse. Il mit une main sur ce dernier, tentant de le calmer en respirant tout doucement. Lui aussi avait beaucoup plus parlé qu'à son habitude.

« Je trouve ça génial que les tableaux bougent moi. »

Lucas était de ces garçon bourré d'imagination et de talent. Alors que les tableaux s'anime avait pour lui quelque chose de fabuleux. Lui-même apprenait à en faire à ses cours. Peut-être que quelqu'un viendrais chercher ses services. Il ne pouvait qu'exprimer ces sentiments confus dans ses diverses œuvres. Sa nouvelle amitié s'ajouterai à l'addition.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 251

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Lun 11 Jan - 16:23

    Bon. Irwin hocha doucement la tête. Apparemment, Lucas n'avait pas bien interprété ce qu'il venait de dire. Il n'insista pas, préférant régler calmement la situation.

    « D'accord ! Pas de soucis. J'aurai pas voulu que … que tu te passe un peu plus mal au poignet en portant quelque chose d'un peu lourd. »

    Ils continuèrent tranquillement leur chemin vers le premier étage en l'infirmerie. Décidément, Irwin avait l'étrange sensation d'y passer le plus clair de son temps, dernièrement. D'y être beaucoup trop présent. Même si aujourd'hui, il ne venait que pour accompagner Lucas. Mais ce n'était pas forcément une raison.

    Et puis Lucas lui tapota doucement l'épaule et Irwin se surprit à sourire. Ce n'était là pas quelque chose d'habituel : généralement, Irwin faisait grise mine. Il restait en retrait et ses traits étaient obstinément fermés. Là … là, pour une fois, le jeune garçon parlait. Un véritable miracle.

    « Je t'en prie. Ce … ce n'est pas vraiment habituel, d'avoir des amis, pour moi. Mais c'est bien ! Enfin, je, euh … je suppose ? » Oui oui mon loulou, tu suppose bien. Il hocha doucement la tête lorsque Lucas parla de sa famille, lorsqu'il lui confia qu'il ne préférait pas trop s'avancer. Il avait raison, bien sur. « Oui, je comprends … J'imagine que tu as raison. Mais si tu veux leur parler, un jour, je … j'ai rencontré une fille qui est dans la maison de l'Air. Plume Carax. Elle connaît une Flamel apparemment. Une certaine Gwenn. Elle a l'air … » Il se tue un instant, tâchant d'ignorer la sensation de malaise qui l'envahit alors qu'il revoyait le visage de Gwenn Flamel devenir rouge écarlate l'autre jour, dans la Salle de Réception. Lorsqu'il lui avait accidentellement renversé son potage dessus. « Impressionnante. Gentille, d'après Plume. Enfin, j'ai juste réussi à lui renversé ma soupe sur la tête. Sans faire exprès. Elle avait ses raisons d'être énervée, je suppose. »

    Mais après tout, il n'en savait trop rien. Irwin n'était pas très doué en relations humaines – sérieusement ?! Il haussa doucement les épaules. Il fallut encore contourner quelques élèves qui traînaient dans les couloirs, éviter un professeur dont les bras étaient encombrés de manière dangereuse, se plaquer contre le mur lorsqu'un troupeau d'élèves qui revenaient, de toute évidence et vu leurs affaires couvertes de terre, d'un cours de botanique se précipita dans le couloir. Oui, c'était bien ce que disait Irwin.

    Les choses à Beauxbâtons étaient plus qu'étranges. Il allait lui falloir encore quelques temps pour s'y habituer … s'il était possible de s'habituer à un tel lieu. Irwin avait ses habitudes – chez lui, avec sa famille, pas ici, et malgré les dires d'élèves plus âgés tel qu'Alan, le préfet de la maison de l'Eau, il ne parvenait pas à considérer que le château était son nouveau chez lui. Il hocha doucement la tête.

    « C'est très sympa, c'est sur, mais … tout cela est complètement fou. Je suis pas certain de pouvoir m'habituer à … ce genre d'endroit. C'est un petit peu trop d'un coup pour moi, tu vois ? » Il haussa une nouvelle fois les épaules, commença à descendre les escaliers qui menaient vers le premier étage. « Ton poignet, ça va ? »

    Manquerait plus que le bras de Lucas ai triplé de volume !

_________________
YOU'RE LOOKING BACK - LIKE A CHILD
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▌Messages : 48

MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   Lun 11 Jan - 17:05

Trop de choses se profilaient à l'horizon, il y avait de quoi perdre la tête, c'était ce que se disait Lucas. Il prenait les choses telles qu'elles lui venaient. Ce qui pouvait conduire à certaine imprudence de sa part. Puis que son ami veuille l'aider avait quelque chose de très touchant. Il préférai de toute façon certains sacs moldus, muni de quelques sorts, c'était des endroits absolument parfait pour y ranger des choses. Sauf que le jeune sorcier était encore loin de ce niveau. Le fait que Irwin soit aussi hésitant que lui, en terme d'amitié le rassurait au plus haut point. Il confirmait ses dires, pas qu'il en avait véritablement besoin. Le jeune homme n'était pas complètement stupide. Cette fille, Gwen, une Flamel comme lui, semblait avoir de nombreux amis et aussi d'étranges rumeurs qui tournait autour d'un tel personnage. Cela surpris un peu notre jeune homme d'entendre ce genre de choses. Il compatissait quand son camarade exposa sa mésaventure. Il n'avait pas fait exprès. Il était compliqué de faire exprès ce genre de choses. Il fallait vraiment le vouloir. Ce n'était pas vraiment le genre de Irwin, de le faire sans conditions, ni peur des représailles. Il était clair que ça le terrifiait fortement. Il l'écouta parler de cette vie, de cet endroit, beaucoup de peur dans un corps aussi petit. Puis il demandait si ça allait son poignet. Lucas resta concentré sur ce dernier la douleur était partie.

« La douleur n'est plus là, je ne sais pas si je dois m'en inquiéter ou pas. Je peux comprendre pour toi, ça fait beaucoup toutes ces choses, pour moi qui ai passé le plus clair de mon temps à lire, ces lieux sont comme un rêve, un drôle de songe, je te l'accorde. Il l'empêche que c'est un endroit que je ne quitterai pas facilement, et Merlin sait parfois combien c'est compliqué de s'adapter. »

Lucas sentit le rouge monter à ses joues. Il avait utilisé, sans le faire exprès, une expression typiquement sorcière. Le pire, c'est lui était naturelle. Comme s'il l'avait déjà dit, sauf que ce n'est pas le cas. Il n'était qu'un orphelin, un gosse paumé. Le jeune homme était heureux, même s'il devrai aller à l'infirmerie pour s'occuper de ce poignet, cela n'avait pas d'importance. L'odeur de la terre vint à mes narines. Certains revenaient de botanique. Pour la pratique, Lucas pouvait gérer, la pratique, c'est autre chose. Il avait dit tous ces mots, sans presque jamais s’arrêter, le voilà devenu un grand parleur, n'importe quoi. Ce n'était pas le sujet.

« Puis, maintenant, on est plus seuls. »

Lucas ne comptais pas sur lui pour venir vers lui, mais le pas avait été fait, reste plus qu'à eux de se débrouiller avec ça. Il voulut regarder son poignet, mais il craignait de voir le pire. Il ferma quelques instants les yeux, ce qui eu pour résultat de lui faire percuter le mur tout près. Une plainte sourde s'échappait de ses lèvres. Il se releva, non sans prendre plus appui sur celle qu'il savait valide.

« Merci de ton inquiétude par rapport à moi. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Oser briser la solitude   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oser briser la solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ile de Batz :: Académie de Beauxbâtons :: 2° étage-
Sauter vers: